Youn Sun Nah - LEntoPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Forte d’une carrière déjà reconnue, faite de  récompenses et de consécrations de toutes sortes, Youn Sun Nah revient  avec son nouvel album «Lento» paru chez Act Music qui ne déroge pas au talent de l’artiste sud-coréénne. Nous la recevons ce mois-ci dans le Jazz Club afin qu’elle nous en dise plus sur cette incroyable capacité à enchaîner les succès et à remplir les salles.

Vous avez été avant tout attirée par des études des lettres. Comment êtes-vous venue au chant ?
J’ai toujours chanté. Mais je n’ai jamais pensé devenir chanteuse. Mes parents sont tous les deux musiciens mais je ne pensais pas devenir professionnelle comme eux.
Après mes études universitaires, j’ai chanté dans des comédies musicales. Cette opportunité s’est présentée un peu par hasard car le chant restait un loisir pour moi, j’étais autodidacte. Mais cela a été très intéressant. Je n’ai pas eu envie de poursuivre dans cette voie mais cela m’a donne envie d’apprendre le chant et d’étudier la musique. C’est comme cela que j’ai decidé de venir à Paris.


Pourquoi être partie à Paris pour étudier le chant et la musique ?
Lorsque j’ai décidé d’étudier le chant et la musique j’ai pensé au jazz et à la chanson francaise car j’étais trop âgée pour la musique classique. En Corée, je n’avais pas la possibilité de le faire car le jazz était une musique encore très confidentielle. J’ai donc pensé aux Etats-Unis mais j’étais tres attirée par la chanson francaise et la culture francaise. Alors je suis partie en France. J’avais déjà fait un séjour de 8 mois en France en 1989, à Lyon et à Avignon. Mais j’avais envie de revenir et de découvrir Paris.
 
Comment avez-vous découvert le Jazz ?
En étudiant au CIM à Paris. Le jazz etait encore une musique confidentielle en Corée au moment ou j’ai choisi de venir en France. Je ne connaissais quasiment rien de cette musique avant de commencer mes études, à part Louis Armstrong. J’ai tout découvert en France. Les professeurs et les musiciens m’ont donné mes premières réferences discographiques. Ensuite je suis rapidement allée dans les clubs pour écouter des concerts.
 
Est-ce un morceau, un artiste ou un album en particulier qui vous a ému au début de votre carrière ?
Non pas particulierement, j’étais tellement novice que tout me fascinait. Aussi bien des chanteuses et des chanteurs que les instrumentistes. Il y a énormement d’artistes qui m’ont émue et c’est toujours le cas car je continue de découvrir aussi bien chez les anciens que les contemporains, et dans tous les styles de musique.


Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de l'enregistrement de votre premier album " Reflets" en 2001 ?
Ça n’a pas très bien commencé car au depart l’idée d’enregistrer est venue d’un producteur qui a par la suite disparu… Et puis, comme les choses étaient lancées, j’ai eu envie d’aller au bout. Je ne savais pas si je reviendrai un jour en France, ni si je vivrai un jour de ma passion mais je voulais garder un beau souvenir de ces merveilleuses années passées ici. Finalement l’album a été pris en licence chez Sony music Corée et m’a permis de me faire un peu connaitre là-bas. Cela a été en quelque sorte le début d’une histoire. Ce fut une tres belle expèrience que j’ai pu mener a bien grâce à la participation d’amis musiciens.
 
Vous avez récolté de très nombreuses récompenses sur la scène Jazz. A quoi attribuez-vous cela alors que votre parcours est pour le moins singulier ?
Je ne sais pas trop. Pour moi, c’était quelque chose d’inimaginable.
 
Comment situez-vous ce nouvel album " Lento" dans votre carrière musicale ? Est-il un prolongement de ce que vous faites déjà ou le trouvez-vous totalement différent de vos derniers enregistrements ?
Je pense qu’il est dans la continuité. Je ne pense pas qu’il soit tres différent des deux précédents. Dans mon esprit, les trois derniers albums (Voyage, Same girl et Lento) forment une trilogie. Mais chacun me semble avoir un caractère particulier. Trois chapitres différents avec des personnages qui reviennent, des histoires qui se recoupent, des situations qui évoluent.
 
Vous accompagnent sur cet album de fidèles collaborations avec notamment Ulf Wakenius ou encore Vincent Peirani ? Est-ce que le fait de jouer avec ces musiciens crée une osmose particulière dans la conception de l'album ?
Oui je n’aurai jamais pu enregistrer cet album en deux jours si j’avais fait appel à d’autres musiciens. Nous avons l’habitude de travailler ensemble ce qui facilite les choses. Il y a Ulf et Vincent avec lesquels je partage régulierement la scène mais aussi Lars Danielsson et Xavier Desandre Navarre qui ont participé a mes trois derniers albums. Ce sont tous des musiciens d’une qualite inestimable, je sais que je peux compter sur chacun d’eux pour apporter une touche personnelle. Et puis mes trois derniers albums ont ete enregistrés dans le même studio (Nilento) avec le même ingenieur du son, Lars Nilsson. Il participe pleinement a cette osmose dont vous parlez.
 
Si vous deviez définir " Lento " en seulement deux mots, que diriez-vous ?
Je ne peux le faire qu’en trois mots, «prendre le temps».
 
Où pourra-t-on vous voir sur scène lors de ces prochaines semaines ?
En septembre en Chine, au Japon et en Corée.

> Youn Sun Nah « Lento»  (ACT MUSIC)


>> Le site officiel de Youn Sun Nah



Lire aussi :

Paolo Fresu : le trompettiste sarde qui célèbre le Jazz

Laura Littardi : Un Jazz loin des codes

Reith-Demuth-Wiltgen : Le trio Jazz qui fait recette

Eric Legnini : le Jazz de tous les métissages

Red Baraat : La fureur musicale et métissée de New-York

Omer Avital : Le nouveau pape de la scène jazz new-yorkaise

 

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Evènement

Festival Jazz à Junas - 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

LE CHOIX

Planet Jazz : le routard du Jazz

Planet Jazz : le routard du Jazz

Publication : vendredi 22 juillet 2016 16:46

Par Nicolas Vidal - Nos confrères de Jazz Magazine ont eu la brillante idée de publier un hors série, qui manquait cruellement aux amateurs de jazz. L’objet du pêché de gourmandise ? Un guide des clubs et des festivals de jazz parmi les plus réputés de la planète.

A LA UNE

Les Beatles : un livre d’énigmes aux couleurs psychédéliques

Les Beatles : un livre d’énigmes aux couleurs psychédéliques

Publication : samedi 23 juillet 2016 08:02

Par Nicolas Vidal - Une bonne occasion pour réviser les Beatles cet été avec ce livre d’énigmes aux couleurs psychédéliques Les Beatles en 20 tableaux retrace l’hsitoire du célébre groupe à travers  un ouvrage ludique et passionnant sous le prisme de Ringo Star.

Planet Jazz : le routard du Jazz

Planet Jazz : le routard du Jazz

Publication : vendredi 22 juillet 2016 16:46

Par Nicolas Vidal - Nos confrères de Jazz Magazine ont eu la brillante idée de publier un hors série, qui manquait cruellement aux amateurs de jazz. L’objet du pêché de gourmandise ? Un guide des clubs et des festivals de jazz parmi les plus réputés de la planète.

Belles de jour : l'évocation de la femme

Belles de jour : l'évocation de la femme

Publication : vendredi 22 juillet 2016 09:53

Par Marc Emile Baronheid - Les collections du musée des Beaux-Arts de Nantes sont riches de quantité d’œuvres représentant la femme, selon les époques et les courants artistiques. Des travaux neutralisant ledit musée, l’idée est venue de montrer ailleurs un ensemble couvrant les années 1980-1930.

Eva Cassidy : NightBird comme un hommage vibrant

Eva Cassidy : NightBird comme un hommage vibrant

Publication : jeudi 21 juillet 2016 10:03

Par Nicolas Vidal - Un immense coup de coeur pour ce formidable album qui rend hommage à la jeune chanteuse américaine Eva Cassidy disparue brutalement en 1996, terrassée par la maladie.

Bertrand Dicale : une passion opiniâtre pour la chanson française

Bertrand Dicale : une passion opiniâtre pour la chanson française

Publication : jeudi 21 juillet 2016 09:42

Par Marc Emile Baronheid - A ceux pour qui l’été en musique signifie autre chose que farandoles niaises et  karaokés éthyliques. Arc-bouté à la chanson française avec audace et absence de conformisme, Dicale lui voue  une passion opiniâtre. Qu’il lui consacre un dictionnaire amoureux relève moins de l’opportunisme que de la logique affective.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer