BSC News

 

 

 

           

Paul Vacca - Tom l'éclair - Editions BelfondPar Laurence Biava - BSCNEWS.FR / Paul Vacca est romancier, scénariste et essayiste. Il est l’auteur de deux romans, La petite cloche au son grêle (2008) et Nueva Königsberg (2009) aux Éditions Philippe Rey, ainsi que  de deux essais, Hyper, ton univers impitoyable – Le système hypermarché mis à nu (1994) aux éditions Alternatives et La société du hold-up – Le nouveau récit du capitalisme (2012) aux éditions Fayard/Mille et une nuits.

Le 14 octobre 1968, Thomas Leclerc comprend pourquoi il est sur Terre : il n’est pas Thomas Leclerc, mais Tom l’Éclair plus vif que l’Éclair. C’est en lisant un « comic-book » qu’il a eu cette révélation. Ce roman délicieux et bavard raconte l’enfance fantasque et douce-amère d’un enfant «devenu», comme par magie, super-héros malgré lui. Avec force, il narre également la grande affaire du monde particulier de l’enfance, son imaginaire débridé, ses souffrances intimes.  
Mais Tom n’est cependant pas tout à fait un enfant comme les autres. Souffrant d’autisme, il se sent étranger jeté en pâture dans un monde qui ne le reconnait pas. S’inventer un destin le fait évoluer et « s’envoler », et il voyage ainsi de sa maison, à ses rêves, à ses missions, à ses pouvoirs extraordinaires. C’est le tour de force du récit. Pétrifié par son isolement, l’enfant s’invente un monde virtuel. Un monde nécessaire qui l’absorbe totalement. Tout en défiant la réalité et ses pièges pour voler au secours de ses parents qui comptent se séparer. Ce roman d’apprentissage file doux la métaphore pour nous ramener à l’essentiel autour de quelques séculaires remarques et/ou comportement, en particulier le «La vérité sort de la bouche des enfants». Ainsi toutes les questions qui assaillent l’enfant autour du désordre amoureux parental et une autre affaire personnelle qui le tourmente, trouvent soudainement une réponse.
Paul Vacca réussit une jolie fable sur la différence et les égarements du maelstöm intérieur.. Le point de vue décalé permet de mieux révéler le clair-obscur de l’univers des adultes, en le confrontant au réalisme de l’enfance. La nébuleuse de l’autisme est bien sentie, bien analysée. La vie secrète de cet enfant est un vaste point d’interrogation. Un mystère d’où jaillissent par endroits des confusions sensorielles et des sensations qui se superposent comme des briques. Cette extrême diversité démontre bien cette autre façon d’être au monde,  cette autre capacité de ressentir la réalité, propulsé par le désir, en dépit de l’empilement fragile de ces briques de mur, en dépit de la singularité de la personne. .
Le ton du livre est juste. Le regard qui guette, et le mot qui quête : aussi. Nous sommes dans les années 60. Et il y a tous ces mots qu’on ne dit pas encore, comme autisme ou dépression. Tout comme sont tus, à cette époque –ce n’est pas loin, mais ce n’est pas non plus si proche ! - tous les événements familiaux qui dérapent tragiquement..
C’est la réussite du livre de Paul Vacca : le fait de lever le voile sur tous les non-dits parasites et de le dire habilement.  

Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l’Eclair et a sauvé le monde
Editions Belfond  
290 pages

 

Lire aussi :

Guerre d'Espagne : l'histoire de Mika Etchebéhère

Catherine Siguret : une autre idée du parisianisme conformiste

Sarah Waters : 700 pages qui crucifient la tentation de chasteté

Angela Huth : les femmes dans tous leurs états

Mary Wesley : un sceau d'impertinence"sucré, salé et poivré"

Jean-Marie Chevrier : Madame, un roman sensible et poétique

Jean-Marie Chevrier : Madame, un roman sensible et poétique

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR