Jeux d'été : un film magique élégant et secPar Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Nic (Armando Condolucci), douze ans, part en camping en Toscane avec ses parents et son petit frère pour les vacances d’été. Le séjour à Maremme est tourmenté par la violence de Vincenzo ( Antonio Merone) et les aller-retour d’Adriana ( Alessia Barela) ; les garçons se trouvent alors des amis avec lesquels ils reproduisent certains jeux dangereux vus chez les adultes. Parmi eux, il y a entre autres la jolie Marie (Campanella), qui souffre de l’absence d’un père qu’elle n’a jamais connu.

Ensemble, les jeunes font le mur, des bêtises et des voyages en bateau. C’est l’insouciance de l’enfance et l’espoir d’une vie d’adulte aussi douce que la chaleur de l’été, mais c’est aussi la méchanceté, la jalousie, et les problèmes de communication, qui sont peut-être héréditaires. Les adultes qui les entourent, brutaux, menteurs, volages, faibles, leur confirment une triste vérité, l’été n’est qu’un jeu et à la fin de la partie, il en sera tout autrement.

Jeux d’été est un film émouvant et tendre sur les passions de vacances des jeunes et les dilemmes des grands. Les deux mondes sont bien délimités, les enfants jouent de leur côté dans une cabane au milieu des champs et qui devient leur forteresse. Ils s’y essaient à la torture physique et morale et aux prémices de la sexualité ; dans leurs jeux de rôles, ils prétendent être un autre, alors que de leurs réactions transpirent leur souffrance et leur humiliation intimes. À jouer à être un adulte, on reproduit la douleur et la violence auxquelles on assiste, pourtant les plans de plages et de tranquillités se succèdent, le monde est aussi beau que l’homme est laid. On s’éprend ici pour Nic et sa petite bande de garnements. Leurs jeux dangereux et leurs offenses de plus en plus provocatrices, sur fond de sable et de toiles de tentes, nous effraient lorsque l’on réalise combien ils ressemblent à leurs parents, mais nous intriguent aussi, alors que l’on espère qu’ils ont compris, qu’ils sont eux, bien différents, et qu’ils jouent seulement à être quelqu’un d’autre, le temps d’un été.

Jeux d'été ~ Giochi d’estate (Rollando Colla, Italie/Suisse)
Avec Armando Condolucci, Alessia Barela, Antonio Merone et Fiorella Campanella.

 

A Lire aussi :

Red Flag : Alex Karpovsky sur les routes de l'Amérique et du succès

Jonathan Lisecki : "Avec Gayby, je voulais réaliser le fantasme qu'un père gay puisse avoir un bébé "

Teddy Bear : Un film intimiste à la limite du documentaire

Mads Matthiesen : " Teddy Bear est une rencontre entre l'Orient et l'Occident "

{fcomment}

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...