BSC News

 

 

 

           

Laurent Binet - la septième fonction du langagePar Christophe Greuet - BSCNEWS.FR / Convoquer la fiction pour mieux écrire l’histoire récente. Un principe auquel s’est tenu l’auteur Laurent Binet dans ses livres, que ce soit son roman inaugural qui connut un retentissement international, «HHhH», très sombre épopée au coeur de la deuxième mondiale, à son journal “embedded” dans la campagne présidentielle de François Hollande (le très oubliable «Rien ne se passe comme prévu»).

Et le perpétue aujourd’hui avec son nouveau roman, «La septième fonction du langage», dont la parution cette rentrée devrait provoquer un petit électrochoc dans le mundillo germanopratin.


Mais qui a assassiné Roland Barthes ?

Et pour cause : Binet place son roman au coeur de l’un des épisodes les plus frappants du monde intellectuel de la fin du XXè siècle, la mort mystérieuse du critique Roland Barthes. A l’aube des années 80, alors que la campagne présidentielle s’organise pour faire battre Giscard, Barthes se rend à un repas avec le candidat François Mitterrand, qui souhaite s’entourer d’intellectuels.
En chemin, l’homme de lettres est fauché par une camionnette, et meurt le lendemain.
Binet émet alors l’hypothèse qu’il s’agit d’un meurtre. Rapidement, le pouvoir de l’époque envisage que Barthes était en possession d’un document à la valeur inestimable, décrivant la septième fonction du langage du linguiste russe Jakobson. Un principe non décrit jusqu’alors qui donnerait à celui qui entre en sa possession le pouvoir de convaincre n’importe qui. Commence alors pour le commissaire Bayard, flanqué d’un maladroit étudiant en sémiologie, une enquête qui va leur révéler l’étendue des mystères protégés par tout ce que l’Europe compte d’intellectuels.

Le petit monde intello malmané

Roman brillant à plus titre, tant par l’inventivité de son récit que par la description brillante de son époque, «La septième fonction du langage» devrait faire beaucoup de bruit dans les milieux politicointellectuels. Car outre l’hypothèse du complot qu’il formule, le livre est traversé par une myriade de figures dont la plupart sévissent encore, de Philippe Sollers à BHL en passant par Umberto Eco. Outre le dénouement du récit, qui jette le doute que l’un des événements politiques les plus marquants du XXè siècle, le roman malmène nombre de ses protagonistes réels devenus sous la plume de Binet des personnages de fiction secoués sans scrupules. Sollers, qui connaît dans le livre un sort aussi cruel que peu glorieux, devrait en particulier ne pas être insensible à ce double de fiction !
Bâtissant une structure linéaire limpide permettant de suivre les multiples rebondissements de l’histoire, Binet imagine aussi un duo de personnages principaux attachant et décalé, qui  ferait des merveilles dans une série TV sur le câble américain. Ce  contraste entre la construction  classique  du récit et la folle inventivité de l’histoire, secret de nombreuses oeuvres de fiction réussies, fait à nouveau mouche dans «La septième fonction du langage», l’un des romans les plus éclatants de cette rentrée.

 «La septième fonction du langage» de Laurent Binet, éditions Grasset,
492 pages, 22 €.

 

Lire aussi :

Holly Goddard Jones, une candeur désarmante à écrire sur l’humanité

Paul Vacca : Super Héros malgré lui ...

Guerre d'Espagne : l'histoire de Mika Etchebéhère

Catherine Siguret : une autre idée du parisianisme conformiste

Sarah Waters : 700 pages qui crucifient la tentation de chasteté

Angela Huth : les femmes dans tous leurs états

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR