BSC News

 

 

 

           

Jonathan Ames - Alcoolique Par Nicolas Vidal/ Jonathan Ames, romancier, scénariste et écrivain est réputé pour son humour caustique et son auto-dérision notamment pour ses chroniques dans le New York Press parues entre 1997 à 2000. Ses romans ont rendu célèbre son sens de l'humour "hilarant" selon le New York Times. On pense notamment à l'Homme de Compagnie (1998) ou Réveillez-vous, Monsieur (2004). Il a enfin créé une série pour HBO « Bored to Death » (2009)  et il prépare actuellement Blunt Talk  toujours pour  HBO qui sera diffusée en 2016. À l’occasion de la sortie de son roman graphique conçu avec Dean Haspiel, nous avions une envie pressante d'entendre Jonathan Ames sur ce mystérieux Jonathan A, (anti) héros d’Alcoolique, un roman graphique passionnant qui paraîtra en France le 1er octobre aux Editions Monsieur Toussaint Louverture. Et bien entendu, nous n'avons pas été déçus par la répartie et la dérision de Jonathan Ames.

Jonathan Ames, lorsque l’on s’intéresse à votre carrière, le thème principal qui ressort semble se centrer autour de l’écriture et de la fiction. Est-ce que l’élément déclencheur a été la lecture de Jack Kerouac tout comme votre personnage dans « Alcoolique » ?
Je pense que le premier livre qui a réveillé en moi l’idée de devenir un écrivain a été BREAKFAST OF CHAMPIONS de Kurt Vonnegut. J’avais quinze ans et j’ai soudainement découvert cette façon subversive de voir le monde. Puis, j’ai lu Kerouac, peut-être un an plus tard, et il m’a transmis l’idée que la vie d’un écrivain pouvait être romantique et aventureuse. Je ne suis pas sûr que ce soit vrai mais, à ma manière, je pense que j’ai essayé de vivre une vie aventureuse et non pas désastreuse.

 On lit souvent que vos personnages sont d’une certaine manière vos doubles. Quelle est cette relation intime que vous partagez avec le héros du roman illustré, Jonathan A ?
Je pense que tous les écrivains s’inspirent d’eux-mêmes, certains plus que d’autres, et il est certain que, dans beaucoup de mes travaux, j’ai été le sujet ou, du moins, la bibliothèque de recherche quant à l’aperçu de la condition humaine. Je partage beaucoup de mon ADN avec Jonathan A., mais l’histoire de sa vie est vraiment différente de la mienne. C’est également une marionnette et un personnage dans une bande dessinée… et je suis un être humain réel, bien moins prononcé que le personnage d’un livre.
 
Comment avez-vous travaillé avec Dean Haspiel sur ce roman illustré, pour les croquis et l’organisation de l’histoire ?
Les romans illustrés, comme les bandes dessinées, sont écrits sous forme de scripts. J’ai indiqué le nombre de panneaux que je souhaitais sur une page ainsi que le contenu de ces panneaux. Dean a lu le script et, de temps à autre, m’a proposé quelques suggestions pour une approche différente de la page, même si la plupart du temps il a suivi le script et l’a interprété à sa manière, fascinante et unique. Il m’a enseigné les premiers croquis de ce qu’il avait dessiné et nous en avons parlé, je lui ai fait quelques suggestions, ici et là, et il dessinait un autre croquis. C’était un dialogue continu.

Selon vous, qu’est-ce qui diffère entre l’écriture du script d’une série et l’écriture d’un roman ?
Il existe deux formes complètement différentes, même si écrire la saison complète d’une série télévisée est un peu comme écrire un roman ou une nouvelle qui raconte une longue histoire liée. Mais les romans, en fin de compte, sont bien plus denses.Ecrire un script, c’est comme créer le plan d’un architecte, alors qu’écrire un roman, c’est comme peindre.

Le fait que vous vous mettiez en scène à travers vos personnages, représente-t-il une forme de catharsis ?
Non. Écrire quelque chose, faire quelque chose, c’est la catharsis.

L’alcool est omniprésent dans la vie de Jonathan, à tel point qu’il en devient sa raison de vivre. Mais le sexe et l’amitié ont une place importante dans l’histoire. Est-ce que l’alcool dicte les aspirations du narrateur dans ces deux domaines ? Ou sont-ils entièrement complémentaires ?
Je ne sais pas s’il dicte quelque chose, mais il est certain qu’il a un impact. Lorsque Jonathan A boit trop, il prend de mauvaises décisions, souvent lorsqu’il s’agit de sexe. Il est trop impulsif, il s’autodétruit. Comme pour l’amitié, je pense que l’alcool a un impact négatif sur ces relations car il floute la vérité et rend la communication réelle presque impossible.   
 
Pour vous, l’alcool est-il le seul danger mortel qui plonge Jonathan A dans une vie dégradante ? Ou n’est-ce pas le résultat de la perdition et de questions existentielles qui accablent le narrateur ?
Oui, l’alcool est le seul symptôme qui le fait souffrir. C’est un médicament qui ne fonctionne pas pour combattre les douleurs qu’ils portent dans son cœur quant aux pertes de personne qui lui étaient chères, son père, son meilleur ami… Ainsi que son incapacité à vraiment apprécier et profiter de la vie.
            
Quel est l’avantage d’un roman illustré comparé à un roman littéraire ?
Je ne sais pas quel est l’avantage ou si une forme est supérieure à l’autre, mais certaines personnes aiment lire des bandes dessinées, peut-être qu’elles sont plus accessibles que des romans pour certains lecteurs.  
 
Qu’est-ce qui vous plaît quant à la moquerie de soi qui a construit votre succès ainsi que votre carrière en tant que romancier et chroniqueur ?
La moquerie de soi n’est pas une bonne habitude, j’essaie donc de l’estomper. Au moins, l’avantage c’est que je ne me suis pas moqué des autres, j’ai pu faire rire des personnes mais pas aux dépends d’autres êtres humains.


Enfin, est-ce que « Alcoolique » est une représentation de qui vous êtes, Jonathan Ames ?
Je ne pense pas. Ce n’est d’aucune manière un rayon X de mon âme mais quelque chose que j’ai écrit, et je pense que ceci offre un aperçu de mon esprit et de mon être.

 

Alcoolique
Scénario : Jonathan Ames
Dessins : Dean Haspiel
Editions Monsieur Toussaint Louverture
144 pages - 22 euros
En librairie le 1er octobre 2015

Le site de l'Editeur

( Photo Crédit Toussaint Louverture )

 

Lire aussi :

Antonio Altarriba : "La censure la plus dangereuse est celle que l’on ne ressent pas comme telle. "

Bertrand Gatignol et Hubert : Petit, un récit gothique à dévorer

Florence Magnin : "Je souhaitais depuis longtemps garder la spontanéité de l’esquisse"

Maël et Vincent Odin : "Entre les lignes", une bd à mi-chemin entre le reportage et le carnet de guerre

Jean-Claude Servais sur les Chemins de Compostelle

Riff Reb’s, raconte-moi la mer !

Nicolas Jarry : un auteur de bd d'héroïc-fantasy à rencontrer

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Evènement

Scenenationalejanvier2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Librairie : une tendance à la résistance en France

Librairie : une tendance à la résistance en France

Publication : jeudi 19 janvier 2017 11:02

Par Nicolas Vidal - On lit çà et là que les librairies françaises connaissent un regain de forme culturelle, que l’appétit littéraire des français pour l’objet livre serait enfin de retour. Gageons que cela soit vrai et tangible.

Macha Gharibian :  la théorie des genres de Trans Extended

Macha Gharibian : la théorie des genres de Trans Extended

Publication : mercredi 18 janvier 2017 11:36

Par Nicolas Vidal  - Nous avions beaucoup aimé le premier album de Macha Gharibian « Mars » sorti en 2013 ( interview à lire ici).

Radio : 40 ans d'antenne célébrés par Francis Zégut

Radio : 40 ans d'antenne célébrés par Francis Zégut

Publication : mardi 17 janvier 2017 08:25

Par Jean-Christophe Mary - Le spécialiste de musique rock Francis Zégut célèbre 40 ans de radio. Un anniversaire marqué par deux coffrets « Hit The Road « et  Hit The Road « Vol. 2 que les fans de grosses cylindrées vont adorer.

Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

Publication : lundi 16 janvier 2017 15:42

De Florence Yeremian - De son enfance au Caire à son inévitable suicide en 1987, ce très beau film retrace le parcours d'une femme sempiternellement en quête d'amour et de reconnaissance. À travers ses voyages à Cannes, Rome, Paris ou San Remo, il nous fait suivre la carrière ascensionnelle de Dalida en s'attardant particulièrement sur ses multiples conquêtes amoureuses.

FleetWood Mac : Mirage, un album qui reste mythique

FleetWood Mac : Mirage, un album qui reste mythique

Publication : lundi 16 janvier 2017 09:52

Par Jean-Christophe Mary - Moins populaire que «Tusk » ou «Rumours », « Mirage » reste pourtant un classique de la musique rock californienne. « Love in Store, Only Over You et Oh Diane «, titres pop rock joyeux, bondissants et plein d’énergie folk, auront définitivement marqué le début des années 80.