Par Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / L’écrivain-acteur-réalisateur Alex Karpovsky nous propose un film où la fiction et la réalité s’entremêlent sur les routes de l’Amérique et du succès. Un réalisateur de film indépendant, nomme lui aussi Alex Karpovsky, prend la route pour une tournée artistique entre campus universitaires et cinéma de quartier. Rachel, sa petite amie de longue date le quitte puisqu’il refuse tout engagement sérieux, et il cherche avec quelques difficultés un ami qui pourrait bien l’accompagner. Au début de sa tournée, il rencontre River, une groupie plus que passionnée avec qui il passe la nuit et qui ne le décolle plus après. Entre temps son ami Onur le rejoint dans son périple. Alors qu’Alex tente désespérément de se débarrasser de River, Onur en tombe follement amoureux, alors que Rachel se décide à rejoindre le cortège à la Nouvelle-Orléans. Le réalisateur sombre entre défaites personnelles et humiliations constantes, et malgré son égocentrisme aigu, parvient à partager avec son public sa souffrance et sa solitude.

Karpovsky a fait ses débuts avec « The Hole Story » en 2006. Cette comédie noire a été très bien reçue et programmée dans plus de cinquante festivals desquels elle a rapporté plusieurs récompenses. Le réalisateur a même été nommé par le « Filmmaker Magazine » une des 25 nouvelles figures du cinéma indépendant à surveiller ! Il est aussi l’auteur de « Woodpecker » et de « This Is All Made Up » présentés au South by Southwest Festival respectivement en 2008 et 2009. Il a interprété le rôle principal dans « Beeswax », remarqué à la Berlinale de 2009. Plusieurs des films dans lesquels il a joué ont participé à de prestigieux festivals : « Lovers of Hate » au Sundance Film Festival 2010, « The Grownups » à Cannes en 2010. L’artiste très complet est très en vue en ce moment dans la série de HBO, « Girls ». 2012 est aussi pour lui l’année de « Rubberneck », un thriller psycho-sexuel qu’il a écrit et réalisé, et dans lequel il joue également. Le film a fait sa première au très réputé festival de Tribeca (New York) en avril. Dernièrement, « Sleepwalk with Me » a fait sa première au Sundance Film Festival en janvier. Il nous a accordé une interview à cette occasion.

Est-ce que le film « Woodpecker » est à l’origine de ce road movie ?
Alex Karpovsky : Oui, « Woodpecker » est un film de 2006, une comédie sombre sur un duo d’ornithologues amateurs qui cherchent un pivert dans le fin fond de l’Arkansas. Quelques années plus tard, j’ai eu l’occasion de faire une tournée sur ce film pendant deux semaines dans le sud du pays. Je me suis rendu de ville en ville dans une voiture de location, et j’ai présenté le film sur les campus des universités, dans les cinémas de quartiers ou les salles des fêtes, de la Caroline du Nord à la Louisiane avant de participer à une session de questions-réponses après le visionnage. Et puis, j’ai eu l’idée d’en faire un film !

Et comment êtes-vous venu à l’idée de faire un film sur la présentation même d’un film antérieur ?
Cette aventure m’a fait réfléchir à deux points importants. Tout d’abord, conduire quatre à six heures par jour, tout seul, quel sentiment d’isolation et d’anxiété cela peut-il produire ? Deuxièmement, je venais juste de rompre avec ma petite amie et j’étais loin de m’en être remis. La perspective de me retrouver dans une voiture pendant deux semaines à broyer du noir, de me morfondre dans des hôtels de seconde zone me terrifiait, tout simplement. Alors, j’ai décidé d’utiliser ce temps de solitude et de le mettre à profit en faisant un petit film entre amis, pendant la tournée.

Êtes-vous satisfait du résultat ?
Oui, très curieusement, ça a marché, et bien mieux que ce que je pouvais imaginer puisque c’est vraiment la première fois que je travaille aussi facilement de ma vie.

Pouvez-vous nous parler rapidement du tournage ?
Mes amis se sont inspirés de leur propre personnalité, certains noms, détails personnels sont identiques à l’écran et à la ville. Il s’agit donc d’une semi-fiction, avec un script d’une trentaine de pages, et une confiance aveugle en mes amis-acteurs, sans oublier en Adam Ginsberg, responsable de la cinématographie, à qui est revenue la tâche de la caméra et du son. On a filmé dans six états en treize jours, avec un week-end de reprises plus tard, pour intercaler les morceaux de narration dans les vrais décors.

Quel est votre message au public par rapport à « Red Flag » ?
« Red Flag » est mon cinquième film. Son histoire est nourrie de plusieurs éléments clé semi-autobiographiques, et son héros et moi partageons énormément de similarités – la plus grande étant peut-être cette peur de la solitude.

Carton rouge ~ Red Flag (Alex Karpovsky)  Photo : Brigade Marketing
Avec Alex Karpovsky et Onur Tukel.

 

À lire aussi :

Jonathan Lisecki : "Avec Gayby, je voulais réaliser le fantasme qu'un père gay puisse avoir un bébé "

Teddy Bear : Un film intimiste à la limite du documentaire

Mads Matthiesen : " Teddy Bear est une rencontre entre l'Orient et l'Occident "

Robot & Frank : Un petit film indépendant de bon divertissement

Omo Omerzu : « Les archétypes de la femme et de l’homme se rencontrent et jouent sur le terrain des enfants »

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Juste la fin du monde : l'oeuvre électrique et lumineuse de Xavier Dolan

Juste la fin du monde : l'oeuvre électrique et lumineuse de Xavier Dolan

Publication : vendredi 30 septembre 2016 13:41

Par Jonathan Rodriguez – Chaque film de Xavier Dolan est un évènement. Grand prix à Cannes et un casting français XXL (Gaspard Ulliel, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel, Nathalie Baye) Juste la fin du monde ne déroge pas à la règle. Après douze ans d’absence, Louis retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Une histoire simple aux problématiques complexes. En adaptant la pièce éponyme de Jean-Luc Lagarce, le pari était risqué. Huis-clos puissant, la force du sixième film du jeune Québécois réside dans sa capacité à se détacher totalement d’un procédé théâtral – trop souvent utilisé au cinéma –  pour livrer une œuvre de pure mise en scène.

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Publication : vendredi 30 septembre 2016 09:29

Par Romain Rougé - Le plus célèbre des souffre-douleur ressuscite dans le monde du 9ème art. Les saynètes les plus marquantes du roman de Jules Renard sont ici sélectionnées pour découvrir ou redécouvrir l’enfance martyrisée de François Lepic, alias Poil de Carotte.

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:57

Par Nicolas Vidal - Toma Chaput est un passionné au sens littéral du terme. Fou de chevaux depuis sa plus tendre enfance, il a gravi un à un les échelons de l’apprentissage et de la connaissance du cheval. Aujourd’hui, dresseur reconnu, après avoir collaboré notamment avec Bartabas, il travaille au sein des Haras nationaux de Pompadour où il partage sa passion avec le public. Révélation d’Equestria en 2013, Toma Chaput se produit également en spectacle avec sa compagnie Atao. Nous l’avons rencontré pour partager avec lui sa passion équestre dévorante. On notera l’excellent travail du photographe Antoine Bassaler qui agrémente cette interview. (Crédit photo : Antoine Bassaler)

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:41

Par Deborah Valentin - Situé en plein coeur de l’université de Paul Valéry à Montpellier, le Théâtre la Vignette s’est construit comme un lieu d’ouverture, de dialogues, d’échanges entre artistes, universitaires, intellectuels et étudiants. Devenue une scène conventionnée depuis le 1er janvier 2016 pour l’émergence et sa diversité, le Théâtre  la Vignette s’inscrit dans un réseau national et ne cesse, au fil des années, de développer son projet culturel dans son travail avec les artistes et le public. Le Directeur du théâtre la Vignette, Nicolas Dubourg nous présente cette nouvelle saison 2016-1017. Rencontre.

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 10:28

Par Florence Yérémian - Chloé et Nicolas sont fiancés. L’une est peintre, l’autre neurologue et ils vivent ensemble depuis quatre ans. L’idylle est belle et semble durer jusqu’au jour où Nicolas découvre que Chloé le trompe. Refusant tout repentir, il la quitte mais son infidèle est soudainement victime d’un accident. Devenue amnésique, Chloé ne se rappelle plus de rien, pas même du prénom de son conjoint ! Un certain neurologue entre alors dans sa vie pour lui faire retrouver la mémoire et tenter, si possible, de la reconquérir.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR