BSC News

 

 

 

           

Mémoires d'un fou - Gustave Flaubert - Théâtre de Poche MontparnassePar Florence Yérémian - BSCNEWS.FR / Pour sa rentrée théâtrale, William Mesguich s'attaque à Flaubert et à ses pensées. Seul sur scène durant une heure, il fait resurgir le tout premier texte de cet écrivain névrosé. Il faut savoir, en effet, que les Mémoires d'un fou ont été rédigées lorsque Flaubert n'avait encore que dix sept ans: amoureux fougueux et insatisfait, ce jeune auteur possédait déjà le recul et la désillusion d'un adulte sur la triste société qui l'entourait.

 

Evoluant sur une scène couverte de feuilles manuscrites, William Mesguich articule son monologue comme une autobiographie parsemée de réflexions philosophiques. La nuque nerveuse et le regard halluciné, il ne joue pas Flaubert, il l’est. De sa voix d’outre-tombe si particulière, il retrace l’enfance de l’écrivain, s’attarde amèrement sur les moqueries adolescentes, évoque les envies d’ailleurs, les angoisses existentielles puis il vient se lover à même le sol pour parler de ses émois amoureux. Plongeant ses yeux cristallins dans ceux des spectateurs qui l’entourent, ce Flaubert réincarné a l’esprit qui se noie dans ses passions et va jusqu’à s’extasier de ses propres pensées!
Bien que confuse, la juvénile prose flaubertienne séduit par sa frénésie élégiaque. Elle enivre d’ailleurs William Mesguich qui s’y jette intégralement, au point parfois d’y perdre pied. Au fil de son long soliloque désenchanté, on a l’impression que la folie guette vraiment ce talentueux comédien: il crie, suffoque, délire et termine sa prestation en nage, au bord de l’épuisement. Par delà sa fiévreuse exaltation qu’il transmets au public, il confère aussi aux mémoires de Flaubert une certaine audace voire de l’ironie: se perchant sur une table comme une gargouille, il prend l’accent British, interpelle avec flamme ses auditeurs, puis les entraine dans la démence de son protagoniste.
Face à l’ivresse évidente que le jeune Mesguich éprouve en jouant, on regrette un peu que la mise en scène ne soit pas en adéquation: certes, la scénographie comporte de belles trouvailles à l’instar de ces moments musicaux ou de ces phrases de Flaubert ruisselant dans la salle comme des gouttes de pluie, mais Sterenn Guirriec aurait du s’arrêter là. Nul besoin d’accentuer les effets de son et de lumière pour nous faire percevoir les complaintes et la verve lyrique de Flaubert: au contraire, une scène feutrée voire épurée eut été parfaite pour servir d’écrin au caractère rimbaldien de Mesguich et à la complexité d’un tel texte! Une table, un encrier, la lumière douce d’une bougie, quelques ombres portées pour évoquer les hantises fantomatiques de l’écrivain et le tour était joué!

Mémoires d’un fou
de Gustave Flaubert
Adaptation Charlotte Escamez
Mise en scène Sterenn Guirriec
Avec William Mesguich
Durée: 1h

Théâtre de Poche Montparnasse
75, boulevard du Montparnasse
75006 Paris

Du 8 septembre au 8 novembre 2015
Du mardi au samedi à 19h
Le dimanche à 17h30
Réservations: 0145445021
www.theatredepoche-montparnasse.com

 

Lire aussi :

 Les voisins: une pièce d’une simplicité intrigante

En avant, marche! : un hommage pittoresque à l'esprit des fanfares

Go down, Moses : la parabole assourdissante et énigmatique de Romeo Castellucci

Les Fausses Confidences de Luc Bondy: mais où est passé le marivaudage ?

L'oiseau vert : un enchantement théâtral!

La Compagnie Marius : un Figaro convivial et décalé

Benjamin Lazar : Le Dibbouk, un ambitieux projet à alléger d'urgence

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR