Fiest'a Sète - Affiche Officielle 2013Par Blandine Dumazel - BSCNEWS.FR / « Voilà dix- sept ans que Fiest’A Sète partage chaque été sa fringale de découvertes musicales, d’émotions partagées avec des artistes nés sous d’autres cieux », précise José Bel, le directeur de la Fiest’A Sète. Il nous a accordé un moment pour parler du festival qui se déroule, dit l’essentiel de l’histoire, de la programmation 2013, du budget. Pour vous, une invitation à venir découvrir ces musiques métissées !

Quelle inspiration vous a amené à la création de cet événement ?
En tant que disquaire, j’avais un certain nombre de clients qui au fil du temps sont devenus des amis  autour d’une passion commune pour les musiques dites « exotiques » à l’époque, que nous appelons maintenant World Music ou musique du monde, et ce sont ces personnes et moi même qui sommes à l’initiative de la création de l’association Métisète qui gère le festival Fiest’A Sète depuis 17 ans.

Quel est l’esprit de la Fiest’A Sète 2013 ? Comment avez-vous composé votre programmation ?
Nous avons gardé le même esprit qu’au démarrage : la recherche de nouveaux horizons musicaux en musique du monde, tout en gardant quelques fondamentaux comme les musiques latines qui nous ont toujours accompagnées, mais aussi l’Afrique, immense continent musical où il y a toujours quelque chose à découvrir. Il y a tous les soirs une double programmation autour d’une thématique : nous essayons de provoquer une dynamique particulière à travers une rencontre, comme cela va sûrement se produire pendant la magnifique soirée « Blues du Niger au Mississipi », où le grand bluesman Taj Mahal va cotoyer un virtuose du ngoni africain, Bassekou Kouyaté, ou encore avec la soirée brésilienne avec deux générations d’artistes brésiliens : la jeune Flavia Coelho et le légendaire Joao Bosco qui fête ses 40 ans de carrière cette année.

Deux questions en une… Comment est élaboré le budget de ce festival ? Qui vous soutient ?
Chaque année est un nouveau pari car 75 % de notre budget vient de la billetterie des concerts payants du festival au Théâtre de la Mer. Les 25 % restant viennent de la Ville de Sète, premier partenaire institutionnel, suivi du Conseil Régional Languedoc-Roussillon et du Conseil Général de l’Hérault, ainsi que quelques partenaires privés. Nous produisons 100% de notre évènement, dont le budget global est d’environ 500 000 euros.

Programmer des musiques du monde, c’est une ouverture naturelle à d’autres cultures.  Est-ce pour vous une manière de signer un message empreint d’humanisme ici ?
Il est bien évident que cette question résume les paramètres premiers de notre engagement dans les musiques du monde. L’ouverture à d’autres cultures implique une ouverture à l’autre, même s’il est lointain, une ouverture à tous les métissages culturels, artistiques et humains, il s’agit donc effectivement d’une démarche humaniste.


Tout autour de l’étang de Thau, c’est aussi la fiesta !

En aval de la programmation dans son berceau historique, Sète, des concerts gratuits en plein air font une fête populaire à la manière d’un festival Off. Poussan, Balaruc-les-bains, Marseillan, La Ola (Route des plages), autant de lieux retenus pour programmer des soirées avec des artistes venus d’horizons différents, jouant pour un public pas forcément averti.

José Bel sait partager son bel enthousiasme « Nous gardons à l’esprit l’idée que les « musiques du monde » (mais quel genre de musique ne serait donc pas « du monde » ?) sont avant tout des musiques vivantes, qui parlent au présent de notre monde d’aujourd’hui. Et en aucun cas des représentations folkloriques figées dans le formol. Et si notre festival ne dédaigne pas les formes parfois plus patrimoniales, nos choix restent guidés, pour l’essentiel, par une certaine idée de la modernité, du métissage et du mouvement ; mouvement des corps, des peuples, des idées, par delà mers et frontières. Rien ne nous enthousiasme autant que les propositions musicales aux saveurs inédites, les mixtures les plus audacieusement relevées, à condition que qualité et plaisir soient au rendez-vous. »

A vous aussi, rendez-vous pour le plaisir de la découverte !

Pratique
- La programmation au Théâtre de la Mer à Sète
Promenade Maréchal Leclerc - Sète (34)
Possibilité de restauration sur place
> Le site officiel du Festival - www.fiestasete.com


Vendredi 2 août à 21h
Disco Funk revival (35€*)
NINA ATTAL
CHIC feat. NILE RODGERS

Samedi 3 août à 20h
Salsa cubaine y cumbiamuffin (28€*)
MARACA
SERGENT GARCIA

Dimanche 4 août à 20h
Blues du Niger au Mississipi (30€*)
BASSEKOU KOUYATE
TAJ MAHAL

Lundi, 5 août à 20h
Noite brasileira (30€*)
JOÃO BOSCO
Flavia Coelho

Mardi 6 août à 20h
Les orientales (28€*)
LE TRIO JOUBRAN
RACHID TAHA

Mercredi 7 août à 20h
Atomik balkanik (35€*)
RODINKA
GORAN BREGOVIC

Jeudi 8 août à 20h
Mali Mali (28€*)
YACOUB AFUNI
ROKIA TRAORE

- La programmation autour du Bassin de Thau
Concerts en plein air - gratuits
Possibilité de restauration sur place

20 juillet à 20h30 : Fiest’A Poussan
Devant la cave coopérative
LINDIGO
BIO RITMO

27 juillet à 20h30 : Fiest’A Balaruc-les-Bains
Parc Charles de Gaulle
NADARA GYPSY BAND
JUPITER & OKWESS INTERNATIONAL

28 juillet à 20h30 : Fiest’A Marseillan
Quai Antonin Gros, Marseillan-ville
ZOREOL
CHICHA LIBRE

1er août à 19h : Fiest’A Sète
La Ola, Route des Plages, Sète
Soirée Hypertropik
DJs Set : RKK + Emile Omar
Live Do Brasil : CAMILA COSTA

Christophe Cosentino expose durant la Fiest’A Sète. Il est le peintre de l’affiche du festival 2013.

 

Lire aussi :

Arles : Les Suds envahissent la ville

Remise à neuf : Le festival de théâtre dans les villages du Lodévois et du Larzac

Bordeaux : L'encyclopédie de la parole au Festival Chahuts

Nicolas Ancion : Un marathon littéraire de 24 heures dans New York

 

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/evenements/affiche-fiesta-2013cosentino.jpg}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Publication : mardi 9 février 2016 08:14

Par Marc Emile Baronheid - Joris-Karl Huysmans  fréquente et raconte le jardin du Luxembourg, le parc Monceau, le boulevard Montparnasse, un gentil bal à Grenelle, de petits coins où les servantes plument des dindons.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...