place des grands hommesPar Marc -Emile Baronheid - Bscnews.fr / L’été est propice aux livres de plage, légers et court vêtus. Il permet aussi de fréquenter des auteurs plus attachants ou autrement exigeants. Ceci est une invitation à arpenter de ces univers non voués à la littérature kleenex.

Lire la suite : Cet été, laissons de la place aux grands hommes

*/

Par Marc Emile Baronheid - Bscnews.fr / En 1968,  l’ORTF souhaite recueillir les derniers témoignages de contemporains d’Apollinaire, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa disparition.

Lire la suite : Borges : les travaux et les toujours

Claude SimonPar Marc Emile Baronheid - Bscnews.fr /  Disparu en 2005, vingt ans après la consécration du prix Nobel de littérature, Claude Simon avait préparé soigneusement le choix de ses écrits qui seraient publiés en Pléiade, l’année suivante.

Lire la suite : Claude Simon : une esthétique de la (dé)composition

devant soiPar Mélina Hoffmann - Bscnews.fr / « Monsieur Hamil paraissait tout triste. C’est ses yeux qui faisaient ça. C’est toujours dans les yeux que les gens sont les plus tristes. » Mohammed, c’est un petit garçon arabe qui ne sait pas très bien quel âge il a, ni d’où il vient. Aucun document pour le « prouver » comme il dit, seulement les paroles de Madame Rosa, ancienne prostituée juive déportée à Auschwitz qui l’a recueilli et élevé, et qui tente du mieux qu’elle peut de le préserver d’une réalité trop brutale. Madame Rosa habite « au sixième à pied » d’un appartement de Belleville, dans le XXème arrondissement de Paris.

Lire la suite : La vie devant soi : un roman triste et tendre, violent et empli d'humanité

aurevillyPar Pascal Baronheid - Bscnews.fr /  Auréolé de deux volumes en Pléiade de ses « Œuvres romanesques complètes » dans les années soixante, Jules Barbey d’Aurevilly, « le dernier des byroniens et des dandys »  fait un retour aussi bienvenu qu’étonnant, en collection Quarto, communément regardée comme la Pléiade plébéenne, où paraissent ses romans et quelques nouvelles.

Lire la suite : Jules Barbey d’Aurevilly : La postérité ne dédaigne pas les paradoxes

Abonnez-vous au Tabloïd !