Julia LeznhevaPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR /  La jeune prodige et cantatrice russe, Julia Leznheva, sort son deuxième album chez le label Decca après avoir fait paraître en 2010 son premier récital Rossini chez Naïve.  Aujourd'hui, alors qu'elle fait vibrer le monde de la musique classique, nous avons invité Julia Lezhneva à se confier sur son parcours incroyable depuis sa naissance dans un hôpital sur l'île russe de Sakhaline il y a vingt ans tout juste.

Pouvez-vous expliquer la genèse de ce nouvel album sur le label Decca?
 L'élaboration de l'album a été conçue sur une période assez longue, puisque nous avons commencé à en discuter avec Decca en 2010. Cependant, tout cela s'est passé très naturellement. Tout d'abord, nous avons pensé à un programme Mozart, puisque que nous avions déjà avec Decca voulu enregistrer Mozart "Exsultate, jubilate», le morceau que j'avais joué  à Salzbourg en 2010 et que j'interprétais depuis mon adolescence.
Nous avons donc pensé à un programme autour de Mozart. De mon côté, je m'intéressais de plus en plus à «Solo Motet» en tant que genre. Quand j'ai compris que c'était toute une époque de l'Italie du 18e siècle, j'ai souhaité en savoir davantage. J'ai aussi compris que ce style était plus populaire autour du Porpora au milieu du siècle, quand beaucoup de Motets ont été écrits pour les nones de Église Ospedaletto à Venise, les chanteurs qui, grâce à des lettres, ont survécu à ce jour, étaient peut-être plus les plus extraordinaires de l'opéra. Les gens les connaissaient, ils les admiraient tellement que les programmes ont été publiés à l'avance. Enfin, il est apparu aux compositeurs que tout cela a été écrit quand Mozart (16 ans) et Handel ( 23 ans) étaient très jeunes tout comme les chanteurs qui l'étaient également.
Puis l'idée se fit que nous pourrions présenter un aperçu de ce genre, incarné par des exemples célèbres, mais également chronologiques avec le développement du genre dans le sens du style (Haendel et Vivaldi - moment culminant du baroque …)
J'ai ainsi rêvé d'enregistrer un album solo avec IGA depuis que nous sommes rencontrés la première fois en 2010 lors de Ottone in Villa. Je suis totalement admirative de leur façon de travailler, d'improviser, de respirer ensemble comme une seule et même personne à chaque répétition et de chaque concert.
Enfin, du point de l'enregistrement, je pense que c'est très intéressant, parce que les Motets sont assez longs, et ils sont extrêmement concentrés sur la musique. Chacun d'entre eux constitue une voix chargée de drame, d'émotions, dans cette passion dominante qu'est l’amour de Dieu.

Vous êtes très jeune. Vous avez, pour votre âge, une carrière et une notoriété importante. Comment voyez-vous votre jeune carrière ?
Tout ce que j'ai fait dans ma vie professionnelle à ce jour était vraiment naturel, suite à mes études à Moscou, Cardiff, Londres ainsi qu'à des sessions de travail avec Marc Minkowski, Giovanni Antonini et d'autres musiciens. Je suis très reconnaissante à mes parents et mes premiers supporters comme Marc Minkowski qui m'a encouragé professionnellement.


Qu'est-ce qui vous attire dans la musique européenne?
J'aime la musique européenne, pour ses idées fraîches, consacrée aux publics et aux grands musiciens. Je suis également très heureuse que la musique baroque et la musique néoclassique sont de plus en plus populaires et aimées. L'Europe en est pour moi le centre absolu.

Que pouvez-vous nous dire à propos de Marc Minkowski et sa place dans votre carrière?
Marc Minkowski a été et est toujours mon plus grand supporter. Non seulement dans le sens professionnel, mais sur tous les aspects, il a été un parrain musical pour moi depuis que nous nous sommes rencontrés à Moscou en 2007, quand j'avais 17 ans. Dès que nous avons commencé à travailler sur la messe de Bach en si mineur en juin 2008 à Santiago-de-Compostela, je ne pouvais vraiment pas rêver d'une telle collaboration. Marc m'a toujours donné beaucoup de liberté, il ne m'a jamais poussé ou demandé de changer ma voix. Il a toujours apprécié, je pense, ma singularité.  J'ai beaucoup d'admiration pour sa conception de la voix. Il est lui-même une grande personnalité - et il aime travailler avec des musiciens qui ont des personnalités, avec leur différence et leur identité vocale. Il ne cherche pas à modifier cette personnalité. Il vous aide avec ses réflexions sur les aspects dramaturgiques, stylistiques, mais il n'interfère pas sur les points uniques de la voix. Marc Minkowski est tout à fait exceptionnel dans ce domaine.

Certains médias vous considèrent comme une artiste exceptionnelle malgré votre jeune âge. Qu'est ce que cela vous inspire ?
Cela m'inspire  et me fait peur en même temps. J'essaie de ne pas me concentrer sur les médias et la presse, car ils peuvent certainement vous aider, mais parfois cela peut provoquer la perte de l'authenticité, car il existe autant d'opinions qu'il y a de gens. Cela peut être déstabilisant.

Que conseilleriez-vous une jeune fille, qui souhaite faire une carrière de soprano?
Je lui conseillerai de toujours bien réfléchir sur le répertoire, l'école et avec qui étudier avant d'entrer dans un studio d'opéra. Je n'ai pas beaucoup d'expérience pour vraiment me faire le conseil, mais d'après ce que j'ai vécu avec des enseignants avec lesquels j'ai étudié - principalement avec Dennis O'Neill à Cardiff, et Yvonne Kenny (Guildhall School de Londres) -  ils ont été très dévoués, aimables et attentifs. Ce sont d'excellents professeurs. Je conseillerais donc à tous ceux qui veulent travailler leur voix de s'entourer de professeurs compétents comme j'ai pu l'être. Il est également important de voyager beaucoup et de voir des spectacles différents, des cultures différentes, et d'assister à des masterclass autant que possible. Pour moi, ce fut très important entre 17 ans et 19 ans.

Si vous deviez décrire votre album en deux mots, quels seraient-ils?
L'amour de Dieu.
 
Où pourrons-nous vous voir sur scène dans les prochaines semaines?
Je serai à Bruxelles le 15 avril et le 11 à Valence, ces deux concerts, principalement pour présenter l'album. Je donnerai un récital à Saint-Pétersbourg le 28 avril. Puis je reviendrai deux fois à Paris en juin et septembre pour mon premier Rosina et Alessadro (Rossane).


Julia Lezhneva. Alleluia. Motets de Haendel, Porpora, Mozart. Il Giardino Armonico. Giovanni Antonini, direction. 1 cd Decca. Enregistré à Barcelone en 2012.


> Le site officiel de Julia Lezhneva


Lire aussi :

Benjamin Grosvenor : Rhapsody in blue ou l'essence du virtuose

Françoise Gnéri : la musique de chambre par essence

Thiéfaine : Rencontre avec un poète du rock

Astrid Engberg : une artiste nordique envoûtante

Fabrice : entre les Bob, la voix et la guitare balancent

Salomé Leclerc : une rencontre de mots et de notes

 


{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/lechoixzik/lezhnevawebe.jpg}

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

LE CHOIX

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

A LA UNE

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:54

Par Jonathan Rodriguez - La 21e édition du Festival Les Suds à Arles se dévoile. Du 11 au 17 juillet 2016, cet évènement estival au coeur de la cité arlésienne accueillera plus de 60 000 festivaliers, 60 concerts et des rencontres musicales. Viendront s’ajouter une quarantaine de stages et master classes (chant, danse et musique). Chaque été pendant une semaine, jour et nuit, le festival met en avant une exigence artistique assumée doublée d’un esprit festif indispensable. Un mélange bienvenu entre les plus grandes voix et les sonorités du monde, des plus populaires aux plus intimistes alliant acoustiques, électriques ou électroniques.

Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:23

Par Nicolas Vidal - Tribeqa est un transfuge de la scène musicale nantaise et de son incroyable vitalité. L’idée musicale tourne autour d’une architecture Afro-Jazz-Hip Hop qui surprend et s’affirme au carrefour des influences. Ni trop Jazz, ni trop Hip-Hop, l’alchimie prend avec vigueur. On vous recommande la découverte de Tribeqa.

Florian Pellissier :  Cap vers le son Blue Note
Florian Pellissier : Cap vers le son Blue Note
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:39

Par Nicolas Vidal - Le postulat est simple. Le Quintet de Florian Pellissier revendique à l’enregistrement un son des années 60 similaire à celui du Label Blue Note. Le pari est osé mais réussi avec son nouvel album «Cap de bonne espérance». On aime les ondulations et les saveurs mirobolantes de cet album dans lequel le Florian Pellissier Quintet excelle.

Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:04

Par Romain Rougé - Niels Ackerman a passé trois ans à Slavoutytch, en Ukraine. Le photojournaliste est parti à la rencontre des « enfants de Tchernobyl » qui habitent une ville sortie de terre après la catastrophe. Dans « L’Ange Blanc », l’ouvrage qui rend compte de son travail, il propose une autre vision de l’Ukraine et de Tchernobyl. Interview.

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.

La Toile