Youn Sun Nah - LEntoPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Forte d’une carrière déjà reconnue, faite de  récompenses et de consécrations de toutes sortes, Youn Sun Nah revient  avec son nouvel album «Lento» paru chez Act Music qui ne déroge pas au talent de l’artiste sud-coréénne. Nous la recevons ce mois-ci dans le Jazz Club afin qu’elle nous en dise plus sur cette incroyable capacité à enchaîner les succès et à remplir les salles.

Vous avez été avant tout attirée par des études des lettres. Comment êtes-vous venue au chant ?
J’ai toujours chanté. Mais je n’ai jamais pensé devenir chanteuse. Mes parents sont tous les deux musiciens mais je ne pensais pas devenir professionnelle comme eux.
Après mes études universitaires, j’ai chanté dans des comédies musicales. Cette opportunité s’est présentée un peu par hasard car le chant restait un loisir pour moi, j’étais autodidacte. Mais cela a été très intéressant. Je n’ai pas eu envie de poursuivre dans cette voie mais cela m’a donne envie d’apprendre le chant et d’étudier la musique. C’est comme cela que j’ai decidé de venir à Paris.


Pourquoi être partie à Paris pour étudier le chant et la musique ?
Lorsque j’ai décidé d’étudier le chant et la musique j’ai pensé au jazz et à la chanson francaise car j’étais trop âgée pour la musique classique. En Corée, je n’avais pas la possibilité de le faire car le jazz était une musique encore très confidentielle. J’ai donc pensé aux Etats-Unis mais j’étais tres attirée par la chanson francaise et la culture francaise. Alors je suis partie en France. J’avais déjà fait un séjour de 8 mois en France en 1989, à Lyon et à Avignon. Mais j’avais envie de revenir et de découvrir Paris.
 
Comment avez-vous découvert le Jazz ?
En étudiant au CIM à Paris. Le jazz etait encore une musique confidentielle en Corée au moment ou j’ai choisi de venir en France. Je ne connaissais quasiment rien de cette musique avant de commencer mes études, à part Louis Armstrong. J’ai tout découvert en France. Les professeurs et les musiciens m’ont donné mes premières réferences discographiques. Ensuite je suis rapidement allée dans les clubs pour écouter des concerts.
 
Est-ce un morceau, un artiste ou un album en particulier qui vous a ému au début de votre carrière ?
Non pas particulierement, j’étais tellement novice que tout me fascinait. Aussi bien des chanteuses et des chanteurs que les instrumentistes. Il y a énormement d’artistes qui m’ont émue et c’est toujours le cas car je continue de découvrir aussi bien chez les anciens que les contemporains, et dans tous les styles de musique.


Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de l'enregistrement de votre premier album " Reflets" en 2001 ?
Ça n’a pas très bien commencé car au depart l’idée d’enregistrer est venue d’un producteur qui a par la suite disparu… Et puis, comme les choses étaient lancées, j’ai eu envie d’aller au bout. Je ne savais pas si je reviendrai un jour en France, ni si je vivrai un jour de ma passion mais je voulais garder un beau souvenir de ces merveilleuses années passées ici. Finalement l’album a été pris en licence chez Sony music Corée et m’a permis de me faire un peu connaitre là-bas. Cela a été en quelque sorte le début d’une histoire. Ce fut une tres belle expèrience que j’ai pu mener a bien grâce à la participation d’amis musiciens.
 
Vous avez récolté de très nombreuses récompenses sur la scène Jazz. A quoi attribuez-vous cela alors que votre parcours est pour le moins singulier ?
Je ne sais pas trop. Pour moi, c’était quelque chose d’inimaginable.
 
Comment situez-vous ce nouvel album " Lento" dans votre carrière musicale ? Est-il un prolongement de ce que vous faites déjà ou le trouvez-vous totalement différent de vos derniers enregistrements ?
Je pense qu’il est dans la continuité. Je ne pense pas qu’il soit tres différent des deux précédents. Dans mon esprit, les trois derniers albums (Voyage, Same girl et Lento) forment une trilogie. Mais chacun me semble avoir un caractère particulier. Trois chapitres différents avec des personnages qui reviennent, des histoires qui se recoupent, des situations qui évoluent.
 
Vous accompagnent sur cet album de fidèles collaborations avec notamment Ulf Wakenius ou encore Vincent Peirani ? Est-ce que le fait de jouer avec ces musiciens crée une osmose particulière dans la conception de l'album ?
Oui je n’aurai jamais pu enregistrer cet album en deux jours si j’avais fait appel à d’autres musiciens. Nous avons l’habitude de travailler ensemble ce qui facilite les choses. Il y a Ulf et Vincent avec lesquels je partage régulierement la scène mais aussi Lars Danielsson et Xavier Desandre Navarre qui ont participé a mes trois derniers albums. Ce sont tous des musiciens d’une qualite inestimable, je sais que je peux compter sur chacun d’eux pour apporter une touche personnelle. Et puis mes trois derniers albums ont ete enregistrés dans le même studio (Nilento) avec le même ingenieur du son, Lars Nilsson. Il participe pleinement a cette osmose dont vous parlez.
 
Si vous deviez définir " Lento " en seulement deux mots, que diriez-vous ?
Je ne peux le faire qu’en trois mots, «prendre le temps».
 
Où pourra-t-on vous voir sur scène lors de ces prochaines semaines ?
En septembre en Chine, au Japon et en Corée.

> Youn Sun Nah « Lento»  (ACT MUSIC)


>> Le site officiel de Youn Sun Nah



Lire aussi :

Paolo Fresu : le trompettiste sarde qui célèbre le Jazz

Laura Littardi : Un Jazz loin des codes

Reith-Demuth-Wiltgen : Le trio Jazz qui fait recette

Eric Legnini : le Jazz de tous les métissages

Red Baraat : La fureur musicale et métissée de New-York

Omer Avital : Le nouveau pape de la scène jazz new-yorkaise

 

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/jazzclub/younsunnah.jpg}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

BackStage

Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:59
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Publication : lundi 18 avril 2016 11:56
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Publication : mercredi 30 novembre -0001 00:09
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Publication : mardi 29 mars 2016 11:49
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Publication : mercredi 23 mars 2016 09:27

LE CHOIX

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile