L'aversePar Marc-Emile Baronheid- Bscnews.fr/ Fabienne Jacob n’est pas lestée de l’appareil barnumesque mis au service des gros vendeurs de la rentrée littéraire. C’est tant mieux pour les lecteurs insensibles aux injonctions des mercanti. Ils ressentiront l’authentique plaisir de la découverte. C’est confortable pour elle, qui ne devra pas justifier d’à-valoir démesuré.
Onze portraits d’auteurs agrémentent la couverture du bulletin Gallimard de septembre-octobre 2012. Ce n’est pas un hasard si le nombre correspond à celui d’une équipe de football. Les moeurs des deux mondes sont comparables. On débute dans une petite formation, le temps de se faire remarquer et d’obtenir un transfert vers une pelouse à l’herbe plus verte. Une structure de division inférieure a permis à Fabienne Jacob de faire ses gammes, d’affûter sa technique, le temps d’un recueil de nouvelles et surtout de deux romans, les plus périlleux : le premier, manière de bouteille à la mer ; le second, surnommé « ça passe ou ça casse ». C’est au troisième coup que l’on voit la maîtrise ou du moins ce qui y mène, comme ici. La vie de Tahar se déploie sur fond de guerre d’Algérie, avec deux communautés dont l’équilibre repose
sur la domination de l’une par l’autre.
« Chez les Arabes il
n’y avait pas autant de
verrous mais il y avait
autant de défiance ».
Tahar a choisi le
mirage métropolitain.
Le voici aujourd’hui
dans une chambre d’hôpital ; le
personnel soignant
vient de débrancher la
machine infernale
censée prolonger la
débâcle. « Je n’y ai pas
cru, moi, je n’ai pas cru à une patrie en puissance, j’ai cru en l’occupant, j’ai suivi le plus fort. Les traîtres aussi ont le droit de mourir. J’ai vécu toute ma vie d’homme loin de l’Algérie, aujourd’hui mon pays creuse un point au fond de ma poitrine, un creux de rien du tout, juste assez grand pour y loger l’immensité du manque ». Un roman juste assez bref pour tout dire sans détendre l’atmosphère. Au chevet de Tahar, quatre personnes dont les sentiments c o n t r a s t é s l e transpercent, le transformant en une manière de saint Sébastien de la décolonisation. Un ancien frère d’armes, un beau-père toujours décontenancé malgré les années, une épouse aimante et ce fils mutique dont le physique incarne quantité de choses « Les cheveux bouclés du pays de son père, la peau blanche du pays de sa mère ». Un récit polyphonique, mesuré, sobre, précis et touchant d’autant plus juste. La chronique d’une époque où le temps commençait à manquer mais où de battre le cœur ne s’était pas encore arrêté. Puis ce dernier aveu de l’auteure : Et enfin je remercie celui qui n’a pas été en mesure de me dire un mot, un seul, sur sa guerre d’Algérie. Fabienne Jacob vous attend au tournant. Ne la décevez pas ...


Titre: « L’averse »

Auteur: Fabienne Jacob

Editions: Gallimard

Prix: 12,50 euros

Acheter ce livre chez notre partenaire FNAC.COM

A découvrir aussi:

"Je le ferai pour toi" de Thierry Cohen . Editions Flammarion

Bernhard Schlink : un romancier qui séduit et émeut

Delphine De Vigan nous enchante avec un roman contemporain et haletant

Jérôme Garcin : ce que le destin a rompu

La revanche de Blanche : un roman sensuel

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

Allen Stone : l'inclinaison infiniment pop de Radius
Allen Stone : l'inclinaison infiniment pop de Radius
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Nicolas Vidal - Le jeune Allen Stone revient avec Radius. Après la belle suprise de l’album éponyme en 2011 Allen Stone, le chanteur originaire de Washington a clairement choisi une inclinaison pop beaucoup plus marquée et plus enveloppante sur ce nouvel opus. Disons le clairement : nous sommes un peu déçus par Radius qui se rapproche plus d’une démarche (in)volontairement commerciale et attractive.  Cependant, rien ne vous empêche d’y goûter si vous ne connaissez pas Allen Stone.

Cyrille Aimée : jazz vocal frenchy et plein de peps
Cyrille Aimée : jazz vocal frenchy et plein de peps
Publication : mardi 26 avril 2016 08:04

Par Nicolas Vidal - Cyrille Aimée nous avait enchantés avec son premier album It’s a Good Day où toute la fraîcheur de la chanteuse française avait rejailli sur la scène du jazz vocal.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile