BSC News

 

 

 

           

Tout mon amourPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Nous sommes à la campagne : un homme est venu enterrer son père, accompagné de sa femme. Le spectre du père et sa litanie de reproches font brutalement irruption; et, pour ajouter à l'étrangeté de cette apparition, arrive une jeune fille qui prétend être l’enfant que cet homme et cette femme ont perdu mystérieusement dix ans plus tôt. Faut-il croire à l’impossible? Ils font venir alors leur fils : quelle sera sa réaction vis à vis de cette soeur dans l'ombre du souvenir de laquelle il a du grandir?

Rencontre avec David Clavel, l'un des comédiens de ce drame familial et membre depuis l'origine du collectif des Possédés...

Pourriez-vous nous présenter le collectif des "Possédés"? Comment s'est-il créé? qui sont ses membres? et sa démarche artistique?
Le Collectif des Possédés est un collectif d'acteurs qui s'est créé en 2002 à l'initiative de Rodolphe Dana et Katja Hunsinger. Il est composé d'environ huit membres et se complète suivant les spectacles. Après une petite forme autour de "La maladie de la mort" de Marguerite Duras, nous avons créé "Oncle Vania" d'Anton Tchekhov. C'est sur ce spectacle que nous avons élaboré les bases de notre projet artistique: des acteurs, une scène et un texte. Nous voulions remettre le jeu au centre de notre travail théâtral et l'approche collective de la construction d'un spectacle. Comme, pour la plupart, nous nous connaissions depuis l'École Florent, notre complicité en scène nous a facilité la tâche.

C'est votre deuxième collaboration avec l'auteur Laurent Mauvignier : à quel moment arrive son texte? S'écrit-il avant ou durant la création?
Après avoir travaillé sur le roman "Loin d'eux", l'envie de continuer ensemble est née au fur et à mesure. Un jour, Laurent Mauvignier nous a proposé un texte qui était issu d'un scénario inachevé. Il avait continué l'écriture et s'était retrouvé avec un objet littéraire qui n'était plus un scénario et pas un roman non plus. C'était peut-être du théâtre? Nous l'avons lu et avons émis des hypothèses sur sa forme possible. Laurent est reparti sur l'écriture et quelques mois plus tard a proposé une nouvelle version qui était plus forte, plus concentrée. Ensuite il y a eu une autre version. Puis nous nous sommes retrouvés à Toulouse, au théâtre Garonne, pour travailler sur le texte avec lui. Tous les acteurs et actrices devant jouer dans cette pièce étaient présents ainsi que Rodolphe Dana. Pendant dix jours nous avons traversé la pièce de part en part, donnant notre avis, posant des questions. Laurent Mauvignier était très ouvert à ce travail, il s'est laissé déplacer par nos propositions et a réécrit pendant cette période au moins quatre versions différentes. C'est ensuite que la décision de monter ce texte a été prise. Ensuite tout au long de la création, la pièce a subi des variations, plutôt de l'ordre de la coupe que de la réécriture.

De quoi est-il question dans Tout mon amour?  Pourriez-vous préciser  ce que sont ces "secrets et ces silences qui fondent la réalité"?
Tout mon amour raconte l'histoire d'une famille qui vit une tragédie depuis une dizaine d'années, la disparition d'un enfant. D'une petite fille. Alors que le père accompagné de sa femme est venu enterrer son propre père, une jeune femme se présente à la porte de la maison du défunt et prétend être leur fille disparue. Est-ce elle ou pas? À partir de cet instant, tout ce qui était enfoui va ressurgir et comme lors d'un accident tous les protagonistes vont être déséquilibrés et les liens qui les unissaient remis en question. Vont-ils tenir, vont-ils échouer à convaincre l'autre? La famille, ce socle qu'ils tentaient de sauver va-t-il résister?

Quel rôle interprétez-vous dans ce drame familial? Comment définiriez-vous votre personnage?
J'interprète le père. C'est un homme qui a été bouleversé par la disparition de sa fille, qui s'en sent coupable, qui vit écrasé par un père tout-puissant et qui tente de maintenir à flot ce navire fantôme qu'est sa famille. Il le fait maladroitement, il n'a pas les mots, il est vu comme un lâche alors que son combat est dur. Son erreur sera peut-être d'avoir cru pouvoir réunir à nouveau tout le monde. Il aime sa femme, son fils, sa fille et  sa naïveté lui fait entrevoir la possibilité d'un repos bien mérité mais le repos viendra- t-il?

Que diriez-vous, enfin, pour donner envie à nos lecteurs de découvrir ce travail?
C'est une pièce qui raconte une histoire extraordinaire qui arrive à des gens ordinaires. C'est une histoire émouvante, avec une écriture riche et forte et un jeu très au présent. Les spectateurs se retrouvent placés comme les témoins de cette histoire de famille. C'est une tragédie contemporaine qui se construit autour d'une situation extrême mais cela permet en définitive de toucher tout le monde, chacun à son échelle. C'est une pièce sur l'amour dans toutes ses formes, au sein du couple, l'amour maternel, paternel, filial, fraternel. C'est avant tout une belle histoire.
 

Tout mon amour de Laurent Mauvignier
Création du collectif Les Possédés, dirigée par Rodolphe Dana
Avec Simon Bakhouche, David Clavel, Julien Chavrial, Émilie Lafarge, Marie-Hélène Roig
Crédit-photo: Jean-Louis Fernandez

Dates des représentations:

- Les 11 et 12 février 2014 à Sortie Ouest ( Béziers, 34)

-Le 19 février 2014  à La Passerelle, Gap

- Le 21 février 2014 au Théâtre Durance, Château-Arnoux

- Le 11 mars 2014 - Théâtre en Drascénies, bd Clemenceau ( Draguignan)

- Le 13 mars 2014 au Palais des Congrès, Saint-Raphaël

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Publication : mardi 21 mars 2017 09:37

Par Nicolas Vidal - L’artiste italien Fausto Mesolella s’est associé  à l’écrivain Stefano Benni pour ce nouvel album Canta Stefano Benni.

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Débat : " Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Publication : lundi 20 mars 2017 17:57

Par BSC NEWS - Sophie Nouaille dans son émission «  En quête de sens » sur Radio Notre Dame a abordé ce Lundi 20 mars 2017 une thématique culturelle autour de «  Faut-il habiter Paris pour se cultiver ?"

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer