Géographie de la bêtisePar Harold Cobert -Bscnews.fr/  Max Monnehay a le chic pour revisiter et dépoussiérer les grands archétypes littéraires et philosophiques.
On se souvient de son entrée fracassante en littérature avec Corpus Christine (2006, Prix du Premier Roman), où la primo- romancière se glissait d’une manière très personnelle dans le canevas de la célèbre dialectique du maître et de l’esclave de Hegel.

Dans Géographie de la bêtise, son deuxième roman publié au Seuil,Max Monnehay s’insinue dans la structure de la fable et de l’utopie pour mieux en faire éclater les cadres et les codes. De quoi s’agit-il ? Pierrot, estampillé idiot par notre société éprise d’intelligence rationnelle et d’efficacité mercantile, décide de fonder un village où les benêts de son espèce pourront vivre loin du regard condescendant et de l’ostracisme dont les gratifie l’humanité dite « normale ». Cette microsociété est une réussite totale. Hommes et femmes vivent heureux, en parfaite harmonie les uns avec les autres et avec eux-mêmes. Une sorte de paradis sur terre, d’Eden perdu enfin retrouvé. Très vite, le village et le bonheur de ses habitants font des envieux. Des êtres normaux essaient de se faire passer pour des idiots afin de rejoindre cette communauté. Pour endiguer cette menace, Pierrot met au point un test de QI inversé et redoutablement performant. Bastien, le narrateur, l’assiste et le seconde dans cette tâche primordiale de salut public. Lorsqu’arrive Elisa, il débusque tout de suite sa normalité qu’elle tente tant bien que mal de travestir en idiotie afin d’entrer dans le village. Sous le charme, raide dingue amoureux même, il trafique les résultats désastreux de sa bien aimée et l’introduit dans cet îlot tant convoité. Le ver est dans le fruit...
Porté par une écriture au couteau, Géographie de la bêtise interroge sur la normalité, l’anormalité, la différence, l’exclusion, l’inversion des valeurs, la perte du lien social, les dérives utilitaristes et la violence des rapports humains. La force de l’utopie, en général, est de nous faire envisager notre monde sous un angle inédit et critique. À l’instar des Persans de Montesquieu épinglant les aberrations et les travers de la société monarchique française du XVIIIe siècle, Max Monnehay griffe au sang notre raison qui déraisonne, harponne notre propension actuelle à travestir la bêtise des oripeaux d’une fausse intelligence qui détruit au lieu de construire, divise au lieu d’unir, génère la jalousie et la haine plutôt que la générosité et l’amour. « Heureux les simples d’esprit, car ils seront appelés fils de Dieu » pourrait être la morale de cette fable moderne ? Ce serait trop simple, et Max Monnehay est plus fine que cela. Sa fable ne livre pas explicitement son sens dérobé. Au lecteur d’être assez pertinent – ou impertinent – pour conclure.
Une remarque, pour finir, qu’on ne lira peut-être nulle part. Il faut plusieurs romans d’un auteur pour commencer à dégager les lignes de force d’une œuvre en construction. Penser que Max Monnehay n’aurait que le don de créer des situations étranges, bizarres, dérangeantes, et de tricoter des sujets originaux pour le seul plaisir de se démarquer serait avoir la vue basse et superficielle. Si l’on met en perspective son nouvel opus avec son premier, un sujet plus profond, sans doute une obsession souterraine, se fait jour : l’amour. Si, si, l’amour. L’amour vache, son caractère intrinsèquement conflictuel, ses déviances sadomasochistes dans Corpus Christine ; sa bêtise, son idiotie, sa folie, sa charge séditieuse dans Géographie de la bêtise.
« La poésie nous protège contre la rouille qui menace notre formule de l’amour et de la haine », écrivait Jakobson. À ce titre, la littérature et l’art sont des appels à la vigilance et à l’esprit critique. Les romans de Max Monnehay sont de cette facture et de cette envergure.


Titre: Géographie de la bêtise

Editions: Seuil

226 pages.

Acheter ce livre chez notre partenaire FNAC.COM

 

A découvrir aussi:

L'averse : un roman éloquent comme le silence

Tuomas Kyrö : Partez en Laponie avec un lapin

Catherine Briat : un dernier rendez-vous sensible

Édouard Moradpour : un premier roman autobiographique

Paraphilia de Saffina Desforges : le roman de la machination

Bernhard Schlink : un romancier qui séduit et émeut

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Publication : vendredi 30 septembre 2016 09:29

Par Romain Rougé - Le plus célèbre des souffre-douleur ressuscite dans le monde du 9ème art. Les saynètes les plus marquantes du roman de Jules Renard sont ici sélectionnées pour découvrir ou redécouvrir l’enfance martyrisée de François Lepic, alias Poil de Carotte.

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:57

Par Nicolas Vidal - Toma Chaput est un passionné au sens littéral du terme. Fou de chevaux depuis sa plus tendre enfance, il a gravi un à un les échelons de l’apprentissage et de la connaissance du cheval. Aujourd’hui, dresseur reconnu, après avoir collaboré notamment avec Bartabas, il travaille au sein des Haras nationaux de Pompadour où il partage sa passion avec le public. Révélation d’Equestria en 2013, Toma Chaput se produit également en spectacle avec sa compagnie Atao. Nous l’avons rencontré pour partager avec lui sa passion équestre dévorante. On notera l’excellent travail du photographe Antoine Bassaler qui agrémente cette interview. (Crédit photo : Antoine Bassaler)

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:41

Par Deborah Valentin - Situé en plein coeur de l’université de Paul Valéry à Montpellier, le Théâtre la Vignette s’est construit comme un lieu d’ouverture, de dialogues, d’échanges entre artistes, universitaires, intellectuels et étudiants. Devenue une scène conventionnée depuis le 1er janvier 2016 pour l’émergence et sa diversité, le Théâtre  la Vignette s’inscrit dans un réseau national et ne cesse, au fil des années, de développer son projet culturel dans son travail avec les artistes et le public. Le Directeur du théâtre la Vignette, Nicolas Dubourg nous présente cette nouvelle saison 2016-1017. Rencontre.

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 10:28

Par Florence Yérémian - Chloé et Nicolas sont fiancés. L’une est peintre, l’autre neurologue et ils vivent ensemble depuis quatre ans. L’idylle est belle et semble durer jusqu’au jour où Nicolas découvre que Chloé le trompe. Refusant tout repentir, il la quitte mais son infidèle est soudainement victime d’un accident. Devenue amnésique, Chloé ne se rappelle plus de rien, pas même du prénom de son conjoint ! Un certain neurologue entre alors dans sa vie pour lui faire retrouver la mémoire et tenter, si possible, de la reconquérir.

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 08:56

Par Jonathan Rodriguez – À la mort de son grand-père, la famille de Jake (13 ans) hérite de la maison de Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par Leonor, une couturière latino-américaine, qui tient un magasin. Se liant d’une amitié franche et sincère avec Tony, le fils de Leonor, Jake va être confronté au monde des adultes, et à leurs problèmes. Les relations cordiales entre les parents vont, en effet, s'envenimer pour des raisons financières.  

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR