BSC News

 

 

 

           

Henry JamesPar Marc Emile Baronheid - Américain qui écrivait sur l’Angleterre ou Anglais qui écrivait sur l’Amérique : l’expatriation et le cosmopolitisme affichés par Henry James, expert en chassés-croisés, n’ont pas facilité la compréhension et la réception de son œuvre.

Longtemps admirateur de Balzac, Henry James (1843-1916) a  tenu un temps sous le boisseau une ambition littéraire « qui a toujours couvé sous des dehors tranquilles », lui permettant de passer outre des souffrances inavouées. Il a longtemps oscillé entre Amérique et Europe, ses romans ne cessant de poser de manière complexe la question des rapports entre l’une et l’autre. Accaparé par des recensions, des articles critiques, des esquisses de voyages, rêvant aussi de théâtre, il ne cessera jamais de tenir le roman dans sa ligne de mire, attendant de lui la  démonstration et la légitimation de son activité créatrice. Installé en Angleterre – Paris n’avait pas su lui plaire - et lancé à la conquête de Londres, il s’étonnera de « la facilité quasi absurde » de sa réussite.

A un ami projetant d’écrire un essai embrassant l’ensemble de son œuvre, il objectera en 1880 « je préférerais que vous attendiez quelques mois, jusqu’à ce que mon gros roman (à paraître cette année) soit sorti. C’est à partir de lui que, pour ma part, je prétendrai faire date ». A l’époque pourtant, on a déjà loué l’ « éblouissante agilité mentale » de ce petit-fils d’un immigré irlandais qui avait amassé dans le Nouveau Monde une fortune telle qu’il épargna à deux générations de ses descendants la « honte de faire du commerce ».

James n’a pas péché par orgueil ; ce roman supérieur sera « Un portrait de femme », histoire d’Elisabeth Archer, farouchement attachée à son indépendance, quittant les Etats-Unis pour faire son éducation sentimentale en Angleterre et en Italie. Chez James, les héroïnes éprises de liberté payent toujours leurs illusions au prix fort. Nihil novi sub sole… C’est l’oriflamme de ce volume venu rejoindre dans la collection les quatre tomes des Nouvelles complètes.

 

Un portrait de femme et autres romans

(en fait, les premiers de l’auteur : Roderick  Hudson, les Européens, Washington Square, plus des extraits des Carnets concernant ces textes et les préfaces à l’ édition de New York)

Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade

Edition établie par Evelyne Labbé avec la collaboration d’Anne Battesti et Claude Grimal

68 euros (prix de lancement)

Fayard - 18€

 

A lire aussi dans Les Classiques :

Pierre Drieu la Rochelle : archange des désenchantements

Georges Bernanos : la Pléiade à tribord

Jean-Bertrand Pontalis : le sacre du printemps éditorial de 2015

Louis-René des Forêts : une oeuvre rare, secrète et méconnue

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Festival littéraire de Guernesey : le mélange des genres à Saint-Pierre-Port

Festival littéraire de Guernesey : le mélange des genres à Saint-Pierre-Port

Publication : lundi 27 février 2017 14:41

Par Manon Bricard - Le Festival de Guernesey propose pour sa cinquième édition des découvertes littéraires et un mélange des genres. Du 10 au 14 mai 2017, à Saint-Pierre-Port, de nombreux écrivains, acteurs, biographes, dramaturges ou producteurs de télévision seront présents pour échanger autour du livre et de l’écriture.

Pierresvives : plongée dans les archives de la Première Guerre Mondiale

Pierresvives : plongée dans les archives de la Première Guerre Mondiale

Publication : lundi 27 février 2017 13:58

Par Manon Bricard - Dans le cadre de la campagne européenne de collecte de la Première Guerre Mondiale (dite Mission du Centenaire), une conférence propose aux archives départementales Pierresvives une découverte des documents personnels de la famille Viguié sur cette période sombre.

Judas Priest : le heavy-metal des 80s de "Turbo Lover"

Judas Priest : le heavy-metal des 80s de "Turbo Lover"

Publication : lundi 27 février 2017 09:18

Par Jean-Christophe Mary - Aux côtés de Black Sabbath, Judas Priest fût l’un des pionniers du heavy metal britannique des 70’s. Trente ans après sa sortie en 1986, Sony music réédite le 10ème album studio du groupe, « Turbo 30 ».

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer