AllizePar Laurence Biava - Bscnews.fr/ Le troisième roman d’Alizé Meurisse, après « Pâle sang bleu » et « Roman à clefs » est un des romans les plus sexy et décalés de cette rentrée littéraire.   

C’est l’histoire d’ un acteur au sommet de sa gloire qui jouit d'un grand pouvoir de séduction. Las d’être un cliché ambulant avec des femmes qui se donnent à lui sans réfléchir, il décide de changer de peau. Il découvre une clinique proposant à des clients fortunés de modifier leur apparence pendant 48 heures grâce à une injection d'ADN. Il se laisse tenter, manière pour lui de réapprendre les joies de l'anonymat. C'est alors que, sous les traits de cet autre moi "sans qualités", il devient co-locataire, fait de l’intérim, tombe naturellement amoureux et décide d'incarner véritablement cet autre, en dépit des risques encourus. Réussissant à s’identifier au-delà même de ce qu’il espérait, son état physique et mental se dégrade. Sort impossible à conjurer, le désir effréné d’être cet homme ordinaire le fait basculer "de l'autre côté du miroir" et le piège malgré lui.
Le style de Meurisse a une classe folle : il est éclairé, limpide, ciselé, déluré, faussement dilettante. « J’ai une poussière dans l’œil. Spinoza est mort parce qu’il a passé 21 ans à polir et tailler des lentilles de télescope et que la poussière microscopique a rempli ses poumons jusqu’à les détruire. Il a failli être assassiné pour ses théories. Il a cependant persisté à clarifier le regard des autres au mépris et finalement le risque l’a rattrapé. La lucidité létale ? Dans les tragédies grecques, les clairvoyants sont toujours aveugles ». Ici, donc, elle mélange les genres en un vertigineux entrelacs de boucles et de jeux de miroirs inversés. Tour à tour récit fantasque et fantastique,  pamphlet contemporain, le récit au détour de quelques dissertions bien senties, sert à dénoncer quelques vérités sur le mariage, le désir masculin, l’apparence physique et file à grande allure sans perdre de son énergie et de sa force pour dénoncer le jeu absurde des visages et des corps apprêtés, des apparences, les identités brouillées que sont la culture de la célébrité et son corollaire, l’anonymat.  

« La musique classique aussi demande une initiation. C’est le marqueur social qui fait la différence entre les nouveaux riches et ceux qui viennent de vieilles famillesqui privilégient les « humanités ». Mais en même temps, la musique classique a une incidence sur la vie, le vivant. C’est la seule musique qui influe sur la pousse des plantes, comme le soleil. Y’a pas plus snob qu’une plante verte ! D’ailleurs une jeune virtuose m’a dit que la seule musique qu’elle ne supporte pas, c’est le Métal . Et je me suis dit que le Métal, c’est une pulsion de mort, par rapport au classique qui serait pulsion de vie. Alors, bien sûr, c’est comme le yin et le yang. Y’a un brin de pulsion de mort dans la pulsion de vie et vice versa. Dans le classique, il y a des marches funèbres. Mais musicalement, c’est toujours de la pulsion de vie ».
«Neverdays » est  un roman plein de vie, cruel, grinçant, dérangeant. Un roman peu ordinaire. En dehors des 20 premières pages dont le trait me semble exagérément poussif et d'une narration métaphorique de qualité inégale du fait (parfois) de sa lourdeur, j’ai beaucoup aimé ce livre plein de charme, d’acuité et de grâce.  

Alizé Meurisse «Neverdays» Editions Allia
9,20 €  - 192 pages
ISBN: 978-2-84485-696-8

A lire aussi:

Yo-yo ou la cornélienne question du pardon

L'écrivain face au doute, à l'angoisse et à la mélancolie

Gallimard : Trois femmes, trois seconds romans et une idée fixe

Rentrée littéraire : entre cris et chuchotements

L'encre et le sang : Un roman conçu par un duo d'écrivains efficace



{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/roman2/alize.jpg}

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Festival des jeux du théâtre de Sarlat : Une 65ème édition éclectique
Festival des jeux du théâtre de Sarlat : Une 65ème édition éclectique
Publication : mardi 24 mai 2016 11:30

Par Jonathan Rodriguez - Le Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat - le plus ancien après Avignon et qui compte parmi les plus renommés de France - présentera sa 65ème édition du 18 juillet au 3 août.

Jazz in Marciac : le prestigieux festival de Jazz se dévoile pour 2016
Jazz in Marciac : le prestigieux festival de Jazz se dévoile pour 2016
Publication : mardi 24 mai 2016 10:59

Par Jonathan Rodriguez - « Marciac a choisi le Jazz. À moins que ce ne soit l’inverse » clame Chazz Belmont. La 39ème édition du plus célèbre des festivals de Jazz se dévoile. Du 29 juillet au 15 août 2016, cette petite ville du Gers vibrera comme chaque années aux sons des trompettes, des saxophones et des voix de la planète Jazz. La nouvelle programmation, dense et de qualité, reste fidèle à sa réputation.

Jazz à Sète : La rencontre Jazz et Hip-hop pour l’édition 2016
Jazz à Sète : La rencontre Jazz et Hip-hop pour l’édition 2016
Publication : lundi 23 mai 2016 14:27

Par Jonathan Rodriguez - Pour la 21e fois, le jazz sera au rendez-vous dans la très jolie ville de Sète. Cette nouvelle édition se déroulera du 13 au 19 juillet dans le cadre idyllique du Théâtre de la mer. Le retour de Snarky Puppy le 13 juillet, une première dans l’histoire du festival, fera l’évènement après avoir marqué les esprits l’été dernier.

Airelle Besson : toujours plus haut avec Radio One
Airelle Besson : toujours plus haut avec Radio One
Publication : lundi 23 mai 2016 10:47

Par Nicolas Vidal - Le nouvel album d’Airelle Besson sonne comme une belle promesse.

Verve : le son de l’Amérique dans un livre
Verve : le son de l’Amérique dans un livre
Publication : lundi 23 mai 2016 10:55

Par Nicolas Vidal - L’histoire du Jazz fourmille d’anecdotes les plus croustillantes les unes que les autres. Des destinées fabuleuses, des légendes ou des des histoires personnelles qui ont changé le cours de la musique. 

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.

La Toile