BSC News

 

 

 

           

johan cruyff genie pop et despote 700x1024Par Pascal Baronheid - Les gens qui s’intéressent en même temps à Patrick Revelli et Jeff Koons doivent aussi nombreux que les médaillés Inuit aux Jeux Olympiques et que les lecteurs de Patrick Rogiers. Jean-Philippe Toussaint appartient aux premiers.

Il intitule sobrement et fièrement Football un récit publié sous l’improbable maillot des éditions de Minuit. L’esprit et la lettre du ballon rond ne lui sont pas étrangers. Dès 2006, il signait « La mélancolie de Zidane », puis évoquait la Coupe du monde 2002 au Japon pour des médias français, allemand  et japonais. Il en injecte les moments les plus durables dans le présent volume, en même temps qu’il restitue un texte  sur Jeff Koons aux 24 heures du Mans, paru une première fois ailleurs, leur adjoignant d’autres raisons d’exulter comme un animal à sang froid. Toussaint n’est pas Eugène Saccomano, non plus Thierry Roland ou Bernard Pivot. Il pose un autre regard, d’esthète  apparemment peu ébranlé par l’explosion d’un stade lorsqu’un de ses dieux ose et réussit une figure digne des meilleures faenas. C’est que Toussaint a le tellurisme  feutré. Son échelle de Richter ne s’acoquine qu’ avec les touches silencieuses d’un clavier d’ordinateur. Il se revendique d’un « nationalisme ironique ». Faut vous dire Monsieur que chez ces gens-là/ on ne crie pas Monsieur, on ne crie pas, on goûte …
Johan Cruyff, mythique numéro 14, n’a jamais soulevé la coupe Jules Rimet (trophée de la Coupe du monde, qui évoque pour Toussaint « à première vue, l’arrondi d’un gland qui émerge d’un prépuce décalotté » - quand on vous disait que le Belge est un esthète). Son palmarès s’en ressent peu. Il a tellement magnétisé les foules que son seul nom demeure synonyme de prodige. Un admirateur éclairé retrace son parcours hors du commun et les coups de théâtre qui l’ont ponctué. Le footballeur mort symboliquement en 1984 poursuivra les coups d’éclat de l’autre côté de la barrière. On le présente même comme le père spirituel de Pep Guardiola. Puis ce livre épais car documenté est préfacé par un certain Michel Platini. Peut-être est-il incongru de s’y apesantir.

« Football », Jean-Philippe Toussaint, Minuit, 12,50 €
« Johan Cruyff – génie pop et despote », Chérif Gemmour, Hugo Sport, 17,50 €

 

 

 

Lire aussi :

Les amazones de la terreur : un livre phare

Portraits de résistants : la résurrection des héros

Albert Einstein : tout comprendre dans un seul livre

Connais-toi toi-même : une leçon de Lucien Jerphagnon

La violence : un ouvrage qui soulève bien des questions

 

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Publication : mardi 21 mars 2017 09:37

Par Nicolas Vidal - L’artiste italien Fausto Mesolella s’est associé  à l’écrivain Stefano Benni pour ce nouvel album Canta Stefano Benni.

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Publication : lundi 20 mars 2017 17:57

Par BSC NEWS - Sophie Nouaille dans son émission «  En quête de sens » sur Radio Notre Dame a abordé ce Lundi 20 mars 2017 une thématique culturelle autour de «  Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer