Jeux d'été : un film magique élégant et secPar Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Nic (Armando Condolucci), douze ans, part en camping en Toscane avec ses parents et son petit frère pour les vacances d’été. Le séjour à Maremme est tourmenté par la violence de Vincenzo ( Antonio Merone) et les aller-retour d’Adriana ( Alessia Barela) ; les garçons se trouvent alors des amis avec lesquels ils reproduisent certains jeux dangereux vus chez les adultes. Parmi eux, il y a entre autres la jolie Marie (Campanella), qui souffre de l’absence d’un père qu’elle n’a jamais connu.

Ensemble, les jeunes font le mur, des bêtises et des voyages en bateau. C’est l’insouciance de l’enfance et l’espoir d’une vie d’adulte aussi douce que la chaleur de l’été, mais c’est aussi la méchanceté, la jalousie, et les problèmes de communication, qui sont peut-être héréditaires. Les adultes qui les entourent, brutaux, menteurs, volages, faibles, leur confirment une triste vérité, l’été n’est qu’un jeu et à la fin de la partie, il en sera tout autrement.

Jeux d’été est un film émouvant et tendre sur les passions de vacances des jeunes et les dilemmes des grands. Les deux mondes sont bien délimités, les enfants jouent de leur côté dans une cabane au milieu des champs et qui devient leur forteresse. Ils s’y essaient à la torture physique et morale et aux prémices de la sexualité ; dans leurs jeux de rôles, ils prétendent être un autre, alors que de leurs réactions transpirent leur souffrance et leur humiliation intimes. À jouer à être un adulte, on reproduit la douleur et la violence auxquelles on assiste, pourtant les plans de plages et de tranquillités se succèdent, le monde est aussi beau que l’homme est laid. On s’éprend ici pour Nic et sa petite bande de garnements. Leurs jeux dangereux et leurs offenses de plus en plus provocatrices, sur fond de sable et de toiles de tentes, nous effraient lorsque l’on réalise combien ils ressemblent à leurs parents, mais nous intriguent aussi, alors que l’on espère qu’ils ont compris, qu’ils sont eux, bien différents, et qu’ils jouent seulement à être quelqu’un d’autre, le temps d’un été.

Jeux d'été ~ Giochi d’estate (Rollando Colla, Italie/Suisse)
Avec Armando Condolucci, Alessia Barela, Antonio Merone et Fiorella Campanella.

 

A Lire aussi :

Red Flag : Alex Karpovsky sur les routes de l'Amérique et du succès

Jonathan Lisecki : "Avec Gayby, je voulais réaliser le fantasme qu'un père gay puisse avoir un bébé "

Teddy Bear : Un film intimiste à la limite du documentaire

Mads Matthiesen : " Teddy Bear est une rencontre entre l'Orient et l'Occident "

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Abonnez-vous au BSC NEWS

Abonnement BSC NEWS

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Malia : les racines de Malawi Blues

Malia : les racines de Malawi Blues

Publication : vendredi 23 septembre 2016 13:55

Par Nicolas Vidal - Malia est assurément l’une des plus belles voix et l’une des figures les plus accomplies du Jazz vocal.

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Publication : vendredi 23 septembre 2016 10:42

Par Nicolas Vidal - Le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa revient avec un voyage musical qui trace son périple de la Havane à l’Afrique.

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Publication : vendredi 23 septembre 2016 15:56

Par Deborah Valentin - Une restitution publique de l’étude «  État des lieux de la librairie indépendante : 8 départements, 1 métropole » menée par le Centre National des Lettres Midi Pyrénées (CRLMP) se déroulera ce lundi 26 septembre 2016 à l’Hôtel de Région de Toulouse de 13h30 à 17h30.

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

Publication : vendredi 23 septembre 2016 11:56

Par Jonathan Rodriguez - La nostalgie des plaines texanes. Comancheria signe le retour de David MacKenzie après s’être notamment distingué en 2014 avec Les Poings contre les murs, film carcéral brutal. Le cinéaste britannique abandonne les barreaux pour poser sa caméra dans le désert texan où deux frères, se muent en braqueurs de banques afin d’éviter la saisie de leur propriété familiale.

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Publication : jeudi 22 septembre 2016 11:44

Par Deborah Valentin - Grand succès aux Etats-Unis, Le Poison (The Lost Weekend) est le premier roman de l’auteur américain Charles Jackson qui paraît en France chez Julliard en 1946. Aujourd’hui le roman revient pour cette rentrée littéraire 2016 aux éditions Belfond.

La Toile

Enregistrer

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR