Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Sarah Lenka a cette particularité d'associer le talent d'une voix singulière, une multiplicité de sensibilités et une audace de composition  qui en fait une artiste confirmée et vouée au talent. Le jazz vocal français ne peut se passer de Sarah Lenka tant son travail est limpide, émouvant et intime. Nous l'avons rencontrée pour qu'elle nous parle de son nouvel album "Hush".

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec le Jazz ?
À 20 ans je suis partie vivre à  Londres après avoir refusé l'entrée des beaux arts.  J'ai suivi des cours de musique dans une école londonienne.  Le jazz m'était complètement étranger. Je n'avais aucune culture "jazz" et je n'en écoutais jamais. Plus l'année scolaire avançait, plus les gens me disaient que ma voix se prêtait bien à ce style. J'ai rencontré par hasard un contrebassiste qui m'a fait la même réflexion.  Il m'a proposé "une session" que j'ai accepté. J'ai du fouiller dans les CD de ma colocataire et j'ai ecouté avec elle le morceau " Good morning heartache" de Billie Holiday. Il a immédiatement résonné en moi. J'ai donc  appris à le chanter tout en l'écoutant. Puis je me suis essayée à quelques standards. J'ai aimé cela autant que cela me paraissait naturel. Je suis rentrée à Paris et je me suis lancée dans le Jazz.

Quel est le fil rouge entre les Beaux-Arts et la musique dans votre parcours culturel ?
Une fois acceptée aux Beaux Arts,  je ne me suis pas du tout vue dans les arts plastiques. En fait, je ne me voyais pas dans cette vie. Cela a été le déclencheur pour mon départ en Angleterre puis pour faire une école de musique et décider enfin de chanter pour de vrai.

Qu'ont-ils apporté l'un et l'autre dans cet apprentissage ?
Ces deux éléments m'ont permis de  me découvrir sous différentes facettes, avec d'autres styles d'expression. J'ai compris que le chant était fait pour moi.  Ces périodes de ma vie se sont enchâssées pour que je puisse devenir une chanteuse de Jazz. La musique m'a amenée vers ma propre sensibilité qui avait toujours été là. En peinture déjà, mon thème de prédilection était la musique noire américaine.

On essaie bien souvent de vous attribuer des affinités musicales avec Billie Holiday. Cela vous plaît-il ou vous agace ?
Cette comparaison m'a toujours flattée, car avant même de connaître le travail de Billie, au tout début j'avais repris la  version de "Don't explain" d'une chanteuse suédoise lors d'un cours.  On avait immédiatement comparé ma voix à celle de Billie Holiday que je ne connaissais pas du tout.  Je m'y suis alors intéressée, mais je ne parvenais pas à faire le lien entre elle et moi. Puis je me suis plongée progressivement dans son répertoire avec une étonnante familiarité.  Elle chantait le silence de tous ces sentiments qui ne trouvent pas leur place dans les mots ...et qui sont si limpides dans le chant. Par contre, je suis agacée de savoir que je pourrais tenter de l'imiter.

Hush ressemble étrangement à une balade au milieu d'une profusion de mélodies qui prennent leurs racines au coeur même du Jazz. Était-ce une volonté de votre part au départ ?
La seule volonté de ce disque réside dans ce désir de chanter des choses qui me parlent et qui me plaisent sans se soucier de la cohérence et de l'homogénéité de l'album. Je voulais juste chanter ce qui me plaît.

On a l'impression que chaque titre représente à lui seul un univers. Comment fait-on pour les harmoniser sur un seul album tout en gardant une singularité de chant sur chacun ?
Le seul lien ici est ma voix et en ce sens, elle représente une certaine cohérence dans l'album. Il y a un lien avec le swing des années 30 que j'adore et que je ne souhaitais pas effacer ni laisser de côté tout en souhaitant garder des chansons de "mon temps", des chansons qui ont fait partie de mon univers bien avant le jazz.

Votre album fait la part belle à un choix audacieux de morceaux. Qu'est-ce qui vous a guidé dans cette sélection ?
J'ai eu en vérité beaucoup de mal dans ce second album à  trouver les morceaux.  J'ai mis du temps, car je n'avais pas une idée précise au départ.  Mais en chantant, j'ai senti que mes choix de chansons étaient très disparates, entre glory box et if i were you. J'ai souhaité ce mélange qui me représente assez bien finalement.

Quel est l'apport de vos musiciens dans votre identité musicale ?
Mes musiciens représentent une part très importante de mon identité musicale. Ils sont très impliqués dans les arrangements et me conseillent souvent. Nous sommes très proches et sans eux, il n'y aurait pas cette singularité dans mes albums.

Où sera t- il possible de voir Sarah Lenka en concert dans les prochaines semaines ?
Nous serons le 18 octobre 2012 au Sunset Sunside (Paris) et le 25 octobre 2012 à l'Opera de Reims. Et je travaille actuellement sur notre prochain album qui sera un hommage à Bessie Smith.  Nous l'enregistrerons en octobre.

Le site officiel de Sarah Lenka

A découvrir aussi:

Jazz : Le Festival Sunset "Hors les Murs" monte en gamme

Kicca & Intrigo : un Jazz & Soul épicé qui déménage

Raphaële Atlan : le Jazz entre introspection et excellence

Ida Sand : la voix venue du froid

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

BackStage

Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:59
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Publication : lundi 18 avril 2016 11:56
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Publication : mercredi 30 novembre -0001 00:09
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Publication : mardi 29 mars 2016 11:49
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Publication : mercredi 23 mars 2016 09:27

LE CHOIX

Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Publication : vendredi 27 mai 2016 10:07

Par Nicolas Vidal - Bill Frisell joue sur cette belle symbiose entre musique et image. De toute son aura qu’il dégage en tant que grand guitariste de jazz depuis près de 30 ans, il rend hommage ( une fois de plus ) dans ce nouvel album à la musique populaire « When You wish upon a star ». Il affirme encore et encore son indéboulonnable statut de défricheur avec cet énième album.

A LA UNE

Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Publication : vendredi 27 mai 2016 10:07

Par Nicolas Vidal - Bill Frisell joue sur cette belle symbiose entre musique et image. De toute son aura qu’il dégage en tant que grand guitariste de jazz depuis près de 30 ans, il rend hommage ( une fois de plus ) dans ce nouvel album à la musique populaire « When You wish upon a star ». Il affirme encore et encore son indéboulonnable statut de défricheur avec cet énième album.

Julien Fortier : l’élégante cavale
Julien Fortier : l’élégante cavale
Publication : vendredi 27 mai 2016 09:55

Julien Fortier, c’est avant tout une empreinte vocale, grave, qui happe, et qui semble venir d’un autre temps. Dans ce nouvel EP,  « CAVALES I  », il déploie un univers « clair-obscur » stylisé, qui lui colle aux pores. Ce jeune trentenaire, auteur, compositeur, interprète Montpelliérain, à la verve poétique et séductrice,  déroule brillamment, un certain côté théâtral à la mélancolie assumée.

Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:48

Par Jonathan Rodriguez - God save the Queen ! Pour sa huitième édition, Saint Maur en Poche propose de partir à la découverte des auteurs de la langue anglaise. Une belle occasion d’écumer les genres les plus prolifiques de la littérature british. Ce salon international du livre au format de poche se déroulera les 18 et 19 juin, place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés. Il est une nouvelle fois organisé par la librairie La Griffe Noire du célèbre Gérard Collard et de Jean Casel et proposera deux espaces de rencontres – le Café de la Griffe noire et le Café des Déblogueurs – dans lesquels les auteurs présenteront leurs ouvrages au cours d’interviews menées par les libraires, des blogueurs ou des journalistes. Au final ce sont plus de 180 auteurs qui viendront à la rencontre des lecteurs.

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.