BSC News

 

 

 

           

Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Alexia Coley est originaire de l’Ouest de Londres, son style gravite dans le twist moderne, elle a un charisme fou, une voix remarquable. Tout cela donne un album détonnant, énergique, glamour à souhait, bref, une belle découverte. Vous l’aurez compris,  Alexia Coley est une chanteuse que nous avons dégotté de l’autre côté de la Manche. Le coup de foudre fut immédiat et brutal. Entretien avec celle qui tient le haut du pavé sur la scène de la Soul Outre-Manche.

Alexia, pourriez-vous nous parler de votre première rencontre avec la musique?
Ma mère, Ethel Coley, interprétait sur scène et à la télévision lorsqu’elle était enceinte de moi, donc la musique a toujours fait partie de ma vie depuis aussi longtemps que je me souvienne. Il n’y avait pas moyen d’y échapper, même si je le voulais. Nous avions auparavant un enregistrement de moi âgée de 4 ans, chantant Rudolph The Red Nosed Reindeer à ma grand-mère. Malheureusement, mon père l’a supprimé accidentellement.
 
Qu’est-ce que le fait de vivre à Londres vous a apporté au plan musical?
Je vis à Londres, ville qui regorge de tellement de styles et de cultures, mélangés tout ensemble. J’ai été élevée en écoutant de la soul, du jazz, du swing, du reggae, mais également du blues et bien d’autres styles de musique. Tout cela a influencé mes chansons.


 
D’où vient cette passion pour la Motown et la musique des années 1960 viennent?
Ma mère faisait partie du casting original du hit musical révolutionnaire «Hair». Mes parents avaient également un goût de musique assez éclectique et ils jouaient un mélange de différents genres. Donc, j’adore les mélanges. De la Soul, un peu de jazz et une touche de Blues semblaient être les genres où je me trouvais naturellement à l’aise en composant et en chantant.
 
Votre album «Keep The Faith» est très mélodique et bien équilibré. D’où vous vient cette aisance à créer des mélodies tellement percutantes?
Merci. Pour être honnête, je n’en ai aucune idée. Je rêve parfois et je me réveille avec une mélodie dans ma tête. Si je la rate, je la perds immédiatement. Ça peut venir n’importe quand, il est important d’avoir mon téléphone à proximité, prêt à enregistrer ce que j’entends. Quand je suis émotionnellement impliquée dans une situation, si je suis heureuse ou triste, la mélodie sort. J’écris les paroles en fonction de ce qui se passe dans ma vie et le fait d’écrire devient quelque chose de très thérapeutique.
 
Pourriez-vous nous expliquer la signification du titre de votre album?
Le monde de la musique est difficile, il est concurrentiel et je crois que cela a beaucoup à voir avec la chance et le timing. Ma mère m’a toujours dit de «continuer à escalader cette montagne, peu importe le nombre de fois que tu trébuches et que tu tombes. Relève-toi et continue à escalader. Garde la foi». Son titre est très inspiré de ce que ma mère avait distillé en moi. De plus, «Keep the Faith» est un de mes morceaux favoris de l’album, donc il me semblait juste de l’appeler comme ça.
 
Qu’est-ce que la zone de Ladbroke Grove de Londres vous inspire?
Ladbroke Grove est historiquement reconnu pour être un foyer de créativité et d’inspiration. Il existe de nombreux types de créations dans ce quartier ; nous avons des poètes, des musiciens, des peintres etc. La vie quotidienne m’inspire pour mon écriture, les tracas des uns et des autres, mes coups de blues ainsi que mon rouge à lèvres ! Chaque jour, vous pouvez vivre une histoire ou une situation dans laquelle vous pouvez être impliqué ou non ! Je tire une leçon de chacun de ses moments pour écrire !

 

"Ladbroke Grove est historiquement reconnu pour être un foyer de créativité et d’inspiration "

 

Nous sommes désireux de savoir comment vous composez vos chansons. Avez-vous une façon particulière d’écrire et interpréter vos compositions?
Je réalise les paroles et les mélodies de mes chansons. J’ai quelques partenaires de rédaction ; Rob Gentry & Jon Gillies qui traduisent mes idées en agençant des accords autour de mes mélodies, puis ils ajoutent les instruments. Malheureusement, je n’ai jamais appris à lire la musique, comme j’étais trop paresseuse et impatiente. Je le regrette maintenant ... (ma mère me la toujours dit). Cependant, je suis très impliquée dans cette partie. C’est super quand vous écoutez enfin la bande de ce qui se jouait dans votre tête !
 
Votre style est singulier et captivant. Où sont vos origines musicales Alexia Coley?
Ma mère est ma plus grande inspiration ainsi que tous les artistes  que j’ai écoutés en grandissant. Je suis une grande fan d’Otis Redding, Love Ella Fitzgerald, Sam Cooke, Randy Crawford, Etta James, Billy Holiday, pour ne citer que quelques-uns. Je pourrais continuer encore et encore, il y a tellement de grands artistes et des chansons là-dehors.

Quelle est votre définition de la Black Music?
La musique est la liberté d’expression, il existe de nombreux différents genres de musique. Une grande chanson reste une grande chanson. J’aime croire que la musique est définie par son message.


Alexia Coley
Keep The Faith
Jalapeno Records


Le site officiel d'Alexia Coley : www.alexiacoley.com

 

 

Lire aussi :

Dida Pelled : tout ce que vous devez connaître sur Modern Love Songs

Musica Nuda : un jazz en duo qui remplit les salles

Sans Elle : une voix qui monte dans le Jazz français

Ilhan Ersahin : les racines du saxophone

Noëmi Waysfeld : le chant du souvenir et des origines

Yngvil Vatn Guttu : une musicienne singulière et globetrotter

Agathe Iracema : une voix envoûtante

 

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR