BSC News

 

 

 

           

Dean YeaglePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Animateur et dessinateur américain, Dean Yeagle est surtout connu pour son personnage féminin Mandy qui a vampirisé par sa maladresse et sa naïveté les pages de Playboy magazine.  Fan de Disney dès son plus jeune âge, son désir d’intégrer l’équipe du prestigieux studio d’animation est repoussé par sa participation à la guerre du Vietnam au sein de la Navy pendant quatre ans. Puis les illusions tombent et même si Dean Yeagle fait aujourd’hui parti de la liste des auteurs Disney, il s’est lancé en tant qu’animateur freelance, travaillant pour de nombreux studios new-yorkais.


Il expose du 2 au 22 juillet 2014 à la galerie Daniel Maghen à Paris des dessins de la jolie Mandy, innocemment sexy, délicieusement pétillante. Quoi de mieux pour fêter l’été, notre envie de légèreté et de couleurs vives?

Comment s’est développé votre intérêt pour le dessin et l’animation? Quelles ont été vos déclencheurs vers cette carrière de dessinateur et d’animateur?
Très tôt, le jour où j'ai vu une animation Disney au cinéma, ça m’a semblé être de la magie, de faire des dessins prennent vie, et j’ai su que je devais prendre part à cela. J'ai donc dessiné tout le temps quand j’étais gosse, plus tard j’ai étudié l'animation - comment elle fonctionne -, et il s'est avéré que j'avais raison tout le long - car c'est MAGIQUE !

Vous avez fait beaucoup d'animation. Quelles sont les qualités essentielles d'un personnage d'animation selon vous?
Je dirais que vous savez que vous avez un personnage réel quand ce personnage vous dit ce qu'il va faire. J'entends par là que la personnalité est si forte que vous ne pouvez pas avoir lui faire faire quelque chose qui est hors de son caractère. Mandy, par exemple, refuse tout simplement de ramasser une arme, même si je lui demande gentiment.

Petit, vous rêviez de travailler chez Disney. Avez-vous concrétisé votre rêve plus tard ? Et si oui, pour quels projets avez-vous travaillé pour eux ?
Eh bien, Walt est mort juste après que j'ai obtenu un emploi d'été dans une entreprise d'animation, après ma première année d'école d'art. Et la guerre du Vietnam commençait, donc j'allais être appelé pour rejoindre la Navy. Après je suis rentré, les choses avaient changé dans le mauvais sens à Disney, donc je n'ai jamais sérieusement tenté d'obtenir un emploi. Mais j’ai fait un peu de travail pour eux, par ci par là, et je suis un artiste officiel de Disney, listé par le Studio. J'ai travaillé comme animateur, concepteur et éventuellement directeur pour des publicités télévisées et émissions spéciales pour Jack Zander, qui avait été un animateur sur les vieux dessins animés de Tom et Jerry. J'ai rencontré un certain nombre de célèbres animateurs là-bas, et plus tard j'ai eu mon propre studio d'animation.

Comment Mandy est-elle devenue une égérie de Playboy? Quelle est son histoire au sein du magazine?
Mandy, en tous cas sa première version d’elle, était dans une bande dessinée dans Playboy en 2002. Quand j'ai eu besoin d'un caractère pour un travail sur le web, je l'ai prise et changé un peu et je l’ai nommé Mandy. Or, maintenant, conformément au droit d'auteur, puisqu’elle m’appartient, je ne peux plus l'utiliser dans Playboy.

Comment est née le « physique » du personnage de Mandy? d'un amour de jeunesse? Du fantasme d'une femme inaccessible?
Eh bien, oui, c’est un fantasme. Un fantasme qui est très amusant à dessiner.

Mandy tient plus de la lolita que de la femme plantureuse... Vous comptiez en faire, au départ, une princesse Disney plus libérée?
Je ne voulais pas qu'elle soit une sorte de princesse de Disney, mais à cause de l'influence de l'animation Disney sur mon style de dessin, il y a une connexion. Elle n'est pas si Lolita, parce qu'elle est âgée de 22 ans, et parce que Lolita savait très bien l'effet qu'elle faisait.

Qu'est-ce qui explique, selon vous, le succès de Mandy ? Le fait que son ex-appeal soit teinté d'humour? Sa maladresse intrinsèque?
Oui l’humour est toujours attrayant, et parce qu'au-delà de sa beauté, elle est innocente et douce. Elle n'est pas sciemment sexy, elle ne perd pas cette qualité d’innocence. Elle n'est pas suffisante ou arrogante, et sa sensualité est naturelle et pas flagrante ou forcée. Du moins, c'est ce que j'essaie d’exprimer.

Pourquoi a-t-elle séduit les lecteurs ? Parce qu'elle conservait sa fraîcheur malgré les années ? Parce que le dessin seul permet de créer certaines situations ?
Je pense que cela est dû surtout à ce que j’ai dit précédemment, mais aussi à des situations, oui, elle n’est jamais impliquée dans des situations qui ne correspondent pas à sa personnalité et la font agir de manière flagrante sexuelle. Beaucoup de gens, dont beaucoup de femmes, me disent que c'est son sex-appel - sexy mais avec douceur .

Avez-vous créé d'autres filles pour Playboy mais qui ont eu moins de succès ? Dans le genre d'une "Jessica Rabbit " par exemple?
Non, les personnages de dessins animés Playboy n'apparaissent qu'une seule fois, donc je ne cherche pas à les développer en tant que personnages récurrents. Ils ont du succès si la bande dessinée dans laquelle ils figurent marche.

Qu'est-ce qui est sexy chez une femme pour vous ? Le fait justement de s'ignorer comme telle?
Non, ce n'est pas une question de s’ignorer comme telle mais de ne pas «pousser» il. De l’exubérance, un amour sensuel de la vie et le sens de l'humour.

Quand vous avez créé Mandy, étiez-vous influencé par d'autres dessinateurs de femmes dans des situations "érotiques"? Avez-vous des mentors, des modèles?
Eh bien, l'influence de l'animation était si forte en lui donnant la vie que la plupart de mes artistes préférés étaient des animateurs, et je citerai Walt Kelly, qui a dessiné et écrit le Comic Strip  POGO et qui a rarement dessiné des humains . Mais aussi un certain nombre d'artistes de pin-up et des dessinateurs de Playboy et de BD sont certainement sur la liste : Gil Elvgren, Doug Sneyd, Bob Lubbers, Al Capp, et bien d’autres…

Vous exposez à la Galerie Maghen du 2 au 22 juillet : quelles pièces de votre travail le public pourra-t-il découvrir?
Eh bien, toutes les images sont de Mandy, donc ils vont certainement la découvrir ... et j'espère qu'ils verront la qualité d'animation et l'importance du geste. Et un véritable amour de la forme féminine.

Etait-ce la première fois que vous exposiez en France? Certains dessins font des clins d’oeil à la France. Ont-ils été créé à l’occasion de cette exposition?
J'ai eu une exposition dans une galerie parisienne ainsi que trois livres et deux sculptures publiés en France. Mais oui, la plupart des pièces ont été créées spécialement pour cette exposition, y compris les «clins d'œil» aux Français.

Enfin, les femmes françaises ont-elles dans l’imaginaire des américains des caractéristiques particulières? Comment dessineriez-vous une française sexy? Différemment d’une Mandy? ou Mandy est universelle?
J'aime à penser que Mandy est une personnalité universelle. Bien sûr, physiquement, elle est blonde aux yeux verts, ce qui limite les pays d’où elle pourrait être originaire, mais  avec son bon cœur, cette candide jeune femme pourrait être de n'importe où. Et certainement de France! Mais son mode de discours, ses références et d'autres indices font d’elle une américaine. J'ai dessiné une de ses amies, une fille française nommé «Suzette». Brune aux cheveux courts et yeux violets, et un peu plus savante. Elle a été sculptée en France, aussi.

Dean Yeagle

Le site : http://www.cagedbeagle.com/

Exposition rétrospective à la Galerie Daniel Maghen du 2 juillet 2014 au 22 juillet 2014 www.danielmaghen.com

Galerie Daniel Maghen
47 quai des Grands Augustins
75006 Paris
Tel.: 01 42 84 37 39
Fax.: 01 42 22 77 86

Du Mardi au Samedi
de 10h30 à 19h00

A lire aussi:

Kukula : des poupées russes sans sourire

Mike Davis : un peintre tatoueur surréaliste

Laura Galbraith : de la couleur pour le printemps !

Mark Ryden : le chef de file des surréalistes américains

Naoto Hattori : un jeune peintre japonais pop-surréaliste

Nicoletta Ceccoli : une dessinatrice de Saint-Marin aussi mystérieuse que brillante

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer