La V ème République et ses monarques - ArtePar Régis Sully - BSCNEWS.FR / Il ne reste plus grand monde pour défendre le statu quo institutionnel. Même Marie Garaud n’est pas satisfaite du fonctionnement de la cinquième République. Dans le quotidien Le Monde du Samedi 4 mai Michel Barnier et NKM, sous couvert de retrouver la Cinquième République, proposent de substantielles modifications qui changeraient la nature du régime. A ces derniers, il faut y ajouter la cohorte des partisans de la VI ème République qui se manifestent bruyamment ces derniers temps. Pourquoi cette agitation autour de nos institutions? Auraient-elles fait leur temps?

À ces questions l’excellent documentaire écrit et réalisé par Michèle Dominici qui sera diffusé par Arte fournit des éléments de réponses, mais surtout des éléments de réflexion à tous les citoyens de ce pays, c’est là son principal mérite. Le président, un  véritable monarque, qui décide de tout ? Au pouvoir incontrôlé? Guy Carcassonne vient apporter un bémol en comparant la présidence de Georges Pompidou à celle de Nicolas Sarkozy. L’Hyper-président n’est pas celui qu’on pense. La cinquième une anomalie française en Europe? Dans tous les autres pays celui ou celle qui gouverne n’est pas le chef de l’Etat , certes mais la personnalisation du pouvoir est un phénomène européen: on vote pour Angela Merkel en déposant un bulletin dans l’urne d’un obscur député de la CDU. Alors la cinquième, une tache en Europe démocratique  ou une spécificité française? C’est cette dernière qualité que lui reconnaît  Henri Guaino qui replace la cinquième dans la longue histoire de notre pays en remontant à la Monarchie qui protégeait le peuple des féodaux.On peut rappeler aussi le 10 juillet 1940, 1er  juin 1958, ces dates renvoient à un passé douloureux de notre pays où les institutions parlementaires se sont sabordées et  ont remis le pouvoir à un homme providentiel même si le choix ne fut pas toujours judicieux. Le peuple n’est pas le seul à emprunter cette voie. Les détracteurs de l’actuelle constitution mettent également en exergue sa structure pyramidale qui aurait pour propriété de déteindre sur toutes les autres organisations de la société auxquelles il faut absolument  un chef qui décide seul. Peut-être, mais la décentralisation n’a-telle pas jouer un rôle dans ce phénomène à l’échelle des collectivités locales? De même imputer le désintérêt des citoyens pour la politique aux institutions actuelles mérite quelques nuances. L’impuissance des politiques à résoudre des problèmes comme le chômage doit probablement y contribuer tout comme l’impression que les décisions se prennent ailleurs et que les marges de manoeuvre dans un monde ouvert, dans un cadre européen, sont réduites à l’échelle d’un pays. Michèle Dominici qui a me semble-t-il à un faible pour de nouvelles institutions a mis l’accent sur la difficulté majeure pour franchir le pas: c’est le peuple. Car le pouvoir du président repose sur son mode de désignation et les électeurs sont très attachés à l’élection au suffrage universel. D’ailleurs, Marcel Gauchet imagine avec jubilation l’homme politique qui aurait l’audace d’annoncer au Français qu’il faut y renoncer. Même le peuple de gauche est partisan de plus d’autorité présidentielle nous rappelle opportunément l’intervenant précédent. La tâche s’annonce rude. La France est-elle à un moment clé de son histoire où il faut donner un nouveau souffle à la démocratie sous peine de voir les Français s’éloigner de la vie politique ? Ou-est elle dans un retour de balancier, après  avoir connu un régime à exécutif fort né en 1958 serait elle en passe de revenir à un régime avec un parlement plus puissant tel que celui issue de la crise du 16 mai 1877 c’est à dire une assemblée omnipotente et représentant seule le peuple souverain dans les institutions, épaulée par une démocratie participative dont les modalités restent à définir. Ce sont toutes ces questions que suscite ce remarquable documentaire et à ce titre il mérite d’être salué et surtout regardé.

> «La Vème République et ses monarques» la diffusion de ce documentaire est programmée sur Arte le 21 mai à 22H20


A lire aussi :

Agnès Varda vue par Julia Fabry

Amélie Nothomb : une vie entre deux eaux

Un printemps avec Robert Doisneau, à l’occasion du «centenaire de sa naissance»


{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/dvdcinema/docarteweb.jpg}

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...