Honoré de Balzac est né à Tours, le 20 mai 1799. Bachelier en droit à l’âge de 20 ans, il renonce pourtant à la carrière de juriste qui lui tend les bras. Son désir ? Devenir écrivain. Il y emploiera toute son énergie.
C’est en 1820 qu’il commence donc à laisser glisser sa plume pour rédiger ses premières œuvres, s’attaquant d’abord au théâtre et à la Révolution anglaise. Mais le succès n’est pas au rendez-vous. Ses pièces de théâtre, parmi lesquelles Cromwell, ne reçoivent pas l’accueil espéré et ne seront jamais jouées. Mais il en faut plus pour décourager Balzac, qui se met alors à travailler son style en publiant des romans d’aventure qu’il ne signe jamais de son vrai nom. A partir de 1825, il s’essaye à l’édition, puis à l’imprimerie. Deux aventures plus qu’infructueuses puisqu’elles plongent le jeune écrivain dans un endettement qui le poursuivra jusqu’à la fin de sa vie.
Dès 1828, il décide alors de se consacrer exclusivement à l’écriture et publie des articles de presse, avant de rédiger, en 1832, une première version de son ouvrage Le colonel Chabert, alors intitulée La Transaction.
A partir de 1834, il planifie un projet littéraire de grande ampleur, auquel il donnera 6 ans plus tard le nom de La Comédie humaine. A ce projet structuré en trois parties - « scènes de la vie privée », « scènes de la vie de province » et « scènes de la vie parisienne » - viendront plus tard s’ajouter les « scènes de la vie de campagne » et « scènes de la vie militaire ». Il consacrera ensuite plusieurs années à la rédaction de ses œuvres qui, si elles permirent enfin à l’auteur d’accéder au succès, ne lui valurent toutefois jamais une reconnaissance officielle.
Le colonel Chabert est une œuvre à mi-chemin entre la nouvelle et le court roman. C’est en 1844 qu’elle fut publiée sous sa forme définitive et rejoint les scènes de la vie privée de la comédie humaine. Plusieurs personnages du roman feront d’ailleurs leur apparition dans d’autres œuvres de la comédie humaine.
Dans ce récit court et plutôt pessimiste, Balzac décrit avec beaucoup d’amertume la société de son époque, au moment de la Restauration, après la chute de l’Empire Napoléonien.
Il y montre à travers certains personnages, et notamment celui de la comtesse Ferraud, l’égoïsme, l’avidité et les manigances dont étaient alors capables les individus pour leur propre réussite sociale et financière. C’est une société sans cœur qu’il décrit, loin du courage, de la droiture, de la générosité et de la grandeur caractéristiques de la société napoléonienne, dont le colonel Chabert et son ami Vergniaud semblent, dans cet ouvrage, les seuls rescapés.
L’histoire - inspirée de ce que Balzac a appris durant ses études de droit, mais aussi et surtout lors de son apprentissage chez un avoué, puis chez un notaire - est celle de Hyacinthe Chabert, enfant trouvé devenu ensuite colonel dans la garde impériale de Napoléon.
Une histoire qui aurait pu ne pas exister.
En effet, lors de la bataille d’Eylau, menée pendant l’hiver 1807 par Napoléon contre les Russes, le colonel Chabert se fit fendre le crâne par le sabre d’un officier ennemi, avant d’être piétiné par les chevaux des deux régiments, puis déclaré mort et jeté dans la fosse à soldats. Sa mort fut d’ailleurs rapportée en détails dans un ouvrage retraçant l’histoire militaire de la France entre 1792 et 1815. Tout aurait pu s’arrêter là : la mort héroïque d’un brave colonel de la garde de Napoléon. Mais la mort échoue parfois dans son œuvre. Alertée par des gémissements, une jeune femme aida le colonel à sortir, vivant, d’au milieu des morts.
C’est après avoir passé six mois entre la vie et la mort, avoir été considéré comme fou pour prétendre être le « défunt » colonel Chabert, et après deux ans d’emprisonnement pour la même raison, qu’il revint à Paris pour tenter de plaider sa cause. Dix ans après l’annonce de son décès. Il découvre alors que sa femme s’est remariée au comte Ferraud, lequel lui a donné deux enfants. Après avoir été traité de fou par plusieurs hommes de loi, il se rend à l’étude de Mr Derville, avoué auprès du tribunal de première instance du département de la Seine et précédé d’une excellente réputation. Chabert souhaite retrouver ses biens, son rang et sa femme, injustement perdus, et ce malgré les nombreux obstacles qui se dressent sur sa route. Pourtant, après de nombreuses démarches, la malveillance de son ex-femme l’amène finalement à renoncer à ce qui lui revient - et par là même à sa véritable identité - avant de partir se réfugier à l’hospice.
Si Balzac décrit divinement bien les atmosphères, les lieux, les mœurs et les gens qui composent l’histoire, on reste toutefois un peu frustré par la description des faits parfois un peu brève, à l’image du récit - pourtant passionnant - de la mort annoncée du colonel Chabert sur le champ de bataille. La psychologie des personnages n’est pas non plus étudiée en profondeur, notamment pour les personnages de Mme Ferraud et de l’avoué, Mr Derville, qui se révèlent pourtant intéressants et pleins de mystères. 
Néanmoins, les nombreuses références historiques qui ponctuent cette tragédie lui confèrent un univers très réaliste, dominé par une admiration sans borne de Balzac pour Napoléon. Le combat légitime de cet homme survivant, en quête de sa propre identité injustement bafouée par toute la société, est pathétique. Au désespoir succède l’humble espérance qui renaît, puis la résignation et l’abandon devant une quête qui se révèle impossible. La quête bouleversante d’un homme bon et droit, rejeté et condamné à finir ses jours seuls, dans l’ombre de lui-même.
Une œuvre dramatique, qui se lit d’une traite et invite à une profonde réflexion sur la condition humaine et sur ce qui constitue notre identité. Un nom ? Un rang social ? Une fortune ?
Et si, finalement, notre identité ne nous appartenait pas vraiment ?...
Morceau choisi
« Les bords du chapeau qui couvrait le front du vieillard projetaient un sillon noir sur le haut du visage. Cet effet bizarre, quoique naturel, faisait ressortir, par la brusquerie du contraste, les rides blanches, les sinuosités froides, le sentiment décoloré de cette physionomie cadavéreuse. Enfin, l’absence de tout mouvement dans le corps, de toute chaleur dans le regard, s’accordait avec une certaine expression de démence triste, avec les dégradants symptômes par lesquels se caractérise l’idiotisme, pour faire de cette figure je ne sais quoi de funeste qu’aucune parole humaine ne pourrait exprimer. Mais un observateur, et surtout un avoué, aurait trouvé de plus en cet homme foudroyé les signes d’une douleur profonde, les indices d’une misère qui avait dégradé ce visage, comme les gouttes d’eau tombées du ciel sur un beau marbre l’ont à la longue défiguré. »
« Quand je dis ces choses à des avoués, à des hommes de bon sens ; quand je propose, moi, mendiant, de plaider contre un comte et une comtesse ; quand je m’élève, moi, mort, contre un acte de décès, un acte de mariage et des actes de naissance, ils m’éconduisent, suivant leur caractère, soit avec cet air froidement poli que vous savez prendre pour vous débarrasser d’un malheureux, soit brutalement, en gens qui croient rencontrer un intrigant ou un fou. J’ai été enterré sous des morts, mais maintenant je suis enterré sous des vivants, sous des actes, sous des faits, sous la société toute entière, qui veut me faire rentrer sous terre ! »
« Le colonel resta pendant un moment interdit, immobile, regardant sans voir, abîmé dans un désespoir sans bornes. La justice militaire est franche, rapide, elle décide à la turque, et juge presque toujours bien ; cette justice était la seule que connût Chabert. En apercevant le dédale de difficultés où il fallait s’engager, en voyant combien il fallait d’argent pour y voyager, le pauvre soldat reçut un coup mortel dans cette puissance particulière à l’homme et que l’on nomme la volonté. Il lui parut impossible de vivre en plaidant, il fut pour lui mille fois plus simple de rester pauvre, mendiant, de s’engager comme cavalier si quelque régiment voulait de lui. Ses souffrances physiques et morales lui avaient déjà vicié le corps dans quelques-uns des organes les plus importants. Il touchait à l’une de ces maladies pour lesquelles la médecine n’a pas de nom, dont le siège est en quelque sorte mobile comme l’appareil nerveux qui paraît le plus attaqué parmi tous ceux de notre machine, affection qu’il faudrait nommer le spleen du malheur. »
« […] Vous ne pouvez pas savoir jusqu’où va mon mépris pour cette vie extérieure à laquelle tiennent la plupart des hommes. J’ai subitement été pris d’une maladie, le dégoût de l’humanité. Quand je pense que Napoléon est à Sainte-Hélène, tout ici-bas m’est indifférent. Je ne puis plus être soldat, voilà tout mon malheur. Enfin, ajouta-t-il en faisant un geste plein d’enfantillages, il vaut mieux avoir du luxe dans ses sentiments que sur ses habits. Je ne crains, moi, le mépris de personne. »


Le Colonel Chabert, Honoré de Balzac
Mélina Hoffmann

Commentez l'article

A LA UNE

Metallica : Master of Puppets, un retour musclé et stupéfiant

Metallica : Master of Puppets, un retour musclé et stupéfiant

Publication : vendredi 24 novembre 2017 11:56

  Par Jean-Christophe Mary - Trente ans après la déferlante Metallica des 80’s, les 4 cavaliers de l’apocalypse rééditent le légendaire « Master of Puppets » dans une version luxueuse. Le groupe metal aux 9 Grammy Awards et aux 110 millions de disques est sous les feux de l’actualité : la réédition de leur album culte Master Of Puppets et une nouvelle date en France en 2018.

Singin'in The Rain : le retour de la célèbre comédie musicale au Grand Palais

Singin'in The Rain : le retour de la célèbre comédie musicale au Grand Palais

Publication : jeudi 23 novembre 2017 14:53

  Par JC Mary - Après le succès phénoménal lors de sa création au Châtelet en 2015 puis 2016, Singin’in The Rain est de nouveau à l’affiche avec 47 représentations exceptionnelles. Pendant la fermeture du Théâtre du Châtelet pour travaux de rénovation, le film culte de la MGM est présenté live à la nef du Grand Palais.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Publicité

bandeau auto editionlight

 

BANNER PUBLICATION NOV2017

 

BANNER FACEBOOK NOV2017

 

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sans langue de bois

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Chômage : Pôle Emploi, une machine infernale selon Cécile Hautefeuille

Publication : vendredi 20 octobre 2017 10:11

  Par Romain Rougé - Cécile Hautefeuille est journaliste. De son expérience de demandeuse d’emploi est né un blog, Le Minisphère du Chômage et des Idées reçues, puis un livre, La machine infernale : Racontez-moi Pôle Emploi.

Écoutez de la musique

CARRE MUSIQUE

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 Emploi en France re

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Idées de voyages

BANNER VOYAGE

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer