BSC News

 

 

 

           

naoto hattoriPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Né en 1975 à Yokohama, Naoto Hattori est un jeune peintre japonais qui a suivi les cours d'arts visuels de New-York. Il fait parti du mouvement pop-surréaliste appelé "Lowbrow art" qui s'est développé à Los Angeles à la fin des années 1970. Ses œuvres évoquent souvent la mythologie ; on croise en effet des nymphes, des êtres hybrides ou encore Vénus ; la métamorphose est ainsi déclinée à l'envi... Il nous a ainsi confié que ses illustrations mettent en scène des "monstres" sortis tout droit de son imagination. Fascinés par ses figures atypiques, nous souhaitions vous le faire rencontrer en mots ( qu'il utilise avec parcimonie) et en images superbes.

Vous souvenez-vous du moment où vous avez décidé de devenir peintre?
Je pense que c’était à 21 ans, quand j’ai décidé de partir à New-York pour faire une carrière artistique.

Avec quels outils, matériaux et supports travaillez-vous?
J’utilise la peinture acrylique avec des pinceaux divers et j’emploie même parfois l’aérographe. Je peins sur des toiles et sur des planches.

Quelles sont vos sources d’inspiration?
J’adore tout simplement peindre ce que je veux peindre sur le moment.

Est-ce qu’au sein de votre travail, vous pourriez distinguer des périodes où vous auriez travaillé davantage sur un thème en particulier….il semble, en effet, que vous vous soyez attaché , à un moment, à la question de la ramification, à l’idée de l’arbre avec des toiles comme «  Inspiration », « Gathery », « Idolize »…à moins que ce ne soit le thème du cerveau que vous développiez?
Je ne crois pas avoir de thèmes obsessionnels particuliers dans mon travail. Je peins simplement ce que je vois dans ma tête.

Le monde extraterrestre semble toutefois être une source d’inspiration, non?
Je peins des créatures extraterrestres et d'autres tout aussi exotiques, mais elles sont juste des formes qui vivent dans ma tête. Je ne sais même pas comment je les ai créées, mais elles vivent dans ma tête. Alors je les capture et je les peins!

Vos travaux picturaux créent une sorte de mythologie qui vous est personnelle….
J’aime imaginer et peindre des choses qui n’existent pas dans le monde où je vis. Et j’aime aussi représenter mes sentiments et mes émotions.

Si vous aviez à choisir l’un de vos travaux et l’expliquer….lequel serait-ce? et pourquoi celui-ci en particulier?
Non, je ne peux pas...c’est trop dur de choisir...

Le site de Naoto Hattori

 

A découvrir aussi:

Nicoletta Ceccoli : une dessinatrice de Saint-Marin aussi mystérieuse que brillante

Jean-Martial Dubois : la ville sens dessus dessous

Eric White : des toiles rétro-chic aux belles américaines

Vox : De notes et de couleurs avec Matteo de Longis

Ashley Wood : un pinceau australien atypique

Manchu : un illustrateur incontournable de science-fiction

Quand l'Opéra et le Crayon s'offrent une danse complice




Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer