BSC News

 

 

 

           

Capture décran 2016 04 01 à 10.48.54Par Nicolas Vidal - Ron English est à la fois singulier, iconoclaste et à contre-courant  des valeurs  de la société de consommation. Connu pour ses détournements de publicités des grandes marques, nous avons souhaité en savoir plus sur ce transfuge de l’école LowBrow qui inspire depuis près de 20 ans de très nombreux artistes. À l’occasion de son exposition à la Dorothy Circus Gallery  de Rome, Ron English a répondu à  nos questions. Le propos est incisif, déterminé et artistique, bien entendu.

Visuels © Dorothy Circus Gallery

 

Est-ce que « Popaganda » est un art de vivre, une façon de penser, une forme de subversion ou les trois à la fois ?
Oui, elle est les trois à la fois. Je trouve que cela va bien ensemble car ce n’est pas sain de les séparer.
 
Qu’est ce qui vous a poussé à détourner les affiches publicitaires depuis toutes ces années ?
J’ai juste donné plus d’attention aux autres choses que je faisais.


Qu’est ce qu’apporte pour vous le réalisme dans cette volonté de subversion ?
Il y a toujours deux faces dans l’histoire et je sens que j’ai cette responsabilité de raconter l’autre coté.
 
Vous déclarez que vous faites partie des pirates médiatiques. Pouvez-vous nous en dire plus à sujet ? Qu’entendez-vous par là ?
C’est dans cette façon d’utiliser les mêmes espaces et les mêmes stratégies utilisés par les publicitaires afin de raconter une histoire plus ou moins vraie. Souvent pour exister dans ce même espace, on doit être un pirate. Dans la plupart des cas, on ne me donnerait pas la permission de faire ce que je fais. Alors je m’arroge le droit de le faire.

Considérez-vous que votre art est une forme athéisme face à la commercialisation du monde occidental que vous dénoncez ?
C’est de l’agnosticisme. Je regarde tout d’un point de vue critique. Ce que je fais est sans doute pris comme un système de croyance plus engagé que les standards adoptés par un si grand nombre.

Qu’est ce qui vous plaît dans le travail artistique d'icônes comme Batman, Elvis Presley ou Maryline Monroe ? Qu’est ce que cela remet en cause?
Si j’avais vécu 2000 ans en arrière, Apollon, Zeus et Aphrodite auraient occupé très certainement une place importante dans mon vocabulaire visuel. Les fondements culturels élargissent la portée et l’acceptation du message.
 
Quelle est la différence artistique entre l’école «LowBrow » et celle des « Culture Jammers » ?
L’école Lowbrow est une culture développée en Californie dans les années 50 et 60, largement centrée autour de « hotrods » avec des rayures, des bandes dessinées et des tatouages. Ils constituaient des formes d’art de la classe inférieure. Plus tard, le mouvement LowBrow a influencé le mouvement Pop Surréalisme. La « Culture Jammers » est plus axée sur l’humour, avec le détournement de la culture de la publicité commerciale en tant que méthode critique de la société.
 
Quelle est selon vous l’oeuvre la plus subversive que vous ayez réalisée ?
Très certainement MC Supersized. Il est devenu pratiquement aussi gros que Ronald McDonald. En Chine, les magasins vendent MC dans les chaînes Mc Donald, laissant croire aux gens que Ronald McDonald est gros. C’est plus difficile de vendre de la nourriture grasse quand la mascotte montre les dommages et les effets néfastes de ce genre de nourriture.

De nombreux artistes se sont inspirés de votre art ces dernières années. Comment expliquez-vous cela, Ron English ?
J’ai eu la chance de faire partie de trois grands mouvements de l’art à leur création: Pop Surréalisme, Culture Jamming et Street Art. J’ai ouvert la porte à une multitude d’artistes qui sont entrés dans ces sphères au fil des années. La Pop Surréalisme a ouvert un espace pour une nouvelle culture de l’extase visuelle débridée, la culture Jamming a insufflé au discours politique de nouvelles stratégies de diffusion. Enfin, le Street Art a fait connaître une nouvelle génération d’artistes au plus grand nombre. Il a inspiré des millions de convertis à apprécier l’art.
 
Vous souhaitez éveiller la conscience populaire avec votre art face à la commercialisation et à la marchandisation systématique de la société. Quelle place accordez-vous à la responsabilité de chacun à résister à cette commercialisation massive de la société ?
Nous permettons tout. Cela passe par l’engagement infini d’une forme d’acquiescement passif dans un système explosif qui requiert notre respect répété, ce qui signifie aussi que nous sommes confrontés à une multitude de moments où nous pouvons résister. Les gens doivent prendre du plaisir à décider de leur vie à chaque minute.

 

Propaganda
Ron English


Le site officiel:
www.popaganda.com

Ron English expose ses travaux et ses dessins à la Dorothy Circus Gallery de Rome du 20 février au 31 mars 2016.
www.dorothycircusgallery.it

 

A lire aussi dans Illustrateurs :

Grun : les secrets de la série BD Metronom'

Maly Siri : l'univers graphique et affriolant des pin-up

Tara McPherson : l'univers d'une artiste new-yorkaise aux couleurs chatoyantes

Jana Brike : le trait poétique d'une lettonne talentueuse

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer