BSC News

 

 

 

           

LIVE BY NIGHT - BEN affleckPar Jonathan Rodriguez – Au temps de la prohibition, le nouveau film de Ben Affleck semble affirmer la posture très marquée du cinéaste à Hollywood. L’adaptation du roman « Ils vivent la nuit » de Dennis Lehane - décidément très apprécié des cinéastes américains – a des allures de grand projet.

Le classicisme grandiloquent des films de Ben Affleck lançait entre espoir et crainte. Live by night confirme le savoir faire d’un cinéaste qui y démontre tout de même ses propres limites. Manifestement, quelque chose cloche dans ce quatrième film.  
Pourtant, dès le début, le film montre rapidement les muscles et se donne les moyens de son ambition : des décors grandioses, une lumière sombre, une reconstitution soignée des années 20 et la réalisation ample à coup d’impressionnantes courses poursuites et d’autres plans larges tape-à-l’œil. On y suit le destin tourmenté d’une petite frappe de Boston qui deviendra grand. Inspiré des maitres qui ont fait le genre, Live by night ne parvient pas à s’en extirper pour livrer une œuvre singulière et puissante. Comme un air de déjà vu. Et une question intervient alors : mais où est la patte de Ben Affleck ?

Depuis ses débuts, le cinéaste ne s’est pas démarqué par son originalité. Dès Gone baby gone puis avec The Town et Argo, Ben Affleck s’en est toujours tiré avec les honneurs, suffisamment pour susciter l’adhésion (et trois oscars au passage pour Argo), avec des factures classiques et efficaces. Malgré son savoir-faire indiscutable pour ce genre de production, Live by night plait sans emporter, et finit par ne pas réellement convaincre. Le choix de Ben Affleck de s’auto-attribuer le premier rôle est un très mauvais choix. Fade et sans profondeur, le gangster ne trouve pas l’incarnation espérée et cède le pas à un personnage sans saveur. Les différentes têtes d’affiches sont d’ailleurs l’un des gros points négatifs du film. Leurs relations, surfaites et sans épaisseur, est un écueil majeur pour croire aux ficèles narratives et dramatiques. C’est dommage. Les ressorts du scénario de Dehane laissait présager une œuvre plus spectaculaire, haletante et grandiose. Il n’en est qu’un produit honnête sans trop de saveur, qui manque de cœur et de vigueur.

 

Live by night
De Ben Affleck
Avec Ben Affleck, Zoe Saldana, Elle Fanning, Sienna Miller
2h09 / Warner Bros

www.livebynight.movie

 

Lire nos critiques cinéma :

Les confessions : un thriller déroutant au coeur du G8

Tempête de Sable : Elite Zexer revendique l’émancipation des femmes orientales

Jackie Kennedy : le portrait morose d’une veuve éplorée

Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Gourmandise

Haribo 300x300 V1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Evènement

KARAMAZOC

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Depeche Mode : Spirit, un nouvel album d'une beauté vénéneuse

Depeche Mode : Spirit, un nouvel album d'une beauté vénéneuse

Publication : mardi 28 mars 2017 08:44

Esthétiques et sombres les nouvelles chansons pop rock electro du trio  s’inscrivent dans la veine de leurs albums cultes « Violator » et « Songs of Faith and Devotion ».

Véronique Sousset : le témoignage poignant de l'avocate d'un tueur

Véronique Sousset : le témoignage poignant de l'avocate d'un tueur

Publication : lundi 27 mars 2017 09:01

Par Emmanuelle de Boysson - Rencontre avec Véronique Sousset, auteur de Défense légitime (La Brune au Rouergue). Comment défendre un homme que l’opinion appelle un monstre ? Un diable. Bretonne, ancienne avocate, devenue aujourd’hui directrice d’un grand établissement pénitentiaire, Véronique Sousset raconte ce qu’elle a vécu dans ce récit d’une avocate qui accepte de défendre en commis d’office un homme qui a tué son enfant, suite à des coups, des années de martyre.

Fred Chapellier : un détour musical à faire

Fred Chapellier : un détour musical à faire

Publication : dimanche 26 mars 2017 16:47

Par Nicolas Vidal - Fred Chapellier revient avec un nouvel album studio chez DixieFrog, label indépendant qui continue à faire du bon travail malgré la crise qui frappe l’éco-système du disque.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer