Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Sarah Lenka a cette particularité d'associer le talent d'une voix singulière, une multiplicité de sensibilités et une audace de composition  qui en fait une artiste confirmée et vouée au talent. Le jazz vocal français ne peut se passer de Sarah Lenka tant son travail est limpide, émouvant et intime. Nous l'avons rencontrée pour qu'elle nous parle de son nouvel album "Hush".

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec le Jazz ?
À 20 ans je suis partie vivre à  Londres après avoir refusé l'entrée des beaux arts.  J'ai suivi des cours de musique dans une école londonienne.  Le jazz m'était complètement étranger. Je n'avais aucune culture "jazz" et je n'en écoutais jamais. Plus l'année scolaire avançait, plus les gens me disaient que ma voix se prêtait bien à ce style. J'ai rencontré par hasard un contrebassiste qui m'a fait la même réflexion.  Il m'a proposé "une session" que j'ai accepté. J'ai du fouiller dans les CD de ma colocataire et j'ai ecouté avec elle le morceau " Good morning heartache" de Billie Holiday. Il a immédiatement résonné en moi. J'ai donc  appris à le chanter tout en l'écoutant. Puis je me suis essayée à quelques standards. J'ai aimé cela autant que cela me paraissait naturel. Je suis rentrée à Paris et je me suis lancée dans le Jazz.

Quel est le fil rouge entre les Beaux-Arts et la musique dans votre parcours culturel ?
Une fois acceptée aux Beaux Arts,  je ne me suis pas du tout vue dans les arts plastiques. En fait, je ne me voyais pas dans cette vie. Cela a été le déclencheur pour mon départ en Angleterre puis pour faire une école de musique et décider enfin de chanter pour de vrai.

Qu'ont-ils apporté l'un et l'autre dans cet apprentissage ?
Ces deux éléments m'ont permis de  me découvrir sous différentes facettes, avec d'autres styles d'expression. J'ai compris que le chant était fait pour moi.  Ces périodes de ma vie se sont enchâssées pour que je puisse devenir une chanteuse de Jazz. La musique m'a amenée vers ma propre sensibilité qui avait toujours été là. En peinture déjà, mon thème de prédilection était la musique noire américaine.

On essaie bien souvent de vous attribuer des affinités musicales avec Billie Holiday. Cela vous plaît-il ou vous agace ?
Cette comparaison m'a toujours flattée, car avant même de connaître le travail de Billie, au tout début j'avais repris la  version de "Don't explain" d'une chanteuse suédoise lors d'un cours.  On avait immédiatement comparé ma voix à celle de Billie Holiday que je ne connaissais pas du tout.  Je m'y suis alors intéressée, mais je ne parvenais pas à faire le lien entre elle et moi. Puis je me suis plongée progressivement dans son répertoire avec une étonnante familiarité.  Elle chantait le silence de tous ces sentiments qui ne trouvent pas leur place dans les mots ...et qui sont si limpides dans le chant. Par contre, je suis agacée de savoir que je pourrais tenter de l'imiter.

Hush ressemble étrangement à une balade au milieu d'une profusion de mélodies qui prennent leurs racines au coeur même du Jazz. Était-ce une volonté de votre part au départ ?
La seule volonté de ce disque réside dans ce désir de chanter des choses qui me parlent et qui me plaisent sans se soucier de la cohérence et de l'homogénéité de l'album. Je voulais juste chanter ce qui me plaît.

On a l'impression que chaque titre représente à lui seul un univers. Comment fait-on pour les harmoniser sur un seul album tout en gardant une singularité de chant sur chacun ?
Le seul lien ici est ma voix et en ce sens, elle représente une certaine cohérence dans l'album. Il y a un lien avec le swing des années 30 que j'adore et que je ne souhaitais pas effacer ni laisser de côté tout en souhaitant garder des chansons de "mon temps", des chansons qui ont fait partie de mon univers bien avant le jazz.

Votre album fait la part belle à un choix audacieux de morceaux. Qu'est-ce qui vous a guidé dans cette sélection ?
J'ai eu en vérité beaucoup de mal dans ce second album à  trouver les morceaux.  J'ai mis du temps, car je n'avais pas une idée précise au départ.  Mais en chantant, j'ai senti que mes choix de chansons étaient très disparates, entre glory box et if i were you. J'ai souhaité ce mélange qui me représente assez bien finalement.

Quel est l'apport de vos musiciens dans votre identité musicale ?
Mes musiciens représentent une part très importante de mon identité musicale. Ils sont très impliqués dans les arrangements et me conseillent souvent. Nous sommes très proches et sans eux, il n'y aurait pas cette singularité dans mes albums.

Où sera t- il possible de voir Sarah Lenka en concert dans les prochaines semaines ?
Nous serons le 18 octobre 2012 au Sunset Sunside (Paris) et le 25 octobre 2012 à l'Opera de Reims. Et je travaille actuellement sur notre prochain album qui sera un hommage à Bessie Smith.  Nous l'enregistrerons en octobre.

Le site officiel de Sarah Lenka

A découvrir aussi:

Jazz : Le Festival Sunset "Hors les Murs" monte en gamme

Kicca & Intrigo : un Jazz & Soul épicé qui déménage

Raphaële Atlan : le Jazz entre introspection et excellence

Ida Sand : la voix venue du froid

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/jazzclub/hush_covercdweb.jpg}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

BackStage

Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:59
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Publication : lundi 18 avril 2016 11:56
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Publication : mercredi 30 novembre -0001 00:09
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Publication : mardi 29 mars 2016 11:49
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Publication : mercredi 23 mars 2016 09:27

LE CHOIX

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile