BSC News

 

 

 

           

Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Depuis 2007, le Comptoir des Fous enflamme les salles montpelliéraines avec une conception très particulière et très entraînante du Jazz. Entre swing, musique festive et rythmes endiablés, cette formation enchaîne les concerts et les albums. Nous avions reçu il y a quelques temps le Rose Betty Klub. C’est aujourd’hui au tour du leader du Comptoir des Fous, Boris Combes de nous en dire plus sur cette folie festive pour la sortie de «  Volume 3 »

Pour commencer, vous semblez avoir une conception bien à vous du jazz dans ce qu'il a de festif ?  Pouvez-vous nous en dire plus?
L’envie de départ était d’associer la liberté, la richesse musicale du jazz avec le côté populaire et dansant de la chanson festive. On est donc remonté aux origines du jazz, le ragtime puis le swing New Orleans. A cette époque, il y avait déjà beaucoup d’improvisation et de virtuosité, mais la musique était moins intellectualisée, et elle pouvait parler à tout le monde… C’est cette simplicité qu’on essaye, à notre façon, de retrouver.

Comment définiriez-vous le swing'n'roll en quelques mots ?
C’est une autre façon d’exprimer l’alliance du jazz et de la musique festive : la joie du swing et l’énergie du rock !

Le nom de votre formation formée en 2007 donne des indications de ce que vous proposez . Quelle est son origine ?
Comme toutes les idées de génie, le nom du groupe est né d’un brainstorming autour de quelques bières. On aimait bien le sens et la sonorité, et en plus c’est une contrepèterie.

Plus globalement, pouvez-vous nous dire quelques mots sur la genèse du groupe ?
Le groupe a été créé par Boris, chanteur et guitariste/banjoïste de son état. Après la fin de son précédent projet La Bronca, l’envie de manger autre chose que du quinoa nature l’a poussé à écrire de nouvelles chansons, et sortir dans les rues et les bars environnants pour les jouer avec quelques amis. Et au fil du temps, d’autres ont rejoint l’aventure, qui continue toujours…

Musicalement, quel est le processus de création au Comptoir des fous ? Les textes sont-ils écrits en amont des mélodies et des thèmes ?
On part toujours d’une idée, un thème ou une grille, et le matériau de base est ensuite arrangé tous ensemble. La plupart du temps, les paroles sont écrites indépendamment de la musique ; on est plusieurs à s’y essayer, et sur le dernier album il y a aussi un texte de Patrick Simonetti, un ami poète et parolier.

Votre formation comporte pas moins de 6 musiciens avec des instruments divers. Comment coordonnez-vous la place de chacun ?
Musicalement, il y a 3 duos : la section rythmique (contrebasse/batterie), l’harmonie (banjo/clavier) et les instruments à vent (trombone/saxophones). Il faut veiller, sur chaque morceau, à ce que chacun trouve sa place, et que l’ensemble soit vivant sans être trop chargé. Pour ce qui est de la répartition des chambres d’hôtel, c’est plus délicat, cela dépend de l’heure de coucher et des ronflements de chacun.

Boris, vous jouez de la guitare mais également du banjo. Comment avez-vous découvert cet instrument singulier ? A-t-il à votre sens des familiarités avec la guitare ou est-il totalement différent ?
Mon père joue du Jazz New Orleans depuis pas mal d'années donc j'ai eu quelques fois l'occasion de flirter avec ce drôle d'instrument. Il permet essentiellement de donner une couleur typique à la musique, dans notre cas le New Orleans, et surtout d'avoir un volume sonore conséquent ce qui permet d'accompagner les cuivres ( trompette, trombone, saxos) en acoustique. Il existe plusieurs modèles de banjos et plusieurs accordages. Mais le banjo reste un cousin proche de la guitare. Même famille!
 
Votre nouvel album s'intitule "Volume 3" . Pouvez-vous nous éclairer à ce sujet ? On imagine qu'il y déjà eu un volume 1 & 2 ?
Bien vu ! Ce système d’indexation assez complexe nous permet de ne pas nous fouler à trouver un nom d’album à chaque fois. Avec un Vol. 1 en 2009, un Vol.2 en 2011, un album en version fanfare en 2013, et un Vol.3 cette année, on reste fidèles à notre idée d’être créatifs une fois tous les deux ans.

Il semble que vous accordiez sur scène une grande place au décor et au jeu de lumière en plus d'une frénésie totale sur scène. Comment cela se met-il en place ?
Pour cette sortie d’album, nous avons préparé notre spectacle au cours de trois résidences d’une semaine, aidés de notre ingénieur son, notre ingénieur lumière, et d’un créateur de décors. Ce sont d’excellentes conditions pour travailler et progresser ! Cela nous a permis de travailler les déplacements, l’habillage sonore et visuel, les transitions, tout en essayant de garder une marge de liberté et d’improvisation…

Où pourra t'on voir le comptoir des fous en concert dans les prochaines semaines ?
Après un été bien rempli, le dernier concert de la saison aura lieu le 26 septembre à Montpellier, pour le festival Refaisons le climat !

 

Le comptoir des Fous - Volume 3

www.lecomptoirdesfous.net

 

Lire aussi :

Zo : road movie et rencontre dans les Paradis ordinaires

Dom Flemons : les racines musicales de l'Amérique

Yael Naim : " Une chanson arrive comme elle arrive"

Orianne Moretti : une intellectuelle romantique et passionnée

Yana Bibb : la fille (indépendante) de son père

Fraser Anderson : un songwriter écossais pas si maudit que cela

Flo Morrissey et Jérémy Kapone : la jeune garde entre modernité et tradition

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR