Géographie de la bêtisePar Harold Cobert -Bscnews.fr/  Max Monnehay a le chic pour revisiter et dépoussiérer les grands archétypes littéraires et philosophiques.
On se souvient de son entrée fracassante en littérature avec Corpus Christine (2006, Prix du Premier Roman), où la primo- romancière se glissait d’une manière très personnelle dans le canevas de la célèbre dialectique du maître et de l’esclave de Hegel.

Dans Géographie de la bêtise, son deuxième roman publié au Seuil,Max Monnehay s’insinue dans la structure de la fable et de l’utopie pour mieux en faire éclater les cadres et les codes. De quoi s’agit-il ? Pierrot, estampillé idiot par notre société éprise d’intelligence rationnelle et d’efficacité mercantile, décide de fonder un village où les benêts de son espèce pourront vivre loin du regard condescendant et de l’ostracisme dont les gratifie l’humanité dite « normale ». Cette microsociété est une réussite totale. Hommes et femmes vivent heureux, en parfaite harmonie les uns avec les autres et avec eux-mêmes. Une sorte de paradis sur terre, d’Eden perdu enfin retrouvé. Très vite, le village et le bonheur de ses habitants font des envieux. Des êtres normaux essaient de se faire passer pour des idiots afin de rejoindre cette communauté. Pour endiguer cette menace, Pierrot met au point un test de QI inversé et redoutablement performant. Bastien, le narrateur, l’assiste et le seconde dans cette tâche primordiale de salut public. Lorsqu’arrive Elisa, il débusque tout de suite sa normalité qu’elle tente tant bien que mal de travestir en idiotie afin d’entrer dans le village. Sous le charme, raide dingue amoureux même, il trafique les résultats désastreux de sa bien aimée et l’introduit dans cet îlot tant convoité. Le ver est dans le fruit...
Porté par une écriture au couteau, Géographie de la bêtise interroge sur la normalité, l’anormalité, la différence, l’exclusion, l’inversion des valeurs, la perte du lien social, les dérives utilitaristes et la violence des rapports humains. La force de l’utopie, en général, est de nous faire envisager notre monde sous un angle inédit et critique. À l’instar des Persans de Montesquieu épinglant les aberrations et les travers de la société monarchique française du XVIIIe siècle, Max Monnehay griffe au sang notre raison qui déraisonne, harponne notre propension actuelle à travestir la bêtise des oripeaux d’une fausse intelligence qui détruit au lieu de construire, divise au lieu d’unir, génère la jalousie et la haine plutôt que la générosité et l’amour. « Heureux les simples d’esprit, car ils seront appelés fils de Dieu » pourrait être la morale de cette fable moderne ? Ce serait trop simple, et Max Monnehay est plus fine que cela. Sa fable ne livre pas explicitement son sens dérobé. Au lecteur d’être assez pertinent – ou impertinent – pour conclure.
Une remarque, pour finir, qu’on ne lira peut-être nulle part. Il faut plusieurs romans d’un auteur pour commencer à dégager les lignes de force d’une œuvre en construction. Penser que Max Monnehay n’aurait que le don de créer des situations étranges, bizarres, dérangeantes, et de tricoter des sujets originaux pour le seul plaisir de se démarquer serait avoir la vue basse et superficielle. Si l’on met en perspective son nouvel opus avec son premier, un sujet plus profond, sans doute une obsession souterraine, se fait jour : l’amour. Si, si, l’amour. L’amour vache, son caractère intrinsèquement conflictuel, ses déviances sadomasochistes dans Corpus Christine ; sa bêtise, son idiotie, sa folie, sa charge séditieuse dans Géographie de la bêtise.
« La poésie nous protège contre la rouille qui menace notre formule de l’amour et de la haine », écrivait Jakobson. À ce titre, la littérature et l’art sont des appels à la vigilance et à l’esprit critique. Les romans de Max Monnehay sont de cette facture et de cette envergure.


Titre: Géographie de la bêtise

Editions: Seuil

226 pages.

Acheter ce livre chez notre partenaire FNAC.COM

 

A découvrir aussi:

L'averse : un roman éloquent comme le silence

Tuomas Kyrö : Partez en Laponie avec un lapin

Catherine Briat : un dernier rendez-vous sensible

Édouard Moradpour : un premier roman autobiographique

Paraphilia de Saffina Desforges : le roman de la machination

Bernhard Schlink : un romancier qui séduit et émeut

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile