Youn Sun Nah - LEntoPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Forte d’une carrière déjà reconnue, faite de  récompenses et de consécrations de toutes sortes, Youn Sun Nah revient  avec son nouvel album «Lento» paru chez Act Music qui ne déroge pas au talent de l’artiste sud-coréénne. Nous la recevons ce mois-ci dans le Jazz Club afin qu’elle nous en dise plus sur cette incroyable capacité à enchaîner les succès et à remplir les salles.

Vous avez été avant tout attirée par des études des lettres. Comment êtes-vous venue au chant ?
J’ai toujours chanté. Mais je n’ai jamais pensé devenir chanteuse. Mes parents sont tous les deux musiciens mais je ne pensais pas devenir professionnelle comme eux.
Après mes études universitaires, j’ai chanté dans des comédies musicales. Cette opportunité s’est présentée un peu par hasard car le chant restait un loisir pour moi, j’étais autodidacte. Mais cela a été très intéressant. Je n’ai pas eu envie de poursuivre dans cette voie mais cela m’a donne envie d’apprendre le chant et d’étudier la musique. C’est comme cela que j’ai decidé de venir à Paris.


Pourquoi être partie à Paris pour étudier le chant et la musique ?
Lorsque j’ai décidé d’étudier le chant et la musique j’ai pensé au jazz et à la chanson francaise car j’étais trop âgée pour la musique classique. En Corée, je n’avais pas la possibilité de le faire car le jazz était une musique encore très confidentielle. J’ai donc pensé aux Etats-Unis mais j’étais tres attirée par la chanson francaise et la culture francaise. Alors je suis partie en France. J’avais déjà fait un séjour de 8 mois en France en 1989, à Lyon et à Avignon. Mais j’avais envie de revenir et de découvrir Paris.
 
Comment avez-vous découvert le Jazz ?
En étudiant au CIM à Paris. Le jazz etait encore une musique confidentielle en Corée au moment ou j’ai choisi de venir en France. Je ne connaissais quasiment rien de cette musique avant de commencer mes études, à part Louis Armstrong. J’ai tout découvert en France. Les professeurs et les musiciens m’ont donné mes premières réferences discographiques. Ensuite je suis rapidement allée dans les clubs pour écouter des concerts.
 
Est-ce un morceau, un artiste ou un album en particulier qui vous a ému au début de votre carrière ?
Non pas particulierement, j’étais tellement novice que tout me fascinait. Aussi bien des chanteuses et des chanteurs que les instrumentistes. Il y a énormement d’artistes qui m’ont émue et c’est toujours le cas car je continue de découvrir aussi bien chez les anciens que les contemporains, et dans tous les styles de musique.


Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de l'enregistrement de votre premier album " Reflets" en 2001 ?
Ça n’a pas très bien commencé car au depart l’idée d’enregistrer est venue d’un producteur qui a par la suite disparu… Et puis, comme les choses étaient lancées, j’ai eu envie d’aller au bout. Je ne savais pas si je reviendrai un jour en France, ni si je vivrai un jour de ma passion mais je voulais garder un beau souvenir de ces merveilleuses années passées ici. Finalement l’album a été pris en licence chez Sony music Corée et m’a permis de me faire un peu connaitre là-bas. Cela a été en quelque sorte le début d’une histoire. Ce fut une tres belle expèrience que j’ai pu mener a bien grâce à la participation d’amis musiciens.
 
Vous avez récolté de très nombreuses récompenses sur la scène Jazz. A quoi attribuez-vous cela alors que votre parcours est pour le moins singulier ?
Je ne sais pas trop. Pour moi, c’était quelque chose d’inimaginable.
 
Comment situez-vous ce nouvel album " Lento" dans votre carrière musicale ? Est-il un prolongement de ce que vous faites déjà ou le trouvez-vous totalement différent de vos derniers enregistrements ?
Je pense qu’il est dans la continuité. Je ne pense pas qu’il soit tres différent des deux précédents. Dans mon esprit, les trois derniers albums (Voyage, Same girl et Lento) forment une trilogie. Mais chacun me semble avoir un caractère particulier. Trois chapitres différents avec des personnages qui reviennent, des histoires qui se recoupent, des situations qui évoluent.
 
Vous accompagnent sur cet album de fidèles collaborations avec notamment Ulf Wakenius ou encore Vincent Peirani ? Est-ce que le fait de jouer avec ces musiciens crée une osmose particulière dans la conception de l'album ?
Oui je n’aurai jamais pu enregistrer cet album en deux jours si j’avais fait appel à d’autres musiciens. Nous avons l’habitude de travailler ensemble ce qui facilite les choses. Il y a Ulf et Vincent avec lesquels je partage régulierement la scène mais aussi Lars Danielsson et Xavier Desandre Navarre qui ont participé a mes trois derniers albums. Ce sont tous des musiciens d’une qualite inestimable, je sais que je peux compter sur chacun d’eux pour apporter une touche personnelle. Et puis mes trois derniers albums ont ete enregistrés dans le même studio (Nilento) avec le même ingenieur du son, Lars Nilsson. Il participe pleinement a cette osmose dont vous parlez.
 
Si vous deviez définir " Lento " en seulement deux mots, que diriez-vous ?
Je ne peux le faire qu’en trois mots, «prendre le temps».
 
Où pourra-t-on vous voir sur scène lors de ces prochaines semaines ?
En septembre en Chine, au Japon et en Corée.

> Youn Sun Nah « Lento»  (ACT MUSIC)


>> Le site officiel de Youn Sun Nah



Lire aussi :

Paolo Fresu : le trompettiste sarde qui célèbre le Jazz

Laura Littardi : Un Jazz loin des codes

Reith-Demuth-Wiltgen : Le trio Jazz qui fait recette

Eric Legnini : le Jazz de tous les métissages

Red Baraat : La fureur musicale et métissée de New-York

Omer Avital : Le nouveau pape de la scène jazz new-yorkaise

 

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/jazzclub/younsunnah.jpg}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

BackStage

Jack Savoretti : l'abnégation comme moteur du succès
Jack Savoretti : l'abnégation comme moteur du succès
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:32
Gumguts : des concerts live en appartement
Gumguts : des concerts live en appartement
Publication : jeudi 19 novembre 2015 09:16
Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding
Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding
Publication : mardi 17 novembre 2015 09:14
Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien
Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien
Publication : samedi 7 novembre 2015 16:41
Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy
Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy
Publication : jeudi 8 octobre 2015 08:26

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

LE CHOIX

Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Publication : jeudi 4 février 2016 07:35

Par Nicolas Vidal - Allez chiner du côté de Bd music qui vient de faire paraître 2 nouveaux opus de BD jazz composés d’une BD et de deux Cd. On se délectera, d’une part, de la discographie complète de Sarah Vaughan ou l’on retrouvera tous ses plus grands  titres sur deux CD incontournables.

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Publication : lundi 8 février 2016 14:40

Par Marc Emile Baronheid - Tom Clancy est un poids lourd du roman d’espionnage, chantre inconditionnel de la toute puissance et de la détermination des USA à défendre la démocratie universelle, quitte à pratiquer un chauvinisme vitaminé.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Publication : vendredi 5 février 2016 08:55

Par Marc Emile Baronheid - Si Brel avait connu l’univers des romans de Peter Aspe, il y aurait peut-être puisé matière à une autre chanson sur les Flamands. C’est que, chevillées au Plat Pays comme elles le sont, les tribulations du commissaire Van In et de sa pulpeuse amoureuse Hannelore, plongent le lecteur dans une truculence reconnaissable entre toutes.

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44

Par Florence Yérémian - On ne se lasse jamais de regarder Monsieur Jourdain: siècle après siècle, ce drôle de bourgeois a si souvent été mis en scène qu’il semble faire partie de notre entourage. Poudré, enrubanné et burlesque à souhait, le voici aujourd’hui sur la scène du Théâtre Michel entouré, comme de coutume, de ses Maitres d’arme, de musique ou de philosophie.

Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Publication : jeudi 4 février 2016 07:35

Par Nicolas Vidal - Allez chiner du côté de Bd music qui vient de faire paraître 2 nouveaux opus de BD jazz composés d’une BD et de deux Cd. On se délectera, d’une part, de la discographie complète de Sarah Vaughan ou l’on retrouvera tous ses plus grands  titres sur deux CD incontournables.

CINEMA

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Publication : lundi 1 février 2016 08:27

Ce nouveau film consacré à Steve Jobs se focalise sur trois moments clef de sa vie : le lancement du Macintosh en 1984, celui du NeXTcube en 1988 (après son éviction de chez Apple) et la consécration de l’iMac en 98.