Les doigts de l'homme - Mumbo Jumbo Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR /  Cinq musiciens comme les doigts d’une main qui sont prêts à toutes les folies musicales pour jouer ensemble à mille à l’heure. C’est l’histoire de leur dernier album « Mumbo Jumbo » ( charabia en anglais) pour lequel les Doigts de l’Homme prennent un malin plaisir à faire claquer le rythme et le son à une vitesse vertigineuse. Rencontre avec Tanguy Blum, l’un des doigts à la contrebasse.



Vous avez des influences diverses après une formation qui ne vous destinait pas forcément au Jazz manouche. Pouvez-vous nous dire quelques mots à ce sujet ?
Aucun des musiciens des Doigts de l'Homme n'est manouche mais nous partageons tous le même amour pour cette musique que nous avons découvert d’abord avec des artistes comme Angelo Débarre ou Bireli Lagrène avant de connaître Django Reinhardt.
La majorité des musiciens des Doigts de l'Homme sont autodidactes et ont fait du rock, de la chanson, des musiques africaines, du jazz ou même de la musique classique pour certains. Venant de musiques très différentes, nous cherchons à "mélanger" nos diverses influences avec comme élément principal la musique manouche. Cependant, on ne souhaite pas revendiquer un traditionalisme qui serait usurpé.

Qu'est-ce qui vous a attiré dans l'esprit Gypsy ?
La liberté du jazz dans les compositions et l'improvisation alliée à un esprit très populaire, très accessible, des thèmes et du langage général utilisé pour les "soli". Une rare forme de jazz qui parle à des gens qui y sont habituellement réfractaires. Tout cela grâce au génie de Django bien-sûr et de ce petit côté jazz à la française qu'on nous envie à l’étranger...

Ce nouvel album «Mumbo Jumbo» est-il une nouvelle affirmation de votre identité ?
Une identité en perétuelle évolution avec l'arrivée d'un nouveau doigt, heu... membre!  Antoine Girard offre une nouvelle dimension sonore avec le timbre de l'accordéon et la possibilité des accords et de notes tenues.

Comment avez-vous préparé cet album au sein du groupe ? Chacun y amène un peu de soi ou c'est une élaboration plutôt collective ?
Chacun amène des propositions de compositions que nous choisissons et que nous peaufinons en studio pour créer un ensemble musical homogène.

Les titres de l'album ont quelque chose de singulier. Peut-on dire qu'ils sont engagés ? On pense notamment à "Identité nationale"  ou à " Indifférence".
Sans revendiquer d'une mouvance politique particulière, nous sommes tous très sensible à de nombreux problèmes et des sujets de société qui font débat au sein même du groupe. Olivier Kikteff, le fondateur et compositeur principal du groupe, a plusieurs fois "chargé" les titres de ses compositions pour que des morceaux instrumentaux donnent aussi à réfléchir (Identité nationale, Camping sauvage à Auschwitz... ).

10 ans de vie commune autour d'un groupe de 5 musiciens. Ce n'est pas courant comme longévité. Comment expliquez-vous cela ?
La vie d'un groupe est très liée à son fonctionnement humain et aux relations entre tous. Si nous durons dans le temps, c'est que nous avons appris à vivre tous ensemble et même à s'aimer!

Que signifie Mumbo Jumbo ?
C'est un terme anglais qui signifie "charabia", un clin d’œil au joyeux mélange de cet album composé par un peu tout le monde dans des styles différents.

Qu'est ce qu'il y a aujourd'hui dans les Doigts de l' homme qu'il n'y avait pas il y a dix ans en arrière ?
Dix ans dans un groupe génère forcément de l’expérience donc sûrement un peu plus de maturité qu'à l'époque et surtout un certain recul par rapport à la musique que l'on veut proposer.

Il y a quelque chose qui tient de la virtuosité dès l'amorce de l'album avec Da Vibe. Comment parvient-on à cet équilibre avec autant de musiciens ?
Je suppose que c'est l’écriture précise de toutes les parties dans ce genre de compositions où les "tempi" sont rapides.

Si vous deviez définir votre album en deux mots, que diriez-vous ?
Mumbo Jumbo!

 

> Mumbo Jumbo - Les Doigts de l'homme - Lamastrock

> Le site des Doigts de l'homme


Les prochaines dates en 2014:
21/03 : SAINT ANDRÉ LES VERGERS (10) - Festival Guitare du Monde
04/04 : UNIEUX (42) - Coeur de Saison – Le Quarto
10/04 : SENS (89) - Théâtre de Sens
11/04 : CALUIRE ET CUIRE (69) - Radiant Bellevue
12/04 : JACOU (34) - Centre Culturel
17/04 : FALAISE (14) - FORUM DE FALAISE
29/04 : VILLEMOISSON (91) - Le Ludion

01/08 à 21h30 : place Raymond Pelofi à Bize-Minervois ( 11120)

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/evenements/extravangaza.jpg}

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

LE CHOIX

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

A LA UNE

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:54

Par Jonathan Rodriguez - La 21e édition du Festival Les Suds à Arles se dévoile. Du 11 au 17 juillet 2016, cet évènement estival au coeur de la cité arlésienne accueillera plus de 60 000 festivaliers, 60 concerts et des rencontres musicales. Viendront s’ajouter une quarantaine de stages et master classes (chant, danse et musique). Chaque été pendant une semaine, jour et nuit, le festival met en avant une exigence artistique assumée doublée d’un esprit festif indispensable. Un mélange bienvenu entre les plus grandes voix et les sonorités du monde, des plus populaires aux plus intimistes alliant acoustiques, électriques ou électroniques.

Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:23

Par Nicolas Vidal - Tribeqa est un transfuge de la scène musicale nantaise et de son incroyable vitalité. L’idée musicale tourne autour d’une architecture Afro-Jazz-Hip Hop qui surprend et s’affirme au carrefour des influences. Ni trop Jazz, ni trop Hip-Hop, l’alchimie prend avec vigueur. On vous recommande la découverte de Tribeqa.

Florian Pellissier :  Cap vers le son Blue Note
Florian Pellissier : Cap vers le son Blue Note
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:39

Par Nicolas Vidal - Le postulat est simple. Le Quintet de Florian Pellissier revendique à l’enregistrement un son des années 60 similaire à celui du Label Blue Note. Le pari est osé mais réussi avec son nouvel album «Cap de bonne espérance». On aime les ondulations et les saveurs mirobolantes de cet album dans lequel le Florian Pellissier Quintet excelle.

Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:04

Par Romain Rougé - Niels Ackerman a passé trois ans à Slavoutytch, en Ukraine. Le photojournaliste est parti à la rencontre des « enfants de Tchernobyl » qui habitent une ville sortie de terre après la catastrophe. Dans « L’Ange Blanc », l’ouvrage qui rend compte de son travail, il propose une autre vision de l’Ukraine et de Tchernobyl. Interview.

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.

La Toile