Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Sarah Lenka a cette particularité d'associer le talent d'une voix singulière, une multiplicité de sensibilités et une audace de composition  qui en fait une artiste confirmée et vouée au talent. Le jazz vocal français ne peut se passer de Sarah Lenka tant son travail est limpide, émouvant et intime. Nous l'avons rencontrée pour qu'elle nous parle de son nouvel album "Hush".

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec le Jazz ?
À 20 ans je suis partie vivre à  Londres après avoir refusé l'entrée des beaux arts.  J'ai suivi des cours de musique dans une école londonienne.  Le jazz m'était complètement étranger. Je n'avais aucune culture "jazz" et je n'en écoutais jamais. Plus l'année scolaire avançait, plus les gens me disaient que ma voix se prêtait bien à ce style. J'ai rencontré par hasard un contrebassiste qui m'a fait la même réflexion.  Il m'a proposé "une session" que j'ai accepté. J'ai du fouiller dans les CD de ma colocataire et j'ai ecouté avec elle le morceau " Good morning heartache" de Billie Holiday. Il a immédiatement résonné en moi. J'ai donc  appris à le chanter tout en l'écoutant. Puis je me suis essayée à quelques standards. J'ai aimé cela autant que cela me paraissait naturel. Je suis rentrée à Paris et je me suis lancée dans le Jazz.

Quel est le fil rouge entre les Beaux-Arts et la musique dans votre parcours culturel ?
Une fois acceptée aux Beaux Arts,  je ne me suis pas du tout vue dans les arts plastiques. En fait, je ne me voyais pas dans cette vie. Cela a été le déclencheur pour mon départ en Angleterre puis pour faire une école de musique et décider enfin de chanter pour de vrai.

Qu'ont-ils apporté l'un et l'autre dans cet apprentissage ?
Ces deux éléments m'ont permis de  me découvrir sous différentes facettes, avec d'autres styles d'expression. J'ai compris que le chant était fait pour moi.  Ces périodes de ma vie se sont enchâssées pour que je puisse devenir une chanteuse de Jazz. La musique m'a amenée vers ma propre sensibilité qui avait toujours été là. En peinture déjà, mon thème de prédilection était la musique noire américaine.

On essaie bien souvent de vous attribuer des affinités musicales avec Billie Holiday. Cela vous plaît-il ou vous agace ?
Cette comparaison m'a toujours flattée, car avant même de connaître le travail de Billie, au tout début j'avais repris la  version de "Don't explain" d'une chanteuse suédoise lors d'un cours.  On avait immédiatement comparé ma voix à celle de Billie Holiday que je ne connaissais pas du tout.  Je m'y suis alors intéressée, mais je ne parvenais pas à faire le lien entre elle et moi. Puis je me suis plongée progressivement dans son répertoire avec une étonnante familiarité.  Elle chantait le silence de tous ces sentiments qui ne trouvent pas leur place dans les mots ...et qui sont si limpides dans le chant. Par contre, je suis agacée de savoir que je pourrais tenter de l'imiter.

Hush ressemble étrangement à une balade au milieu d'une profusion de mélodies qui prennent leurs racines au coeur même du Jazz. Était-ce une volonté de votre part au départ ?
La seule volonté de ce disque réside dans ce désir de chanter des choses qui me parlent et qui me plaisent sans se soucier de la cohérence et de l'homogénéité de l'album. Je voulais juste chanter ce qui me plaît.

On a l'impression que chaque titre représente à lui seul un univers. Comment fait-on pour les harmoniser sur un seul album tout en gardant une singularité de chant sur chacun ?
Le seul lien ici est ma voix et en ce sens, elle représente une certaine cohérence dans l'album. Il y a un lien avec le swing des années 30 que j'adore et que je ne souhaitais pas effacer ni laisser de côté tout en souhaitant garder des chansons de "mon temps", des chansons qui ont fait partie de mon univers bien avant le jazz.

Votre album fait la part belle à un choix audacieux de morceaux. Qu'est-ce qui vous a guidé dans cette sélection ?
J'ai eu en vérité beaucoup de mal dans ce second album à  trouver les morceaux.  J'ai mis du temps, car je n'avais pas une idée précise au départ.  Mais en chantant, j'ai senti que mes choix de chansons étaient très disparates, entre glory box et if i were you. J'ai souhaité ce mélange qui me représente assez bien finalement.

Quel est l'apport de vos musiciens dans votre identité musicale ?
Mes musiciens représentent une part très importante de mon identité musicale. Ils sont très impliqués dans les arrangements et me conseillent souvent. Nous sommes très proches et sans eux, il n'y aurait pas cette singularité dans mes albums.

Où sera t- il possible de voir Sarah Lenka en concert dans les prochaines semaines ?
Nous serons le 18 octobre 2012 au Sunset Sunside (Paris) et le 25 octobre 2012 à l'Opera de Reims. Et je travaille actuellement sur notre prochain album qui sera un hommage à Bessie Smith.  Nous l'enregistrerons en octobre.

Le site officiel de Sarah Lenka

A découvrir aussi:

Jazz : Le Festival Sunset "Hors les Murs" monte en gamme

Kicca & Intrigo : un Jazz & Soul épicé qui déménage

Raphaële Atlan : le Jazz entre introspection et excellence

Ida Sand : la voix venue du froid

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/jazzclub/hush_covercdweb.jpg}

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

BackStage

Jack Savoretti : l'abnégation comme moteur du succès
Jack Savoretti : l'abnégation comme moteur du succès
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:32
Gumguts : des concerts live en appartement
Gumguts : des concerts live en appartement
Publication : jeudi 19 novembre 2015 09:16
Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding
Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding
Publication : mardi 17 novembre 2015 09:14
Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien
Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien
Publication : samedi 7 novembre 2015 16:41
Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy
Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy
Publication : jeudi 8 octobre 2015 08:26

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

LE CHOIX

Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Publication : jeudi 4 février 2016 07:35

Par Nicolas Vidal - Allez chiner du côté de Bd music qui vient de faire paraître 2 nouveaux opus de BD jazz composés d’une BD et de deux Cd. On se délectera, d’une part, de la discographie complète de Sarah Vaughan ou l’on retrouvera tous ses plus grands  titres sur deux CD incontournables.

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...