BSC News

 

 

 

           

En mai fais ce qu'il te plait - un film de Christophe Carrion Par Florence Yérémian / Le film "En mai, fais ce qu’il te plaît" est le cadeau d’anniversaire de Christian Carion pour les 90 ans de sa mère. En effet, durant l’été 1940, cette dernière a vécu l’exode face à l’invasion allemande et elle n’a depuis cessé de le lui raconter. Afin de rendre hommage à sa génitrice et à ces millions de migrants qui ont du fuir l’ennemi en abandonnant tous leurs biens derrière eux, Christian Carion a conçu un beau film tissé d’amertume et d’émotion pastorale.


L’histoire prend place dans un petit village du nord de la France à proximité d’Arras. Partagés entre le travail des champs et les bonnes bouteilles de vin, ces paisibles campagnards n’ont pas encore pris conscience de l’offensive hitlérienne qui menace l’Hexagone. Ils accueillent d’ailleurs, sans le savoir, un enfant allemand prénommé Max et son père Hans, opposé au régime nazi. Tandis qu’Hans se retrouve derrière les barreaux pour avoir menti sur sa nationalité, l’invasion du Pas-de-Calais débute et contraint ces villageois à quitter leur commune en emportant le petit Max avec eux. Commence alors l’exode au fil des routes de France mais aussi la quête éperdue de Hans pour retrouver son fils…

Au coeur de ce film pétri d'émotions simples et rurales, le réalisateur Christian Carion a fait appel à une palette de comédiens hauts en couleur: il y a tout d’abord Olivier Gourmet incarnant la figure posée et consciencieuse du Maire de village. L’acteur, qui vient de tourner dans l’excellent film de Gilles Legrand, L’Odeur de la Mandarine prend son rôle de républicain très à coeur en lui offrant une verve aussi rugueuse que patriotique. A ses côtés, se dessine la silhouette de son épouse Mado interprétée avec une étonnante robustesse par Mathilde Seigner: en digne patronne de bistro, la comédienne insiste bien sur le côté rustre et opiniâtre qui caractérise son personnage. Dans le registre opposé, la juvénile Alice Isaaz campe une institutrice toute en délicatesse mais qui manque justement d’audace quant à son rôle et ses prises de positions. Vient enfin le boit-sans-soif de cette petite communauté personnifié par un Laurent Gerra attendrissant et amoureux de ses précieuses bouteilles de Petrus! 

 


A ces gens du terroir, humbles et pragmatiques, vont venir se greffer un soldat écossais qui tente de regagner l’Angleterre (le fier et goguenard Matthew Rhys) ainsi qu’un poignant tandem père-fils représenté par August Diehl (Hans) et le tout jeune Joshio Marlon (Max). Chacun à leur manière, ces deux protagonistes sont porteurs d’une très belle sensibilité: l’un avec sa fibre paternelle qui redoute la mort de son fils, l’autre avec sa candeur enfantine et ses yeux plein d'espoir qui lui permettent d’affronter la brutalité de ce monde à la dérive.
Par delà cette généreuse galerie de portraits, l’un des principaux acteurs du film de Christian Carion demeure sans conteste le paysage. Personnage à part entière, la nature qu’il met en scène est omniprésente du début à la fin de son récit. Fertile et enveloppante en ce joli mois de mai, elle diffuse sa force et sa lumière chaude à travers la longue caravane de ces exilés. Ses chemins caillouteux et ses immenses champs de blés sont aussi inspirants que protecteurs, ils demeurent néanmoins le siège de meurtres épouvantables et le funeste tombeau de ceux que la guerre n’a pu épargner.
Hormis quelques scènes tragiques que le réalisateur a souhaité détailler (notamment celle de l’enfant déterrée), l’ensemble de ce long métrage ne s’attarde ni sur la barbarie nazie, ni sur la dramaturgie de l’exode. Certes, il montre la faim et l’épuisement auxquels les civils doivent faire face durant leur migration mais Christian Carion s’attache essentiellement à la dimension humaine et à la fraternisation de ses « troupes » : avec humour et délicatesse, il dépeints l’entraide qui se créée en temps de guerre et la dimension collective que prend un tel événement. Chaque membre de son convoi se remet incessamment en question, s’égare individuellement dans ses craintes et ses désirs puis finit par se laisser porter par les êtres qui l’entourent et le comprennent. Il en va de même pour les étrangers tels que le soldat écossais ou la figure germanique de Hans : pris à leur tour dans la tourmente de ce sombre conflit, leur présence apporte un regard complémentaire sur les victimes non-françaises de ce IIIe Reich.


On pourrait reprocher à ce film quelques transitions un peu gauches, notamment au début lorsque les évènements datés se succèdent trop rapidement. On pourrait aussi regretter le manque de force au moment crucial de la rencontre père-fils ainsi que la chute bien trop prévisible. En quittant la salle, on retient cependant l’émotion qui nous a porté durant deux heures et la surprise ultime d’avoir découvert au générique de fin que la musique est tout simplement signée du célèbre Ennio Morricone ! Une raison supplémentaire d’aller voir cette émouvante oeuvre cinématographique.

PS: Ceux qui apprécient les volatiles adoreront le clin d’oeil de l’oie migratrice tout au long de cet exode…

 

En mai, fais ce qu’il te plaît
Film réalisé par Christian Carion
Avec: August Diehl, Joshio Marlon, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner, Alice Isaaz, Matthew Rhys, Thomas Schmauser, Laurent Gerra, Jacques Bonnaffé
Durée: 1h54
Sortie nationale : le 4 novembre 2015

Le site officiel du film " En mai fais ce qu'il te plaît "

 

Lire aussi :

Mon Roi : Autopsie d’une passion dévastatrice, le nouveau film de Maïwenn

Mune le gardien de la lune : une quête initiatique constellée de poésie

Asphalte: Chroniques mélancomiques du désamour

La Glace et le Ciel : un documentaire militant pour l’avenir de la planète

Youth : le crépuscule poétique de deux octogénaires

Seul sur Mars: un excellent film de science… et de fiction

Disneynature vous emmène au Royaume des Singes

The Program: Un « Tour de Lance » signé Stephen Frears

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR