BSC News

 

 

 

           

ElfesPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Jean-Luc Istin est auteur et directeur de collection. Chez Nucléa, il imagine Merlin dessiné par Eric Lambert et Aleph avec Dim-D. Il décide ensuite de travailler pour les éditions Soleil et commence alors une collaboration étroite avec Nicolas Jarry. Né dans le Morbihan et attaché à la culture bretonne, il est l'initiateur de la collection Soleil Celtic et a créé un collectif de contes bretons nommé Les Contes du Korrigan. Aujourd'hui, avec Nicolas Jarry, il travaille sur une série Elfes au concept enthousiasmant: 5 races, 5 scénaristes, 5 dessinateurs, 1 seul univers. Les deux premiers tomes sont déjà en vente en librairie et le troisième est annoncé pour août. Le Crystal des Elfes bleus, premier tome de la série, nous plonge immédiatement dans un monde fantastique en compagnie d'une elfe charismatique Lanawyn et de Turin, son compagnon d'enquête. Dès les premières planches, le lecteur est témoin du massacre collectif d'un peuple pacifique: qu'est-ce qui a provoqué l'extinction de la communauté entière d'Ennlya? La présence d'une dague yrlanaise est-elle suffisante pour accuser ce peuple dirigé par le détestable roi Rinn? Une guerre se prépare-t-elle? Une aventure riche en mystères qui nous a charmés et dont nous vous proposons de rencontrer le démiurge!

Avant de nous pencher sur votre nouvelle série Elfes, pourriez-vous nous parler des cinq collections dont vous êtes le directeur? L'univers celtique en est le point commun?
Et bien non. Ma première collection est Soleil Celtic. Le reste de  mes collections n’ont rien à voir avec elle. Secrets du vatican est une collection de thrillers ésotériques. 1800 est une collection rassemblant des récits se déroulant au 19ème siècle, souvent avec des personnages célèbres de cette époque. Serial Killer est une collection traitant des tueurs en série. Et Anticipation est une collection qui développe des sujets futuristes ou post apocalyptiques.Donc, comme vous pouvez le constater, Soleil celtic est à part.

Comment est née chez vous cet intérêt pour les légendes celtiques? Des histoires racontées par les grands-parents et parents? une adolescence de jeux de rôle?
Ni l’un, ni l’autre. Ma famille, pourtant Bretonne, n’a pas baigné dans cet esprit et donc, ne m’a rien transmis et je n’ai jamais joué à un jeu de rôle de ma vie. En revanche, cette culture m’a toujours attiré et donné envie d’en savoir plus. Je suis un fou de la Bretagne ! Un amant passionné de cette terre, belle, mystérieuse, authentique  et qui ne cesse de m’émerveiller. Ce que j’aide à développer dans Soleil Celtic montre la richesse culturelle de la Bretagne, une richesse qui ne demande qu’à être redécouverte.

Vient de paraître le premier tome d'une série de cinq titres intitulée Elfes: quelle a été la genèse de ce projet?
La genèse passe par un simple coup de fil avec Nicolas Jarry. Nicolas était bien plus motivé que je ne l’étais. A tel point que, dans les jours qui ont suivi notre conversation, il avait déterminé les races possibles et leur fonctionnement. Il a ensuite rédigé une première approche des mondes d’Arran. Puis, après maints échanges, avec le concours des autres auteurs, l’univers a fini par exister.

5 peuples, 5 récits, mais un seul univers….pourquoi avoir donc choisi que chaque tome soit imaginé par un illustrateur différent?
C’est le principe d’une série concept. C’est la seule manière que nous ayons trouvé pour que les lecteurs n’attendent pas 12 mois entre chaque tome. Je suis moi-même lecteur et je vous avoue que j’en ai assez d’attendre si longtemps pour découvrir la suite d’une histoire que j’ai aimée. La patience, ça va un peu.

Pour les néophytes, pourriez-vous expliquer quelles sont les spécificités des Elfes?
Les elfes sont avant tout, des êtres immortels, liés à la nature. Des êtres spirituels affublés d’oreilles pointues. Dans notre univers,les Elfes sont les seconds enfants d'Arran venus au monde peu après les dragons et avant les hommes.
IL existe 5 races :
Elfes blancs ou Elfes célestes (ou Originels).
Une des premières races à avoir colonisé le continent. Elle est à l'origine de la plus grande des civilisations. Ils maîtrisent les plus hautes arcanes magiques. Ils sont immortels. C'est une race qui vit détachée de toute réalité matérielle, surtout la caste supérieure. Ce sont également les maîtres des dragons. Ils ont quitté le continent et continue à vivre sur une île inaccessible aux non initiés (cette île à l'origine était celle des dragons, du temps où ils étaient nombreux et jeunes.). Leur nombre est en constant déclin. Ils n'ont plus d'enfant, comme si leur flamme immortelle s'éteignait progressivement (ça ne touche pas les autres races d'elfes, qui par contre perdent leur immortalité et vivent de moins en moins longtemps.. quelques centaines d'années tout de même). Certains hauts elfes pensent que c'est dû à la magie ténébreuse des Elfes noirs et cherchent un remède. On peut aussi s'étonner que les dragons et les hauts elfes souffrent du même mal. Les elfes blancs sont à l'origine de toutes les autres races Elfiques qui ont vu le jour lors du grand schisme.
Les Elfes bleus
Leur peau comme le présuppose le nom de leur race se teinte de bleu.Leurs clans sont séparés en 2 grandes maisons :
Ceux du Nodrënn : Il vivent dans des archipels glacées au nord d'Arran.
Ceux des mers du sud : Ce sont des navigateurs qui ont quitté l'île des elfes blancs pour échapper à la malédiction qui pesait sur eux (et avoir une descendance.). Ce sont aussi des mercenaires qui se vendent au plus offrant, mais qui répondent toujours présents si l'île qu'ils considèrent comme leur foyer est en danger.
Elfes sylvains ou elfes vert ou encore elfes des Forêts :
Quand les elfes blanc ont quitté le continent, certains ont refusé de les suivre. Ils sont restés par devoir (envers certains lieux à protéger, envers certains traités...) ou simplement parce qu'ils ont petit à petit oublié la haute magie, pour une magie plus proche de la nature, plus instinctive, plus « druidique. » Ils ont également perdu une grande partie de leur savoir et sont devenus plus primitifs. Ils sont devenus de farouches combattant, craints et respectés. Ils estimaient qu'il devaient mourir là où ils étaient nés : ceux-là ont trouvé refuge dans les forêts.
Semi-elfes ou elfes Bâtards ou encore demi-sangs.
Certains elfes ont fricoté avec des hommes et leur descendance, bâtarde, survit dans le monde des hommes. Certains se regroupent en tribus. Beaucoup vivent de leur art ou de capacités spécifiques (don pour la magie, vision nocturne, clairvoyance, etc..) issues du mélange des gênes humains/elfes.
Certains ont même du sang d'autres races...
Les elfes noirs.
Les elfes noirs développent une forme de magie basée sur la nécromancie. Chaque recours à la magie utilise l’âme d’un mort et la brûle à jamais. Et à chaque recours, l’elfe devient plus noir encore.Les très vieux elfes noirs deviennent au fil du temps des monstres qui perdent tout semblant humanoïde et ne sortent plus guère de la citadelle. Ils ne représentent pas à proprement parler une race, puisqu’ils ne peuvent se reproduire. Par contre, au sein de chacune des autres races d’elfes naissent parfois des enfants qui vont devenir des noirs. A la naissance le bébé est identique mais il porte déjà les gènes. Dans un délai qui va de quelques semaines à quelques années, l’elfe noir se révèle. Sans que l’on sache alors comment il est au courant de ce changement, un elfe noir adulte apparaît à la porte et attend qu’on lui remette l’enfant. Celui-ci est emmené pour être élevé avec les autres elfes noirs, dans une sombre citadelle.

Les cinq scénarios évoquent des périodes qui se succèdent chronologiquement dans le temps ou bien elles vont s'entremêler?
Entremêlés, nous n’avons rien imposé à personne au niveau de la temporalité. Les elfes blancs par exemple se déroulent bien longtemps avant les autres tomes.

Turin, l'humain philosophe, ainsi que la belle Lanawyn vont être un fil conducteur dans les tomes suivants? La fin du tome 1 porte à le croire….
Non, chaque album développe ses propres personnages principaux. En revanche, come je peux vous annoncer la mise en chantier d’une seconde saison, Lanawyn et Turin vont revenir dans une autre histoire développée par Kyko Duarte et moi-même.

 Le peuple de Gal , celui des Yrlanais, n'est pas le même que celui de Turin…à quel peuple appartient Turin?
Je vais être honnête, je n’y ai pas réfléchi. Mince alors !  Il va falloir que je répare cette anomalie. Merci de l’avoir mise à jour ( sourire).

Quand on est scénariste de mondes aussi légendaires et fantastiques que celui de cette série, on a déjà des images en tête, on imagine! Comment travaillez-vous donc  avec les illustrateurs? Leur laissez-vous carte blanche quant aux couleurs, aux décors etc….? Auriez-vous des exemples de notes que vous envoyiez au dessinateur pour lui expliquer ce que vous attendez ?
C’est très compliqué. Je travaille de manière très différente avec chacun. Je m’adapte à la personnalité de l’artiste avec qui je partage l’album. S’ il a besoin d’accompagnement visuel, comme du storyboard, je le dessine. Si au contraire, il a besoin de s’exprimer par lui même et qu’il en a les capacités, alors, je le laisse faire.

Enfin…parce qu'on l'attend! -  quand paraîtra le tome 3?
Le tome 3 sort en Août.

A lire aussi:

Valérie Mangin , Honoré de Balzac et Henri-Georges Clouzot : question de mises en abyme

Guy Delisle : Du récit de voyage aux confidences rieuses de père

Julie Birmant : Pablo Picasso mis en cases

Angoulême 2013: Rencontre dessinée avec Lucas Varela

Guillaume Bianco : rencontre avec un magicien au don de trouble-vue

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer