BSC News

 

 

 

           

hotel modernPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ En 1997, Arlène Hoornweg et Pauline Kalker, artistes hollandaises, fondent la compagnie Hotel Modern. Un an plus tard, elles accueillent un nouveau partenaire, Herman Helle. Ensemble ils imaginent une forme de théâtre unique, le film d’animation en direct. La Grande Guerre, leur première création commune, leur a valu un grand succès international (Allemagne, USA, Canada, Angleterre...). Avec des clous rouillés, du terreau, des brins de persil et de la sciure, ils donnent vie aux paysages du front de l’Ouest. On y vit notamment un bombardement provoqué par un bruleur à gaz et les images filmées et projetées en direct sont surprenantes de réalisme, comme vous pourrez déjà le constater avec la galerie de photos. Ces trois artistes ont demandé à Arthur Sauer d’imaginer une bande-son pour accompagner ce "récit vivant" de la Grande Guerre. Rencontre avec cette compagnie au dispositif passionnant.

Herman Helle est un artiste plasticien de formation qui s'est intéressé peu à peu aux extraordinaires possibilités que générait le mariage de la vidéo et de vos pratiques artistiques? Pourrait-on expliquer ainsi la création du collectif Hotel Modern?
Arthur Sauer: Après avoir terminé l'académie d’art, Herman a conçu des maquettes pour des architectes et des urbanistes. Il avait l’habitude d'utiliser des objets spéciaux et extraordinaires pour concevoir ses maquettes, comme des blaireaux de rasage pour les buissons ou encore des tailles-crayon pour les conteneurs maritimes. Pauline et Arlène avaient déjà fondé Hôtel Modern et Pauline a eu l'idée d’utiliser des maquettes d'Herman dans le théâtre.
Arlène Hoornweg : Nous avions déjà fait une première performance , City Now, un spectacle à propos d'un jour et d’une nuit dans une ville. Les bâtiments étaient faits de grosses boîtes de carton et des petits pains et des haricots faisaient office de voitures et de bus. Nous avions utilisé, entre autres, des bananes et des bouteilles de parfum pour les personnages qui vivaient dans la cité. Cette performance se faisait sans caméra.Ce n’est qu’après qu’Herman a acheté une caméra et a expérimenté dans son atelier en mettant la caméra en face de ses maquettes, et qu’il a vu la puissance évocatrice de ce dispositif. C'est ainsi qu'il a eu l'idée de faire un spectacle à propos d'un paysage. Cela a donné lieu à The Great War. Et après cela, nous avons utilisé cette forme, que nous appelons film d'animation en direct, dans d'autres spectacles. La combinaison de caméras, de maquettes et de marionnettes nous donne l'occasion de raconter des histoires sur des milliers de personnes, de villes, de paysages…en bref, sur l'humanité.

D'où vient le nom du collectif?
Arlène Hoornweg : Le nom provient d'un ancien hôtel à Enschede, une ville aux Pays-Bas où Pauline a séjourné une fois. Nous avons aimé le nom, car à chaque nouvelle production, nous travaillons avec des hôtes différents, des artistes visuels, des musiciens. Et c’est un nom international.

Arthur Sauer, vous êtes compositeur. Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer à ce projet?
Arthur Sauer: Herman m'a appelé  pour me demander si je voulais écrire quelque chose pour un orchestre symphonique , pour accompagner les images en direct qu'il allait faire. Avant cela, je n'avais fait que du son intégré avec  un piano pour un film en noir et blanc , et je trouvais dommage que personne ne puisse voir comment les sons étaient faits . J'avais aussi fait un spectacle de théâtre musical basé sur un texte de Witold Gombrowicz appelé " Histoire " qui parlait à la fois de la première et de la seconde guerre mondiale . Pour cette pièce, j’ai fait des recherches sur les deux guerres mondiales , et j’ai eu l'idée que la performance ne devrait être faite que sur une de ces guerres . ce sont surtout les lettres que j'avais lues des soldats de la première guerre mondiale qui étaient très frappantes . Ainsi, lorsque Herman a appelé ,plusieurs idées se sont réunis immédiatement . J'ai dit à Herman que s’il allait faire les images en direct sur scène , je ferais le son sur scène , et donc le concept de l'animation en direct a obtenu sa forme .

Quels sont les différentes étapes de création d'un projet de ce type?
Arthur Sauer : Etape 1, la recherche. Ce que j'ai trouvé intéressant, c'est que la grande guerre a été la première guerre technologique: avions, sous-marins, la guerre chimique, des mitrailleuses, des chars, camouflage, etc . Chacune de cette technologie apporte son propre son avec elle. Alors j'ai commencé à rechercher des enregistrements effectués lors de la première guerre mondiale. Une des choses que j'ai trouvée était un enregistrement de la première attaque au gaz moutarde, enregistré par le fils du propriétaire de la maison de disques "His master's voice» (le label avec le chien qui regarde à l’intérieur d’un gramophone). Son fils est mort pendant l'enregistrement, car le vent soufflait dans leur direction et ils n'avaient pas pensé à cela. La dernière chanson de la performance est également un enregistrement effectué à la fin de la grande guerre.
Arlène Hoornweg : Nous avons travaillé pendant environ 8 mois sur la Grande Guerre. Nous avons d'abord développé le concept; nous l'avons fait avec le compositeur Arthur Sauer. Après Herman a eu l'idée de faire un paysage en direct depuis la caméra, et la guerre mondiale un thème, Arthur a apporté entre autres l'idée de faire des sons en direct avec le film d'animation en direct. Nous avons eu l'idée d'utiliser les lettres des soldats en voix off, nous avions donc des personnages dans la performance auxquels on pouvait s’identifier.
Arthur Sauer : La deuxième chose est de penser à ce qu'il faut faire avec le son.  Je voulais mélanger des sons réalistes avec des sons qui étaient de toute évidence pas réalistes (comme des noix de coco pour la course de chevaux, bien que, parfois, le public s'habitue à des sons qui ne sont pas du tout réalistes, et même parfois, le public considère la version irréaliste plus réaliste que la la chose réelle, en raison de l’habitude qu’on lui a donnée...). Cela brouille la ligne entre le réel et l'imaginaire.
Arlène Hoornweg : La troisième chose, c'est que j’ai proposé de se rendre à certains endroits où la guerre avait eu lieu . Il y a un couple de Hollandais qui a écrit un livre de voyages au sujet de ces lieux , et on est allé quatre jours dans les endroits qui semblaient les plus intéressants . Après ces quatre jours, nous sommes revenus avec l’intuition de ce que nous voulions faire passer à travers la scène . Nous avons trouvé un café en Belgique sur la colline 60 ( si je me souviens bien) qui possédait des vues de bois avec des photos stéréo qui n’avaient pas été censurés (contrairement à tout le matériel documentaire que nous avions vu avant ). Une des images était un arbre nu, dans un paysage nu, et un cheval pendu au sommet d’un arbre. Cette image est utilisée (avec un homme dans l'arbre ) dans la performance. En Champagne, nous avons trouvé des grenades, et la chaussure d'un soldat allemand (nous l’avions vu la première fois au musée de Péronne , elle avait des rivets sur la semelle). Nous avons fait beaucoup de recherches, nous sommes allés à la Belgique et dans le Nord de la France pour voir les vestiges de la guerre et trouver des livres, des lettres et des photos .  Les livres de l'historien Lyn MacDonald , avec des entrevues avec des anciens combattants nous ont beaucoup inspirés. Après, nous avons fait le scénario , étape par étape . Nous avons dû trouver ce qu'il fallait utiliser pour le concevoir ensuite: quand utiliser du texte, quand utiliser des images et comment les combiner avec le son pour raconter l'histoire que nous voulions raconter.
Arthur Sauer : A côté de cela, nous avions aussi la nécessité de réfléchir et de répéter la logistique, parce que nous faisons le film en direct; nous faisons un montage en direct. C'est aussi une partie très compliquée à travailler. J'ai proposé de répéter en trois périodes. Au début de la première période, j'ai été invité par un festival du film pour faire une performance au festival. Ce festival était dans le même bâtiment que l'atelier de Herman. Nous avons donc changé notre programme et travaillé trois jours certaines scènes, et c'est ce que nous avons présenté au public.

Pourquoi avoir voulu aborder le thème de la Grande Guerre? Êtes-vous un passionné d'histoire? un artiste qui pense qu'il est important de raviver les souvenirs pour ne jamais oublier les erreurs du passé?
Arlène Hoornweg : La guerre joue un rôle important dans nos vies. Nous n'avons jamais connu la guerre nous-mêmes, mais nos parents oui, tous de différentes façons. Dans la Grande Guerre, nous voulions montrer ce que c'est que d'être dans une guerre et comment la guerre est une chose terrible.
Arthur Sauer : Je suis en quelque sorte un passionné d'histoire, j'ai eu la meilleure note de l'histoire de la musique au conservatoire. Je pense que l'histoire est intéressante car elle dit d’où nous venons. Je ne pense pas que l'histoire se répète dans un sens littéral, il y a toujours une sorte de progrès, mais les hommes sont des animaux têtus, avec quelques reptiles qui sont toujours là malgré l'évolution.

Qui a écrit le texte de La Grande Guerre? Est-il né en même temps que les "trouvailles" plastiques? ou bien en amont? ou en aval?
Arlène Hoornweg : Nous avons utilisé différentes sources pour les textes. Nous utilisons de véritables lettres d'un soldat appelé Prosper, qui a combattu dans WW1. Un ami de Herman a trouvé tout un paquet de lettres de ce soldat dans une boutique d'antiquités et nous les a données. Nous avons également basé sur des entretiens d’anciens combattants. Il s'agit d'un texte d'un livre de Max Beckman et du livre Westen Nichts Neues par l'écrivain allemand Erich Maria Remarque.

Votre collectif a remporté de nombreux prix. Comment expliqueriez-vous cette adhésion et engouement pour votre concept? Les spectateurs expriment-ils leur vif désir de voir des formes nouvelles sur scène? ou sommes-nous une génération de l'image qui a besoin de retrouver, même sur les planches, l’écran?
Arthur Sauer: Je pense que cela a à voir avec le sujet et aussi avec la façon dont ce sujet est amené à la vie (l’animation est effectivement « le fait de rendre vivant »), et le fait que le concept de tout faire en direct (le making off ..., et le film en même temps) est un principe directeur qui le fait fonctionner comme une forme d'art.
Arlène Hoornweg : Je pense que c'est la combinaison de la forme que nous utilisons, qui est tout à fait unique et les histoires que nous racontons, qui sont universelles. Nous utilisons une forme ouverte, nous invitons les gens à venir voir, à s’ouvrir et à être surpris. Dans la forme que nous utilisons, nous ne sommes pas exhaustifs, nous sommes toujours en train de jouer avec la suggestion. Nous laissons un espace pour le public pour qu’il utilise sa propre imagination. Le public est souvent si surpris qu'il est ému par notre performance même s’il sait que nous n'utilisons que des marionnettes, le persil et un village fait de papier, ou des pains et des bananes et des noix de coco.

LA GRANDE GUERRE
Compagnie / Metteur en scène HOTEL MODERN ET ARTHUR SAUER
Auteurs : Herman Helle, Pauline Kalker, Arlène Hoornweg
Scénario et mise en scène : Herman Helle, Pauline Kalker, Arlène Hoornweg
Avec : Trudi Klever, Maartje van den Brink, Anouk Driessen, Laura Mentink
Création son et perfomance live : Arthur Sauer
Technicien :  Joris van Oosterhout

Le site de la compagnie : www.hotelmodern.nl

Dates de représentation en 2014

- Le 15 avril à Delft ( Pays-Bas) / De Veste
- Les 16 et 17 avril à Sortie Ouest à Béziers ( France)
- Les 24 et 25 avril à Forbach / Le Carreau ( France)
- Les 29 et 20 avril au Het Perron à Ypres ( Belgique)
- Du 14 au 17 mai au Théâtre National de Toulouse ( France)
- Du 21 au 24 mai à Amsterdam (Pays-Bas) / Frascati
- Du 24 au 26 juin à Londres au Lift Festival ( Angleterre)
- Les 5 et 7 juillet à Essen ( Allemagne)

A lire aussi:

Christian Benedetti : "Changer la façon de faire ne suffit pas si elle ne met pas en perspective une autre façon de regarder et de voir."

Juan Carlos Zagal : le mariage superbe de la vidéo, du théâtre et de la bande-dessinée

Jean-Claude Penchenat exhume une comédie de cape et d'épée de Théophile Gautier

Tout mon amour : "une histoire extraordinaire qui arrive à des gens ordinaires "

Fafiole Palassio : " Parce que le pain, ça se partage ! "

David Ayala : "Tout chez Guy Debord peut insuffler de grandes forces de vie et de combat"

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Publication : mardi 21 mars 2017 09:37

Par Nicolas Vidal - L’artiste italien Fausto Mesolella s’est associé  à l’écrivain Stefano Benni pour ce nouvel album Canta Stefano Benni.

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Publication : lundi 20 mars 2017 17:57

Par BSC NEWS - Sophie Nouaille dans son émission «  En quête de sens » sur Radio Notre Dame a abordé ce Lundi 20 mars 2017 une thématique culturelle autour de «  Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer