BSC News

 

 

 

           

Koffi Kwahulé - Nouvel An Chinois - Editions ZulmaPar Laurence Biava - BSCNEWS.FR / Koffi Kwahulé est l’auteur de nombreuses pièces de théâtre jouées un peu partout dans le monde. Il se réclame volontiers du jazz, avec ses fractures sur fond de basse continue. Lauréat 2006 du Prix Ahmadou Kourouma pour son roman Babyface, Grand Prix ivoirien des Lettres la même année, Kwahulé a également reçu le Prix Edouard Glissant, destiné à honorer une œuvre artistique marquante de notre temps. Nouvel an chinois est son troisième roman.  C’est un récit attachant. Drôle et vivant. Inattendu, singulier. Un roman d’apprentissage singulier.

Un récit qui se déroule sur plusieurs niveaux d’écriture. Le premier est romanesque, qui narre et arpente la vie de personnages qui vivent en communauté ; le second plonge dans l’onirisme et déambule de manière hétéroclite parmi les fantasmes incestueux du personnage principal : Ezéchiel.  Se greffent dans ce scénario plein d’étrangeté un type funeste ainsi que quelques personnages féminins  livrés à eux-mêmes. En particulier une certaine Melsa Coën qui propose un drôle de marché. Un marché cependant plutôt louable, prétexte pour faire sortir l’adolescent Ezéchiel de son enfermement..
C’est un monde cabossé et en rade que nous raconte Kwahulé. L’histoire d’une famille éclatée. Ezéchiel, recroquevillé dans son autisme temporaire, plonge dans ses fantasmes aussi flamboyants que débridés. Le second énergumène, répondant au nom de Demontfaucon prend une stature de prédicateur depuis son balcon en appelant les autres habitants du quartier à venir l’écouter. Et dans ce récit rythmé qui brinquebale en permanence d’un personnage à l’autre, on ne sait jamais trop, quand défile le carnaval chinois dans le quartier Saint-Ambroise, entre la place Léon Blum et le boulevard Richard Lenoir. C’est en tout cas l’hiver, un jour de janvier ou février, quand le ciel s’assombrit. Et c’est là que des choses étranges adviennent.
Un jour, au milieu des couleurs criardes, au son des gongs et des cymbales, revient le funeste Nosferatu, individu irréconciliable qui prêche même la nuit du haut de son balcon, porté par le souffle de Nabucco, à plein volume.
L’intrigue séduit grâce à son écriture musicale. Répétitive, et cadencée. Elle vampirise littéralement le lecteur, séduit par tant de lyrisme. Ce n’est pas un hasard si Ezéchiel, depuis la mort de son père, écoute Back to Black d’Amy Winehouse, en boucle entre les murs de sa chambre. « Nouvel an chinois » possède une énergie particulière. L’écriture est syncopée, répétitive, hésitant entre la fascination et la répulsion qui portent les personnages de cette tragédie. Souvent, des phrases assimilables à des boucles musicales que l’on retrouve dans certains genres musicaux ponctuent le récit aussi sensible que musical
Les sonorités sont partout. Kwahulé s’est concentré sur l’écriture elle-même, sur la manière dont la langue chante. Avec ses monomanies musicales, l’écriture plonge dans l’imaginaire en permanence, elle réinvente un rêve sans limites et c’est alors que l’oralité de certains passages, en raison de leur sonorité, prend toute son ampleur et tout son sens.  Manière efficace d’appuyer la douleur du jeune héros jusqu’à son âge adulte, entre semi-rêverie et vie cauchemardesque.  
On aime dans « Nouvel an chinois » ces délires qui débordent,  ces situations complétement décalées. L’atmosphère est parfois pesante, comme l’est celle d’un huis-clos. Les personnages oppressés s’observent trop, d’où l’épilogue brutal. Fatal.
Il faut lire ce livre dérangeant, en dépit du mal-être et des interrogations qu’il suscite.

Koffi Kwahulé - Nouvel an chinois
Editions Zulma
235 pages 

 

Lire aussi :

Emilie Frèche : la midinette et le textomane

Laurent Binet : petit électrochoc dans le mundillo germanopratin

Holly Goddard Jones, une candeur désarmante à écrire sur l’humanité

Paul Vacca : Super Héros malgré lui ...

Guerre d'Espagne : l'histoire de Mika Etchebéhère

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR