DesprogesPar Julie Cadilhac-Bscnews.fr/ En préambule, pour présenter Chroniques d'une Haine Ordinaire, on est tenté de citer quelques unes des phrases caustiques les plus connues  nées de l' humour sans fard de Pierre Desproges qui disait que "l'on peut rire de tout mais pas avec tout le monde" ou encore que " l'intelligence, c'est comme les parachutes, quand on n'en a pas, on s'écrase". Monter du Pierre Desproges résonne de nos jours comme un acte de bon sens et de résistance ( et l'insérer dans sa programmation théâtrale également) car cela donne au spectateur l'occasion de réfléchir non seulement sur l'essence même du rire et du théâtre mais aussi sur le rôle de l'artiste. Doit-il être un simple pantin des institutions répondant comme un chien savant aux exigences politico-correctes du moment? Peut-il aujourd'hui résister à la nécessité de gagner sa vie décemment et supporter de ne pas rentrer dans le moule confortable du modèle humain lambda consumériste? Le théâtre joue-t-il encore vraiment son rôle de défouloir, de lieu de catharsis, de dénonciateur de nos vices et de nos manques? N'est-il plus qu'un lieu de divertissement à la page?

Les mots du pince sans rire qu'était Pierre Desproges nous font sentir que le langage artistique s'est aseptisé et que les vrais provocateurs se font rares...car attention! provoquer n'est pas qu'une question d'agitation et d'ostentation; aujourd'hui les actes de provocation générés par le désir d'être à la mode ou de défrayer la chronique sont vides de sens et de portée. Le vrai provocateur ne choisit pas de l'être , il l'est intrinsèquement et fait avec. Sa parole est d'autant plus percutante qu'elle agit avec l'énergie d'un désespoir souriant, qu'elle nous bouleverse par sa maladroite manière de nous rabrouer.  Or aujourd'hui sévit une censure plus sournoise encore que les pressions politiques et les tabous religieux , c'est celle de l'argent, de l'image et du quand dira-t-on qui freine trop souvent le discours des artistes et tue à petit feu toute singularité. Existe-t-il encore des Pierre Desproges ou restent-ils simplement de pâles imitations cherchant à exploiter le filon? S'improvise-t-on aussi cynique, aussi misanthrope ou philanthrope déçu, aussi torturé? On est tenté de répondre non.

Ces Chroniques d'une Haine Ordinaire mises en scène par Michel Didym sont donc salvatrices: elles sont d'abord d'une drôlerie délicieuse, portées par deux comédiennes aussi brillantes que complémentaires. Christine Murillo et Dominique Valadié rivalisent de pétillance et de fraîcheur exquise dans le monologue-dialogue qu'elles se partagent. Véritables clowns sur scène, l'une par ses mimiques  tordantes, jonglant entre maladresse et contorsion, l'autre par sa nature bonhomme et taquine. Ah! plaisir d'entendre la version subversive du naufragé Robinson Crusoé ou encore l'hommage lyrique à la tomate! Sentir monter le rire jubilatoire derrière les jeux de mots qui s'invitent , jouir des critiques systématiques contre nos petits et grands travers et  se laisser surprendre par les élucubrations poétiques de la prose d'un homme de lettres: voilà au moins trois excellentes raisons de profiter de ce spectacle. Ajoutez-y la communicative envie de plaisanter ensemble qu'instaurent le duo espiègle qui vous fait face, accompagné d'un piano, et vous aurez la recette d'une soirée théâtrale à ne pas manquer!

Photo: Eric Didym

 Dates des représentations en 2012:

- Du 25 au 27 septembre 2012 au Théâtre des 13 Vents à Montpellier

- Du ven. 28/09/12 au sam. 29/09/12 à Châlon-sur-Saône - Espace des Arts

- Du mar. 02/10/12 au mer. 03/10/12 à Annecy - Bonlieu

- Le 06/10/2012 20:30 à Dole- Théâtre Municipal de Dole

- Le 09/10/2012 20:30 à Vire - Le Préau

- Le 10/10/2012 20:30 à Cesson-Sévigné - Centre Culturel de Cesson-Sévigné

- Le 11/10/2012 20:30 à Dinan- Théâtres des Jacobins - Dinan

- Le 12/10/2012 20:30 à Lillebonne - Centre Culturel Juliobona

- Le 13/10/2012 20:30 à Pontault-Combault - Les Passerelles

- Du mar. 16/10/12 au sam. 20/10/12 - Amiens- La Comédie de Picardie

- Du mer. 24/10/12 au sam. 27/10/12 à Nice - Théâtre National de Nice

- Du mar. 30/10/12 au mer. 31/10/12 à Ajaccio - Espace Diamant

- Du mar. 06/11/12 au sam. 10/11/12 à Lyon - Les Célestins, Théâtre de Lyon

- Le 13/11/2012 20:30 à Florange - Théâtre La Passerelle

- Du jeu. 15/11/12 au dim. 18/11/12 à Boulogne-Billancourt - Théâtre de l'Ouest Parisien

- Du mar. 20/11/12 au jeu. 22/11/12 à Pantin - Salle Jacques Brel - Pantin

- Du ven. 14/12/12 au dim. 16/12/12 à Nancy - Théâtre de la Manufacture

A découvrir aussi:

Imbéciles! Ne voyez- vous donc pas que l'humanité est en voie d'extinction?

Am Stram Gram: une saison enthousiasmante concoctée par Fabrice Melquiot

Bruno Geslin met en scène la vie et l'oeuvre du sulfureux Pierre Molinier

Déjeuner chez Wittgenstein: la "cuisine" jubilatoire de Frédéric Borie

Drôle et terriblement sexy: le show décomplexé du Cabaret New Burlesque

L'importance d'être Wilde : "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais"

 

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/evenements/desproges.png}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile