BSC News

 

 

 

           

Longtemps j'ai été antisémitePar Eric Yung - Bscnews.fr/ « Longtemps j’ai été antisémite ». Ce titre, reconnaissons-le, a de quoi interpeller –a priori- les lecteurs que nous sommes ; provocateur il l’est, c’est certain. Mais sitôt passé ce que l’on pourrait appeler un certain rejet et que l’on s’aventure dans la lecture des toutes premières pages on devine que cet ouvrage n’a rien d’infamant. D’ailleurs on en est vite convaincu lorsque l’on sait que Raymond Pronier, l’auteur de cet essai, (puisqu’il s’agit de cela), est un universitaire, un ancien journaliste et qu’il a été marié à une femme juive et qu’il a dirigé, durant plusieurs années la rédaction du journal « Tribune juive ». Mais alors, nous demandons nous : pourquoi Raymond Pronier et son éditeur (sans doute) ont-ils eu besoin d’être aussi provocateurs ? Est-ce du marketing, comme disent les commerciaux ? Peut-être. Est-ce une façon (pragmatique) d’informer le public en quatre mots du contenu du texte ? C’est possible. Toujours est-il que ce « Longtemps j’ai été antisémite » paru aux éditions du Bord de l’eau dans la collection « Judaïsme » dit, dans une approche originale, (résultat d’une longue psychanalyse), le pourquoi de cette inacceptable défectuosité intellectuelle. Si le livre prend en compte cet étrange sentiment qui est enfoui, parfois, au plus profond de certains êtres qu’est l’aversion à tout ce qui touche à la notion juive, Raymond Pronier pousse la réflexion au plus loin possible. Il quitte, en effet, le caractère stricto-sensu de l’antisémitisme pour examiner, sans tabous, ce que signifie le rejet d’un être et, plus globalement, ce que veut dire « s’exclure » des autres. Ainsi, fort de son expérience aboutie (semble-t-il) de la psychanalyse, l’auteur de « Longtemps j’ai été antisémite » n’hésite pas à affirmer que la « haine de l’autre est d’abord un mal être de soi » et que cette anomalie se veut « l’expression d’une profonde déchirure ». Mais comment l’auteur a-t-il su qu’il avait été antisémite ? Le début de sa vérité est –et quel paradoxe ! - une grande histoire d’amour qui, un jour, ne fonctionne plus. Ainsi, Raymond Pronier qui a épousé une femme juive ne ressent plus d’attirance pour elle. Est-ce l’usure ordinaire du couple ou est-ce - lui qui portait très haut la tendresse et l’attachement qu’il avait pour son épouse- une cause plus complexe ? Si oui, quelle est-elle ? Les circonstances font, qu’à l’époque de cette interrogation, Raymond Pronier tombe sérieusement malade et qu’il est invité, par son médecin, à suivre (pour faciliter sa convalescence) une psychanalyse. Et, évidemment, au cours d’une séance le narrateur en vient à parler du passé de son enfance et d’évoquer (entre autres personnes) « sa grand-mère maternelle, Elsa, qui ressemblait à Golda Meir », une vieille dame qui, dans une sorte d’idéal rêvé, se plaisait à croire que les kibboutz était l’avenir de l’Homme… Et à Mamie Pronier d’en parler à son petit fils qui –l’esprit des enfants est malléable –« à l’heure de s’endormir se disait souvent qu’il serait bien mieux, bien plus heureux, dans un kibboutz que dans cette drôle de famille où il ne sentait pas à sa place, où il n’avait pas de place ». Or, ces faits anodins et quelques autres tels qu’une circoncision hygiéniste ont fait du chemin dans la cervelle du gamin qui, plus tard, à l’âge adulte l’a conduit, nous confie Raymond Pronier « à parler de plus en plus souvent « des Juifs » mais je n’arrivais pas, ajoute-t-il, même pas à me dire que la question juive était un problème pour moi. Infoutu d’aller droit au but, je tourne autour du pot ». Un comportement qui, lors des très nombreuses séances psychanalytiques, s’est révélé terrible et ravageur pour la personnalité, l’environnement social et la famille du narrateur. « Longtemps j’ai été antisémite » peut sembler difficile. Ce n’est pas le cas et c’est en cela que l’essai –écrit avec talent- de Raymond Pronier se distingue des autres récits du même genre. En effet, il est fort attractif, captivant même. Pourquoi ? Parce que sous la forme d’une histoire (ce qui donne à l’ouvrage sa présence littéraire) il raconte une histoire humaine, simplement humaine.

« LONGTEMPS J’AI ETE ANTISEMITE » de Raymond Pronier. Editions « Le bord de l’eau » dans la collection Judaïsme.

A lire aussi:

Hervé Guibert : Etudes inachevées et esquisses synthétiques

Jonathan Crary : un éloge du repos contre la léthargie de masse

Vilaines pensées ? Non, saines pensées!

Jean-Michel Gravier : le plaisir de retrouver les années 70-80

Ce drôle de milieu littéraire !

Camarillo Hospital : une histoire terrifiante de la psychiatrie

Nietzsche et Rousseau, clairs et compréhensibles par tous ?

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Gourmandise

Haribo 300x300 V1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Evènement

KARAMAZOC

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Depeche Mode : Spirit, un nouvel album d'une beauté vénéneuse

Depeche Mode : Spirit, un nouvel album d'une beauté vénéneuse

Publication : mardi 28 mars 2017 08:44

Esthétiques et sombres les nouvelles chansons pop rock electro du trio  s’inscrivent dans la veine de leurs albums cultes « Violator » et « Songs of Faith and Devotion ».

Véronique Sousset : le témoignage poignant de l'avocate d'un tueur

Véronique Sousset : le témoignage poignant de l'avocate d'un tueur

Publication : lundi 27 mars 2017 09:01

Par Emmanuelle de Boysson - Rencontre avec Véronique Sousset, auteur de Défense légitime (La Brune au Rouergue). Comment défendre un homme que l’opinion appelle un monstre ? Un diable. Bretonne, ancienne avocate, devenue aujourd’hui directrice d’un grand établissement pénitentiaire, Véronique Sousset raconte ce qu’elle a vécu dans ce récit d’une avocate qui accepte de défendre en commis d’office un homme qui a tué son enfant, suite à des coups, des années de martyre.

Fred Chapellier : un détour musical à faire

Fred Chapellier : un détour musical à faire

Publication : dimanche 26 mars 2017 16:47

Par Nicolas Vidal - Fred Chapellier revient avec un nouvel album studio chez DixieFrog, label indépendant qui continue à faire du bon travail malgré la crise qui frappe l’éco-système du disque.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer