L'aversePar Marc-Emile Baronheid- Bscnews.fr/ Fabienne Jacob n’est pas lestée de l’appareil barnumesque mis au service des gros vendeurs de la rentrée littéraire. C’est tant mieux pour les lecteurs insensibles aux injonctions des mercanti. Ils ressentiront l’authentique plaisir de la découverte. C’est confortable pour elle, qui ne devra pas justifier d’à-valoir démesuré.
Onze portraits d’auteurs agrémentent la couverture du bulletin Gallimard de septembre-octobre 2012. Ce n’est pas un hasard si le nombre correspond à celui d’une équipe de football. Les moeurs des deux mondes sont comparables. On débute dans une petite formation, le temps de se faire remarquer et d’obtenir un transfert vers une pelouse à l’herbe plus verte. Une structure de division inférieure a permis à Fabienne Jacob de faire ses gammes, d’affûter sa technique, le temps d’un recueil de nouvelles et surtout de deux romans, les plus périlleux : le premier, manière de bouteille à la mer ; le second, surnommé « ça passe ou ça casse ». C’est au troisième coup que l’on voit la maîtrise ou du moins ce qui y mène, comme ici. La vie de Tahar se déploie sur fond de guerre d’Algérie, avec deux communautés dont l’équilibre repose
sur la domination de l’une par l’autre.
« Chez les Arabes il
n’y avait pas autant de
verrous mais il y avait
autant de défiance ».
Tahar a choisi le
mirage métropolitain.
Le voici aujourd’hui
dans une chambre d’hôpital ; le
personnel soignant
vient de débrancher la
machine infernale
censée prolonger la
débâcle. « Je n’y ai pas
cru, moi, je n’ai pas cru à une patrie en puissance, j’ai cru en l’occupant, j’ai suivi le plus fort. Les traîtres aussi ont le droit de mourir. J’ai vécu toute ma vie d’homme loin de l’Algérie, aujourd’hui mon pays creuse un point au fond de ma poitrine, un creux de rien du tout, juste assez grand pour y loger l’immensité du manque ». Un roman juste assez bref pour tout dire sans détendre l’atmosphère. Au chevet de Tahar, quatre personnes dont les sentiments c o n t r a s t é s l e transpercent, le transformant en une manière de saint Sébastien de la décolonisation. Un ancien frère d’armes, un beau-père toujours décontenancé malgré les années, une épouse aimante et ce fils mutique dont le physique incarne quantité de choses « Les cheveux bouclés du pays de son père, la peau blanche du pays de sa mère ». Un récit polyphonique, mesuré, sobre, précis et touchant d’autant plus juste. La chronique d’une époque où le temps commençait à manquer mais où de battre le cœur ne s’était pas encore arrêté. Puis ce dernier aveu de l’auteure : Et enfin je remercie celui qui n’a pas été en mesure de me dire un mot, un seul, sur sa guerre d’Algérie. Fabienne Jacob vous attend au tournant. Ne la décevez pas ...


Titre: « L’averse »

Auteur: Fabienne Jacob

Editions: Gallimard

Prix: 12,50 euros

Acheter ce livre chez notre partenaire FNAC.COM

A découvrir aussi:

"Je le ferai pour toi" de Thierry Cohen . Editions Flammarion

Bernhard Schlink : un romancier qui séduit et émeut

Delphine De Vigan nous enchante avec un roman contemporain et haletant

Jérôme Garcin : ce que le destin a rompu

La revanche de Blanche : un roman sensuel

{fcomment}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...