BSC News

 

 

 

           

Musica NudaPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / C’est aujourd’hui un duo aguerri et célèbre de la scène jazz. Petra Magoni et Ferruccio Spinetti continuent de remplir les salles depuis leur première rencontre de hasard il y a 12 ans. Ce qu’ils aiment ? La musique épurée grâce à une voix, celle de Petra et une basse, celle de Ferruccio. C’est toujours avec la même passion et la même complicité qu’ils sortent aujourd’hui le nouvel album «Little Wonder».

Une histoire incroyable pour votre duo qui s’est rencontrée par hasard. Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots cette belle rencontre ?
Petra Magoni : On s’est rencontré il y a 12 ans par hasard. On a joué ensemble sur scène avec d’autres musiciens dans un boeuf. Un duo improvisé sur « Roxanne »nous a surpris par le feeling immédiat qui se dégageait entre nous. Après plusieurs semaines, je m’apprêtais à faire un concert dans un petit club mais le guitariste avec qui je devais joué été malade, j’ai alors demandé à Ferruccio (Ferruccio Spinetti) de sauver mon concert. Il est venu et … je n’ai plus jamais joué sans lui depuis ce jour-là !

Le nom de votre duo intrigue, Musica Nuda. Que signifie ce nom ? Est-ce votre définition de la musique que vous jouez ?
Petra Magoni : Musica Nuda veut dire musique nue, c’et une définition exacte de ce que nous faisons. Cela décrit bien le processus de l‘interprétation que nous faisons, surtout lorqu’on connait les versions originales des musiques que nous jouons. Quand une chanson est bien écrite elle peut-être jouée avec seulement un instrument, ou sur la plage en chantant accompagné juste d’une guitare. C’est pourquoi nous avons choisi des hits, de toutes les périodes, et ons’est amusé à les jouer. On ne s’assoit pas en se demandant : « Qu’est ce qu’on va faire avec cette chanson ? » … On joue tout simplement, et les idées suivent. Le fait d’avoir notre propre son nous donne une liberté quant au choix des musiques qui peuvent paraitre différentes . Voilà ce qui fait l’essence de MUSICA NUDA.  Bien entendu, ce n’est pas possible de faire cela avec les morceaux qui ont une mauvaise mélodie et une mauvaise harmonie. Il y a  beaucoup de choses comme cela aujourd’hui qui ne sont faites qu’avec des arrangements musicaux, où la mélodie est juste une répétition de quelques notes et les paroles sont justes une liste. Ce genre de musique ne nous intéresse pas.


Qu’est ce qui vous a plu à tous les deux dans ce duo Voice & Bass depuis vos débuts  en 2003 ? A votre avis, qu’est ce qui a fait votre incroyable succès ? L’harmonie ? La complicité ? La musique ?
Nous avons été immédiatement surpris par notre complicité dès le début car nous voyons la musique de la même manière. Même si nous sommes différents sous de nombreux aspects,  nous avons un chemin musical similaire qui nous permet d’être semblables dans la façon d’être, d’écouter et de lire la musique.
Notre succès, est petit et grand à la fois, cela vient de la sincérité à faire ce qu’on aime et de la meilleure façon que nous pouvons la faire. Notre complicité s’est renforcés grâce aux nos nombreux concerts que nous avons déjà fait ensemble depuis le début de notre carrière. Même si nous avons commencé a jouer devant 10 personnes, notre énergie a toujours été à son maximum. Bien sûr l’idée bass-voice est de nous, et déplacer deux musiciens, c’est beaucoup plus simple que de déplacer un groupe entier !

Votre nouvel album «  Little Wonder » vient de paraître. Comment s’inscrit-il dans votre incroyable carrière ? A-t-il pour vous une place particulière ?
Ferruccio Spinetti : Pour nous, chaque album est spécial. On enregistre à chaque fois qu’on a quelque chose de nouveau à dire. On voulait aussi s’inspirer de notre premier cd « Music Nuda » sans invités,mais avec derrière nous 12 ans de carrière, et autant d’expérience et plus de 1000 concerts à travers le monde.

Pouvez-vous nous parler de la signification du nom de cet album ?
Ferruccio Spinetti :  « Little Wonder » incarne toutes les chansons sur le cd, parce que elles ont été écrites par de la grande musique. De Sting à Bob Marley, Paolo Conte ou Chico Buarque. Ensuite, pour nous, ce titre est une façon de démontrer une fois de plus qu’après 12 ans de carrière, nous avons encore l’enthousiasme de créer de nouveaux arrangements et de découvrir de nouvelles musiques pas encore enregistrées et les reprendre.

Pourquoi avoir fait le choix d’un album fait de reprises ?
Petra Magoni :  Après 2 albums fait à partir de nos morceaux, nous souhaitions retourner là où nous avions commencé, les reprises, mais bien sûr avec 12 ans  d’expérience derrière nous. Cela veut dire que nous avons fait un album par hasard en 2003 et un autre similaire en 2012 mais pendant toutes ces années le projet a grandi, comme nous.

Avez-vous « l’impression de déshabiller les oeuvres » avec votre duo ?
Petra Magoni : Au début, nous avions effectivement cette impression. Aujourd’hui, cela est devenu normal d’être une voix et une basse et on a l’habitude de ça !

Comment travaillez-vous vos créations ? Le chant vient en premier ou est-ce la basse ? Bref, qui commence Petra Magoni ou Ferruccio Spinetti ?
Ferruccio Spinetti : En vérité, il n’y a pas de règles. D’habitude nous commençons par jouer une musique et ensuite les arrangements viennent tous seuls. Quelques fois je propose une musique ou une direction à Petra, et des fois c’est l’inverse.

Est-il vrai que vous choisissez vos morceaux avant d’entrer sur scène ?
Petra Magoni : Plus ou moins oui. On ne veut pas jouer tous les soirs le même programme car nous voulons à tout prix que cela devienne ennuyeux.  Alors on fait une liste après les balances, inspirée aussi par le lieu.

Quels sont les projets futurs de Musica Nuda dans les mois à venir ?
Très certainement beaucoup de concers ! Nous avons joué à Londres le 25 juin. Ensuite, nous avons enchaîné par un une longue tournée en Italie en Juillet et Août derniers. Pour nous, les concerts sont « le centre de notre carrière ». . Car ils nous donnent de l’énergie et le désir d’expérimenter de nouvelles musiques. De plus, le public apporte ses émotions et ses humeurs selon les morceaux que nous jouons.


LITTLE WONDER
MUSICA NUDA
Warner Music

( Crédit photo : Simone Cecchetti )


www.musicanuda.com

 

Lire la suite :

Sans Elle : une voix qui monte dans le Jazz français

Ilhan Ersahin : les racines du saxophone

Noëmi Waysfeld : le chant du souvenir et des origines

Yngvil Vatn Guttu : une musicienne singulière et globetrotter

Agathe Iracema : une voix envoûtante

Yonathan Avishai : "J’aime autant l’histoire de la musique que ce qu’elle exprime "

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Publication : vendredi 24 février 2017 15:46

Par Nicolas Vidal - Vakia Stavrou est chypriote. Cet album Alasia (qui signifie «image de Chypre ») est un projet mélancolique qui aborde toutes les turpitudes et les bons moments de la vie : l’amour, la tristesse, la séparation ou encore l’espoir.  

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer