BSC News

 

 

 

           

Des souris et des hommes - Théâtre du Palais Royal

Par Florence Yérémian / Que vous aimiez ou pas l’écriture de John Steinbeck, cette mise en scène Des souris et des Hommes est un pur chef d’oeuvre. Racontant l’amitié de deux hommes dans l’Amérique rurale des années 30, elle éblouit tout simplement le spectateur par la justesse et l’authenticité de son interprétation.


La pièce prend place dans un ranch en Californie. Employés comme saisonniers pour y récolter les blés, Lennie et George partagent secrètement le rêve d’acheter une petite ferme pour y gouter enfin leur liberté. George est aussi vif que travailleur. L’âme généreuse et charitable, il a pris Lennie sous son aile car ce dernier est simple d’esprit. Malgré sa haute stature, Lennie ne peut en effet se débrouiller seul et il possède une telle force qu’il finit par tuer tous les êtres qu’il aime. Jusqu’à présent il a tordu le coup à des lapins et à quelques souris mais dans ce ranch perdu au milieu de nulle part se promène une toute autre créature: la sulfureuse épouse de Curley…

Orchestrée par Jean-Philippe Evariste et Philippe Ivancic, cette partition théâtrale est très difficile à mettre en scène à cause de la sobriété de sa dramaturgie: le monde décrit par Steinbeck n’a effectivement rien d’allègre ni de palpitant. L’action y est minimaliste, quant aux personnages ce sont des laissés-pour-compte qui tentent de survivre au coeur d’une Amérique ravagée par la Dépression. Tout repose donc sur la composition des acteurs qui sont censés jongler à travers un éventail d’émotions contradictoires tout en conservant une certaine pudeur scénique: sur les dix protagonistes de l’histoire, neuf sont des hommes de la campagne aussi frustes que solitaires. Par delà cette virilité purement masculine, les comédiens doivent donc réussir à révéler la part de fragilité et le manque d’amour qui ronge leurs protagonistes, et ils y a arrivent magistralement !
Parmi ces fabuleux interprètes se distingue Philippe Ivancic qui joue le rôle complexe de Lennie: le corps bosselé et la bouche torve, il se fond intégralement dans la peau meurtrie du personnage de Steinbeck. De sa voix plaintive et infantile qui parle sans trop réfléchir, il égratigne subtilement les têtes bien pensantes des spectateurs et parvient sans cesse à les attendrir. A ses côtés, Jean-Philippe Evariste incarne avec beaucoup d’entrain la figure fraternelle de George: la parole posée et le geste protecteur envers son pauvre Lennie, il fait preuve d’une bienveillante lucidité qui le contraint à demeurer perpétuellement en alerte sur le plateau. Tout aussi nerveux mais bien plus burlesque, saluons la prestation de Jacques Bouanich (Carlson) : avec ses longues bretelles de paysan et son rire communicatif, cet excellent comédien est le parfait contrepoint de Jean Hache qui nous offre un vieux Candy pétri d’abnégation et d’humilité. Le regard doux et la verve triste, ce grand acteur à la silhouette éthérée est un pur concentré de délicatesse. Bravo également à Henri Déus (Le patron), Emmanuel Lemire (Slim), Emmanuel Dabbous (Curley), Hervé Jacobi (Whit) et à Augustin Ruhabura qui campe modestement la figure discriminée du « nègre » parmi ces hommes du Sud à la peau blanche.


Vient enfin l’unique silhouette féminine de cette rustique galerie: l’épouse de Curley. Seule femme sur les planches parmi les bouseux, la belle Dounia Coesens ne passe pas inaperçue. Avec sa robe rouge et ses yeux de braise, la séduisante comédienne allume tout ce qui passe à proximité de sa si douce chevelure: dès son apparition, la tension est palpable dans la salle car la testostérone de ces messieurs se propage dans l’air pour y créer des étincelles. A cause de cette fille d’Eve, la scène se transforme soudain en un véritable terrain de lutte, de confessions et de déshonneur. Tous les sentiments humains viennent progressivement s’y bousculer et toucher nos consciences trop tranquilles: désir, frustrations, jalousie, solitude… c’est un véritable bouquet d’émotions qui s’échappe de ces âmes en peine jusqu’au coup final de cette tragédie.
Il est fort rare que des comédiens masculins puissent dégager autant de tendresse et de sensibilité alors ne ratez pas cette pièce: ils vont vous subjuguer!
 
Des souris et des hommes ? Du très grand John Steinbeck! Courez-y !

Des souris et des hommes
De John Steinbeck
Mise en scène Jean-Philippe Evariste et Philippe Ivancic
Direction d’acteurs: Anne Bourgeois
Avec Philippe Ivancic, Jean-Philippe Evariste, Jean Hache, Jacques Bouanich, Dounia Coesens, Henri Déus, Emmanuel Lemire, Emmanuel Dabbous, Augustin Ruhabura, Hervé Jacobi et le chien

Théâtre du Palais Royal
38, rue de Montpensier - Paris 1er
www.theatrepalaisroyal.com

Jusqu’en janvier 2016
Du mercredi au samedi à 19h
Le dimanche à 15h
Réservations: 0142974000

1h20 sans entracte
Spectacle conseillé à partir de 12 ans

 ( Crédit Photo Lot )

Lire aussi :

De l’autre côté de la route : une investigation drôle et attendrissante

Scène de ménage chez les Popokh

William Mesguich exalte les mémoires d'un fou

Les voisins: une pièce d’une simplicité intrigante

En avant, marche! : un hommage pittoresque à l'esprit des fanfares

Go down, Moses : la parabole assourdissante et énigmatique de Romeo Castellucci

 

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR