BSC News

 

 

 

           

Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Alexia Coley est originaire de l’Ouest de Londres, son style gravite dans le twist moderne, elle a un charisme fou, une voix remarquable. Tout cela donne un album détonnant, énergique, glamour à souhait, bref, une belle découverte. Vous l’aurez compris,  Alexia Coley est une chanteuse que nous avons dégotté de l’autre côté de la Manche. Le coup de foudre fut immédiat et brutal. Entretien avec celle qui tient le haut du pavé sur la scène de la Soul Outre-Manche.

Alexia, pourriez-vous nous parler de votre première rencontre avec la musique?
Ma mère, Ethel Coley, interprétait sur scène et à la télévision lorsqu’elle était enceinte de moi, donc la musique a toujours fait partie de ma vie depuis aussi longtemps que je me souvienne. Il n’y avait pas moyen d’y échapper, même si je le voulais. Nous avions auparavant un enregistrement de moi âgée de 4 ans, chantant Rudolph The Red Nosed Reindeer à ma grand-mère. Malheureusement, mon père l’a supprimé accidentellement.
 
Qu’est-ce que le fait de vivre à Londres vous a apporté au plan musical?
Je vis à Londres, ville qui regorge de tellement de styles et de cultures, mélangés tout ensemble. J’ai été élevée en écoutant de la soul, du jazz, du swing, du reggae, mais également du blues et bien d’autres styles de musique. Tout cela a influencé mes chansons.


 
D’où vient cette passion pour la Motown et la musique des années 1960 viennent?
Ma mère faisait partie du casting original du hit musical révolutionnaire «Hair». Mes parents avaient également un goût de musique assez éclectique et ils jouaient un mélange de différents genres. Donc, j’adore les mélanges. De la Soul, un peu de jazz et une touche de Blues semblaient être les genres où je me trouvais naturellement à l’aise en composant et en chantant.
 
Votre album «Keep The Faith» est très mélodique et bien équilibré. D’où vous vient cette aisance à créer des mélodies tellement percutantes?
Merci. Pour être honnête, je n’en ai aucune idée. Je rêve parfois et je me réveille avec une mélodie dans ma tête. Si je la rate, je la perds immédiatement. Ça peut venir n’importe quand, il est important d’avoir mon téléphone à proximité, prêt à enregistrer ce que j’entends. Quand je suis émotionnellement impliquée dans une situation, si je suis heureuse ou triste, la mélodie sort. J’écris les paroles en fonction de ce qui se passe dans ma vie et le fait d’écrire devient quelque chose de très thérapeutique.
 
Pourriez-vous nous expliquer la signification du titre de votre album?
Le monde de la musique est difficile, il est concurrentiel et je crois que cela a beaucoup à voir avec la chance et le timing. Ma mère m’a toujours dit de «continuer à escalader cette montagne, peu importe le nombre de fois que tu trébuches et que tu tombes. Relève-toi et continue à escalader. Garde la foi». Son titre est très inspiré de ce que ma mère avait distillé en moi. De plus, «Keep the Faith» est un de mes morceaux favoris de l’album, donc il me semblait juste de l’appeler comme ça.
 
Qu’est-ce que la zone de Ladbroke Grove de Londres vous inspire?
Ladbroke Grove est historiquement reconnu pour être un foyer de créativité et d’inspiration. Il existe de nombreux types de créations dans ce quartier ; nous avons des poètes, des musiciens, des peintres etc. La vie quotidienne m’inspire pour mon écriture, les tracas des uns et des autres, mes coups de blues ainsi que mon rouge à lèvres ! Chaque jour, vous pouvez vivre une histoire ou une situation dans laquelle vous pouvez être impliqué ou non ! Je tire une leçon de chacun de ses moments pour écrire !

 

"Ladbroke Grove est historiquement reconnu pour être un foyer de créativité et d’inspiration "

 

Nous sommes désireux de savoir comment vous composez vos chansons. Avez-vous une façon particulière d’écrire et interpréter vos compositions?
Je réalise les paroles et les mélodies de mes chansons. J’ai quelques partenaires de rédaction ; Rob Gentry & Jon Gillies qui traduisent mes idées en agençant des accords autour de mes mélodies, puis ils ajoutent les instruments. Malheureusement, je n’ai jamais appris à lire la musique, comme j’étais trop paresseuse et impatiente. Je le regrette maintenant ... (ma mère me la toujours dit). Cependant, je suis très impliquée dans cette partie. C’est super quand vous écoutez enfin la bande de ce qui se jouait dans votre tête !
 
Votre style est singulier et captivant. Où sont vos origines musicales Alexia Coley?
Ma mère est ma plus grande inspiration ainsi que tous les artistes  que j’ai écoutés en grandissant. Je suis une grande fan d’Otis Redding, Love Ella Fitzgerald, Sam Cooke, Randy Crawford, Etta James, Billy Holiday, pour ne citer que quelques-uns. Je pourrais continuer encore et encore, il y a tellement de grands artistes et des chansons là-dehors.

Quelle est votre définition de la Black Music?
La musique est la liberté d’expression, il existe de nombreux différents genres de musique. Une grande chanson reste une grande chanson. J’aime croire que la musique est définie par son message.


Alexia Coley
Keep The Faith
Jalapeno Records


Le site officiel d'Alexia Coley : www.alexiacoley.com

 

 

Lire aussi :

Dida Pelled : tout ce que vous devez connaître sur Modern Love Songs

Musica Nuda : un jazz en duo qui remplit les salles

Sans Elle : une voix qui monte dans le Jazz français

Ilhan Ersahin : les racines du saxophone

Noëmi Waysfeld : le chant du souvenir et des origines

Yngvil Vatn Guttu : une musicienne singulière et globetrotter

Agathe Iracema : une voix envoûtante

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Publication : vendredi 24 février 2017 15:46

Par Nicolas Vidal - Vakia Stavrou est chypriote. Cet album Alasia (qui signifie «image de Chypre ») est un projet mélancolique qui aborde toutes les turpitudes et les bons moments de la vie : l’amour, la tristesse, la séparation ou encore l’espoir.  

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer