BSC News

 

 

 

           

Rodolphe DanaPropos recueillis par Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Comédien et metteur en scène, ancien-élève du Cours Florent, Rodolphe Dana est le co-créateur avec Katja Hunsinger du collectif des Possédés. En 2014, il a choisi de monter Voyage au bout de la nuit ; il y incarne tous les personnages et vient nous raconter la guerre de 14 et les tranchées, l’Afrique et le colonialisme, l’Amérique et son dieu Dollar et puis Molly, seul être que Ferdinand Bardamu a aimé. L’occasion d’entendre ce texte antinationaliste, anticolonialiste, anticapitaliste, anarchiste où l’homme n’est considéré que comme de la «  pourriture en suspens » et qui résonne de façon profondément désespérée. Le collectif des Possédés qui manie les émotions avec autant de justesse que de violence ne pouvait pas laisser de côté cette oeuvre majeure.

Auriez-vous une anecdote en lien avec ce monument littéraire que vous vous apprêtez à mettre sur la scène? Vous souvenez-vous, par exemple, de votre rencontre avec Ferdinand Bardamu?
J'avais 20 ans, je crois lorsque j'ai lu pour la première fois Le voyage... Un choc, une révélation esthétique. On avait le droit d'écrire en faisant des fautes d'accord grammaticales et de conjugaison. On renversait une table recouverte de livres poussiéreux. On faisait place nette. On dynamitait l'histoire de la littérature. On inventait un style. Le style de ce terrible début de 20ème siècle.

Si vous deviez dire quelques mots à propos de Voyage au bout de la nuit, lesquels vous viendraient immédiatement à l’esprit?
Guerre. Sensibilité. Solitude. Foule. Amour. Chaleur. Pluie. Bruit. Odeur. Écriture.

Aviez-vous déjà vu des adaptations théâtrales de cette oeuvre? Est-ce une raison qui vous a poussé à monter ce texte qui vous tenait à coeur et dont les mises en scène vous avaient laissé insatisfait?
Je ne me soucie pas de ce qui a été fait de cette œuvre. En bien ou en mal. Mais il y a une nécessité et je réponds à cette nécessité intérieure.

Le collectif Les Possédés propose un théâtre généreux, qui saisit les émotions à bras-le-corps : ce texte de Céline répondait donc exactement à la « ligne » de votre compagnie?
L'oeuvre de Celine répond à ce qu'on recherche. Une histoire, une écriture singulière, une humanité. Du grotesque, du sublime. De la mesure, de la démesure. De la simplicité et de la générosité.

Etait-ce aussi l’occasion de rendre hommage, à votre manière, au centenaire de la guerre de 14? Quel(s) artiste(s), outre Céline, ont parlé de la Grande Guerre d’une façon qui vous a fortement touché?
Les œuvres marquantes : " À l'ouest rien de nouveau" de Remarque. " ceux de 14 " de Genevoix. " La route des flandres" de Simon…

Vous êtes seul sur scène. Seul avec Céline et… un décor épuré? quelques lumières? Parlez-nous de vos choix esthétiques pour cette création.
Sur scène, je suis seul, avec des éléments modulables, que je déplace, soulève... Pour créer des espaces de jeu évoquant un bateau, une tranchée, des buildings... Et un beau travail en lumière pour suggérer une ambiance selon les paysages traversés.

Voyage au bout de la nuit
Collectif Les Possédés - Artistes associés
D’après le roman de Louis-Ferdinand Céline (Éditions Gallimard)
Création dirigée par Katja Hunsinger et Rodolphe Dana
Avec Rodolphe Dana
Adaptation: Rodolphe Dana, Katja Hunsinger
Lumière: Valérie Sigward
Costumes: Sara Bartesaghi Gallo
Régie générale: Wilfried Gourdin

Dates des représentations:
- 13 et 14 mars 2014 à la Scène Nationale d’Aubusson - Théâtre Jean Lurçat
- Du 1er au 4 avril 2014 au Théâtre de Nîmes scène conventionnée pour la danse contemporaine
- Du 9 au 11 avril 2014 à la Ferme du Buisson - Scène Nationale de Marne-la-Vallée
- Du 28 au 30 avril et du 5 au 7 mai 2014 au TNBA - Bordeaux
- 15 et 16 mai 2014 à la Scène Watteau, Nogent sur Marne

Crédit photo ®Jean Louis Fernandez

Pour aller plus loin, l’interview d’un comédien du collectif des Possédés sur une autre de leurs créations : Tout mon amour : "une histoire extraordinaire qui arrive à des gens ordinaires "

A lire aussi:

Christian Benedetti : "Changer la façon de faire ne suffit pas si elle ne met pas en perspective une autre façon de regarder et de voir."

Juan Carlos Zagal : le mariage superbe de la vidéo, du théâtre et de la bande-dessinée

Jean-Claude Penchenat exhume une comédie de cape et d'épée de Théophile Gautier

Tout mon amour : "une histoire extraordinaire qui arrive à des gens ordinaires "

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Publication : mardi 21 mars 2017 09:37

Par Nicolas Vidal - L’artiste italien Fausto Mesolella s’est associé  à l’écrivain Stefano Benni pour ce nouvel album Canta Stefano Benni.

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Publication : lundi 20 mars 2017 17:57

Par BSC NEWS - Sophie Nouaille dans son émission «  En quête de sens » sur Radio Notre Dame a abordé ce Lundi 20 mars 2017 une thématique culturelle autour de «  Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer