Des mots Au fil de ses éditions, l'été du Livre à Metz, rebaptisé en 2011, Festival de la littérature et du journalisme, s'est taillé une belle réputation en Lorraine. Selon ses organisateurs, le festival est un événement majeur de la vie culturelle messine et occuperait aujourd'hui la troisième place des manifestations nationales organisées autour du livre et du journalisme. Cette année, la 27ème édition invite du 10 au 13 avril 2014 dans différents lieux de la ville messine, de nombreux auteurs européens venus de Grèce, d'Islande, d'Irlande, du Royaume-Uni, de Turquie et d'Ukraine. Philippe Lefait est associé à la programmation. Nous lui avons demandé de nous présenter le festival de la littérature et du journalisme à Metz, "Edition spéciale Europe".

Entretien avec Philippe Lefait  (Propos recueillis par Loïc Bertrand- Bscnews.fr)

On vous connaît  comme journaliste de télévision mais aussi comme producteur et animateur de l'émission culturelle "Des mots de Minuit" supprimée par France Télévision en juin 2013. Diriez- vous comme cela a été évoqué à l'époque qu'il y avait trop de culture sur France 2 ?
L'argument a été avancé par le directeur des programmes de l'époque. Il estimait que trois magazines dits culturels mais de nature différente ('"Ce soir ou jamais", "Grand public" et "Des mots de minuit") sur une chaîne généraliste, c'était -et il le disait sans rire- un de trop. Plus largement , ont été avancées des considérations de budget -l'émission était produite, ce qui est devenu très rare, en interne,  par des personnels de France Télévisons- et d'audience. "Des mots de minuit" attirait 250 000 téléspectateurs. Ce qui, somme toute, dans une logique de service public, n'est pas si mal d'autant que le magazine a toujours été programmé tardivement, rarement à l'horaire annoncé et jamais à la même heure.

À votre avis, y-a-t-il  encore une place pour une émission culturelle quotidienne sur une chaine TV du service public ?
Bien sûr. Elle existe sur France 5 ou sur Arte qui sont des chaînes thématiques, de connaissance ou culturelle. Sur une chaîne généraliste, il suffirait d'un peu de volonté politique. Pourquoi l'audience, la concurrence -donc le chiffre et l'idéologie du marché- ou le sens du poil seraient-ils les seuls critères en la matière? Il y a trente ans, quand je suis arrivé à Antenne 2, son directeur de l'époque, Marcel Jullian me disait déjà :"Pas trop d'enthousiasme, jeune homme! Nous sommes entrés dans un système concurrentiel qui lorgne les consommateurs fidèles!"

En ce qui vous concerne, avez-vous des projets pour la télévision dans les mois à venir ?
L'émission "Des Mots de minuit" revisitée dans la proposition mais pas dans son ADN (l'entretien) ou son exigence pourrait prochainement revenir sur FT sous forme de chaîne numérique.

Quelles sont vos nouvelles activités depuis votre départ de France Télévisions ?
Je suis toujours journaliste dans cette vénérable maison et nous avons travaillé avec les "survivants" de l'émission (les autres ont pris d'autres chemins culturels) à ce projet éditorial sur la plateforme numérique de FT. Je tiens chronique mensuelle par ailleurs pour "Le Magazine Littéraire" et je préside, au Centre National du Cinéma, la commission d'aide à l'écriture.

En quoi consiste votre rôle en tant que co-programmateur du festival du livre et du journalisme à Metz ?
Avec Mathias Enard  et Bernard Guetta, nous en sommes les conseillers éditoriaux. Mais c'est sans mérite. Nous avons affaire à de "gentils organisateurs" dont l'expérience, la passion, la curiosité et l'implication balisent largement le sujet. Mais comme écrivain ou comme journalistes nous sommes concernés par ce point où se rencontrent littérature et reportage. Qui de celui qui essaye de rapporter un pan du réel ou de celui qui le fictionne est le plus juste? Question toujours ouverte. 

Quelles sont les motivations qui ont guidé votre choix de participer à cette 27ème édition?
Je suis journaliste. La lecture -plutôt sur papier- et sa temporalité sont mes tropismes. Cherchez l'erreur! Il n'y en a pas.

La présence  du directeur de France Culture Olivier Poivre d'Arvor comme parrain de cette nouvelle édition et celle de la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti  pour inaugurer le festival, n'incitent-elles pas à une exigence plus forte concernant la programmation 2014?
Regardez les programmations précédentes. Elles ont toujours été exigeantes. La qualité de ceux que vous citez ne fait que confirmer l'intérêt de ce festival.   

Pouvez-vous nous parler plus en détail de cette édition 2014 tournée vers l'Europe ainsi que de la programmation qui sera proposée ?
Pour la programmation précise, elle est en voie de finalisation.  Pour ce qui concerne l'Europe, je me permets deux remarques. Je ne voudrais pas qu'elle finisse en citadelle fantasmant un état de siège pour fermer ses frontières. Quant à L'Europe de la norme et de l'économie, elle est triste à mourir. Qui sont ces "vrais gens", comme le dit un poncif, qui font ou feront communauté ?
 
Si vous deviez recommander à nos lecteurs, le travail de trois écrivains présents à Metz cette année, auxquels penseriez-vous?
Parce que j'ai eu récemment leurs livres entre les mains:  Pierre Pachet et Lionel Duroy qui s'acharnent à cerner le rapport à l'autre, Patrick de Saint Exupéry parce que le Rwanda et la revue XXI, Fatou Diome pour la nécessité de l'ailleurs. 

Et si vous deviez conseiller un livre à nos lecteurs ? Quel serait-il ?
Parce qu'il est remarquable dans ce qu'il dit de notre société néo libérale qui préfère la santé mentale pour tous à la folie, le livre de Patrick Coupechoux: "Un homme comme vous; Essai sur l'humanité de la folie". C'est publié au seuil.".

A lire aussi:

L’Académie Balzac : quand la téléréalité se mêle de littérature

Rencontres du livre et du vin : les écrivains francophones et la guerre

Blues : 19ème anniversaire pour le Festival Blues autour du Zinc

Rentrée de janvier, quoi de neuf ?

Prix de la Closerie des Lilas : la première sélection dévoilée

Retrouvez ici le site du festival

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/photopresse2/desmotsdeminu.jpg}

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:54

Par Jonathan Rodriguez - La 21e édition du Festival Les Suds à Arles se dévoile. Du 11 au 17 juillet 2016, cet évènement estival au coeur de la cité arlésienne accueillera plus de 60 000 festivaliers, 60 concerts et des rencontres musicales. Viendront s’ajouter une quarantaine de stages et master classes (chant, danse et musique). Chaque été pendant une semaine, jour et nuit, le festival met en avant une exigence artistique assumée doublée d’un esprit festif indispensable. Un mélange bienvenu entre les plus grandes voix et les sonorités du monde, des plus populaires aux plus intimistes alliant acoustiques, électriques ou électroniques.

Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:23

Par Nicolas Vidal - Tribeqa est un transfuge de la scène musicale nantaise et de son incroyable vitalité. L’idée musicale tourne autour d’une architecture Afro-Jazz-Hip Hop qui surprend et s’affirme au carrefour des influences. Ni trop Jazz, ni trop Hip-Hop, l’alchimie prend avec vigueur. On vous recommande la découverte de Tribeqa.

Florian Pellissier :  Cap vers le son Blue Note
Florian Pellissier : Cap vers le son Blue Note
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:39

Par Nicolas Vidal - Le postulat est simple. Le Quintet de Florian Pellissier revendique à l’enregistrement un son des années 60 similaire à celui du Label Blue Note. Le pari est osé mais réussi avec son nouvel album «Cap de bonne espérance». On aime les ondulations et les saveurs mirobolantes de cet album dans lequel le Florian Pellissier Quintet excelle.

Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:04

Par Romain Rougé - Niels Ackerman a passé trois ans à Slavoutytch, en Ukraine. Le photojournaliste est parti à la rencontre des « enfants de Tchernobyl » qui habitent une ville sortie de terre après la catastrophe. Dans « L’Ange Blanc », l’ouvrage qui rend compte de son travail, il propose une autre vision de l’Ukraine et de Tchernobyl. Interview.

Festival des jeux du théâtre de Sarlat : Une 65ème édition éclectique
Festival des jeux du théâtre de Sarlat : Une 65ème édition éclectique
Publication : mardi 24 mai 2016 11:30

Par Jonathan Rodriguez - Le Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat - le plus ancien après Avignon et qui compte parmi les plus renommés de France - présentera sa 65ème édition du 18 juillet au 3 août.

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.

La Toile