bugarachPar Laurence Biava - Bscnews.fr/ Régine Salvat, après avoir publié un brillant essai chez Jean-Claude Lattès en 2011 à la mémoire de son fils disparu « Une histoire à tenir debout (JC Lattès 2011)", a choisi cette fois de nous embarquer dans le pays audois pour nous raconter cette histoire palpitante, un récit à la frontière des genres. Sa plume nous renvoie, dans un thriller envoûtant, aux peurs ancestrales qui émaillent le pays cathare et à tous les espoirs qui animent les hommes.
C’est l’histoire de Laurène qui se décide à retrouver Blanche, son amie d’enfance. Toutes les pistes explorées mènent à Rennes-les-Bains, village occitan situé à deux pas de la « montagne inversée », le Puech de Bugarach. Et c’est dans ces conditions pour le moins inhabituelles dans ce petit village d’ordinaire paisible qu’elle rencontre le vieux Désiré, « le diable des sommets », fait connaissance avec les amis de Basile, le patron du bistrot... Michael, le spéléologue, est retrouvé noyé au fond d’une galerie de la montagne, Laurène est convaincue que sa mort est en lien avec la disparition de son amie Blanche. L’inspecteur César Fougas, chargé de l’enquête, devra bientôt s’adjoindre, bon gré mal gré, les services de Laurène, une aide nécessaire, mais embarrassante ! Grâce à ses relations nouées depuis peu, notre profileuse va peu à peu s’imprégner de l’âme de cette Terre cathare. 

« En arrivant aux Bragalous, j’ai couru dans les landes. Des envolées de papillons jouaient dans les taillis. Des merveilles de flambées et d’argus, couleur d’ oranges bleues. Impossible de libérer mon esprit des questions : elles tourbillonnaient avec les volutes d’insectes agacés par la menace d’orage. Une menace insidieuse et prégnante. Embarquée dans mes réflexions, j’avais oublié toute prudence. J’allais franchir la crête quand une lueur a déchiré le plafond des nuages. Elle a embrasé les montagnes. Les insectes se sont tus, les papillons ont disparu ».
Sur fond de rumeur de fin du monde en décembre 2012, il règne dans le village une frénésie et une excitation palpable. Le récit de Régine Salvat est superbement écrit, les magnifiques descriptions des paysages et des terres méritent d’être soulignées, ainsi que le cours scénaristique qui tient le lecteur en haleine de la première page à la dernière. On appréciera aussi l’éclat ambivalent de tous ces lieux sombres dépeints, peuplés de peurs ancestrales, de cette magie noire, dont l’héroïne va oser affronter les secrets. L’auteur dépeint merveilleusement ces vestiges de l’histoire mystique et initiatique de ce pays cathare, car quiconque le voit, s’imprègne de lui à tout jamais et ne peut se défaire de sa nostalgie. . …
Une odeur de soufre plane sur tout le récit, et c’est un régal. Bugarach est au fond,  un conte palpitant tout aussi ravissant que décalé qui fait la part belle à l’appétence de vivre, à l’ouverture d’esprit, aux signes absolus qui émerveillent dans les feux des rencontres, aux terres des hommes, aux vestiges humains et spirituels, aux mystères des croyances anciennes toujours plus captivantes chaque fois qu’on les revisite, qu’on les prolonge parce qu’elles créent les légendes, ces humeurs de pierre qu’on ne balaye pas aussi vite que le vent.


➤ Bugarach, le mystère de la femme à l’oiseau.
Régine Salvat – TDO éditions 

A lire aussi:

Un roman plein de vie, grinçant et peu ordinaire

Yo-yo ou la cornélienne question du pardon

L'écrivain face au doute, à l'angoisse et à la mélancolie

Gallimard : Trois femmes, trois seconds romans et une idée fixe

 {fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/roman2/bugarach.jpg}





Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile