Jeux d'été : un film magique élégant et secPar Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Nic (Armando Condolucci), douze ans, part en camping en Toscane avec ses parents et son petit frère pour les vacances d’été. Le séjour à Maremme est tourmenté par la violence de Vincenzo ( Antonio Merone) et les aller-retour d’Adriana ( Alessia Barela) ; les garçons se trouvent alors des amis avec lesquels ils reproduisent certains jeux dangereux vus chez les adultes. Parmi eux, il y a entre autres la jolie Marie (Campanella), qui souffre de l’absence d’un père qu’elle n’a jamais connu.

Ensemble, les jeunes font le mur, des bêtises et des voyages en bateau. C’est l’insouciance de l’enfance et l’espoir d’une vie d’adulte aussi douce que la chaleur de l’été, mais c’est aussi la méchanceté, la jalousie, et les problèmes de communication, qui sont peut-être héréditaires. Les adultes qui les entourent, brutaux, menteurs, volages, faibles, leur confirment une triste vérité, l’été n’est qu’un jeu et à la fin de la partie, il en sera tout autrement.

Jeux d’été est un film émouvant et tendre sur les passions de vacances des jeunes et les dilemmes des grands. Les deux mondes sont bien délimités, les enfants jouent de leur côté dans une cabane au milieu des champs et qui devient leur forteresse. Ils s’y essaient à la torture physique et morale et aux prémices de la sexualité ; dans leurs jeux de rôles, ils prétendent être un autre, alors que de leurs réactions transpirent leur souffrance et leur humiliation intimes. À jouer à être un adulte, on reproduit la douleur et la violence auxquelles on assiste, pourtant les plans de plages et de tranquillités se succèdent, le monde est aussi beau que l’homme est laid. On s’éprend ici pour Nic et sa petite bande de garnements. Leurs jeux dangereux et leurs offenses de plus en plus provocatrices, sur fond de sable et de toiles de tentes, nous effraient lorsque l’on réalise combien ils ressemblent à leurs parents, mais nous intriguent aussi, alors que l’on espère qu’ils ont compris, qu’ils sont eux, bien différents, et qu’ils jouent seulement à être quelqu’un d’autre, le temps d’un été.

Jeux d'été ~ Giochi d’estate (Rollando Colla, Italie/Suisse)
Avec Armando Condolucci, Alessia Barela, Antonio Merone et Fiorella Campanella.

 

A Lire aussi :

Red Flag : Alex Karpovsky sur les routes de l'Amérique et du succès

Jonathan Lisecki : "Avec Gayby, je voulais réaliser le fantasme qu'un père gay puisse avoir un bébé "

Teddy Bear : Un film intimiste à la limite du documentaire

Mads Matthiesen : " Teddy Bear est une rencontre entre l'Orient et l'Occident "

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile