Teddy Bear : Par Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Dennis ( Kim Kold) a 38 ans, il est bodybuilder professionnel et son degré de timidité est proportionnel à la circonférence de ses biceps. Il habite avec une mère castratrice (Steentoft) dans la banlieue de Copenhague et n’a jamais eu de petite amie. Quand son oncle épouse une jeune fille qu’il a rencontrée en Thaïlande, Dennis décide lui aussi de tenter sa chance en Asie, et s’en va pour Pattaya, trouver l’amour qui lui est refusé par les Danoises. Sachant que sa mère ne le laissera jamais rencontrer une autre femme qu’elle, il lui ment et prétend partir pour un championnat en Allemagne. Dennis n’a jamais voyagé si loin de son Danemark natal, et il va vivre un réel choc culturel. Plongé dans la chaleur du tourisme sexuel, notre Teddy Bear est bien loin de comprendre les règles du jeu et est sur le point d’abandonner quand il rencontre la femme idéale, Toi (Hougaard) qui, par le plus grand des hasards, tient une salle de musculation. Les débuts sont difficiles, à cause de la maladresse de Dennis, du décalage des conventions entre les deux cultures, puis il va s’agir pour Dennis de présenter son nouvel amour, sans perdre celui de sa mère.

Le film très intimiste de Matthiesen, un quasi-documentaire, est très touchant de vérité et de sincérité. On ressent à chaque plan le malaise quotidien de Dennis, qui de par sa carrure gigantesque a du mal à trouver sa place dans une société étriquée, coincé dans un petit appartement où sa mère prend déjà toute la place. Il faudra s’ouvrir à l’autre, traverser les terres et les mers pour rejoindre la grande Asie et finalement trouver la pièce manquante au puzzle du bonheur. « Teddy Bear » a remporté le prix des réalisateurs au Sundance Film Festival et a fait partie des sélections officielles des festivals de Luxembourg, de Dallas et de Sarasota.
Le court-métrage « Dennis » de 2007 est à l’origine de « Teddy Bear » ; dans les deux, on retrouve les personnages principaux et leurs dilemmes dramatiques. « Dennis » a reçu immédiatement un grand succès, première au Sundance Film Festival, et nombreux prix, notamment au Festival international de Melbourne. À noter également son vrai triomphe sur YouTube, plus de trois millions de visionnages depuis 2009 ! En tournant « Dennis », Matthiesen a eu immédiatement l’idée d’un long-métrage, et dans « Teddy Bear » on retrouve l’intensité et le réalisme de ses neuf courts dans lesquels apparaissent acteurs amateurs et professionnels.


L’acteur principal, Kim Kold, est un bodybuilder poids lourd qui possède un bon nombre de titres nationaux et internationaux à son actif. Depuis ses débuts à l’écran, il est apparu dans des films et séries danois, dont « Délivrez-nous du mal » d’Ole Bornedals (2009) et le show très populaire repris aux USA, « The Killing » (2007).

Ingrid, la mère de Dennis, est interprétée par Elsebeth Steentoft dans le court et dans le long-métrage. Elle a obtenu l’ours d’or pour son rôle dans « Italian for Beginners » (2000). Elle joue également dans « Les Bouchers verts » (2003) et « Soap » (2006).


Teddy Bear (Mads Matthiesen, Danemark)
Photos : Film Movement
Avec Kim Kold, Elsebeth Steentoft et Lamaiporn Sangmanee Hougaard.
Sortie en France : prochainement.

 

À lire aussi :

Mads Matthiesen : " Teddy Bear est une rencontre entre l'Orient et l'Occident "

Robot & Frank : Un petit film indépendant de bon divertissement

Omo Omerzu : « Les archétypes de la femme et de l’homme se rencontrent et jouent sur le terrain des enfants »

Le premier homme : le film magique de Gianni Amelio

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Soleil Brûlant en Algérie : Couvrez cette guerre que je ne saurais voir

Soleil Brûlant en Algérie : Couvrez cette guerre que je ne saurais voir

Publication : jeudi 25 août 2016 10:09

Par Romain Rougé - 1956, Alexandre Tikhomiroff est mobilisé et envoyé en Algérie. Le jeune officier se retrouve au milieu d’une guerre qu’il ne faut pas nommer. Dans Soleil Brûlant en Algérie, le dessinateur Gaétan Nocq met en images les souvenirs de « Tiko ». Un beau roman graphique qui raconte un des pans les plus complexes de l’histoire de la République française.

Visa pour l'Image : le photojournalisme entre guerre et paix à Perpignan

Visa pour l'Image : le photojournalisme entre guerre et paix à Perpignan

Publication : jeudi 25 août 2016 10:35

Par Ludivine Augé - Le festival international de photojournalisme de Perpignan, rendez-vous incontournable des passionnés de photographie, acte cette année sa 28e édition.

Reims Jazz Festival 2016 : sonorités du monde et militantisme jazzy

Reims Jazz Festival 2016 : sonorités du monde et militantisme jazzy

Publication : jeudi 25 août 2016 09:34

Par Romain Rougé - Du 13 au 29 octobre 2016, un air jazzy parcourra Reims et sa région. Durant trois semaines, la 23ème édition du Reims Jazz Festival verra se côtoyer les grands noms actuels avec la scène émergente. Le tout sur une note engagée afin de valoriser la culture jazz.

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Publication : mercredi 24 août 2016 10:41

Par Romain Rougé - Journal d’une bipolaire est l’histoire vraie d’Emilie Guillon, atteinte de maniaco-dépression, maladie aujourd’hui connue sous le nom de bipolarité. A la fois touchant et informatif, ce récit autobiographique dessine les espoirs et les doutes du malade ainsi que les conséquences sur son quotidien et ses proches.

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Publication : mercredi 24 août 2016 10:30

Par Ludivine Augé - 2016 est une année forte pour les Alpes Suisses qui fêtent la 60ème édition de son festival dédié à la musique classique, Gstaad Menuhin Festival & Academy, et le centenaire de son fondateur, le célèbre violoniste Yehudi Menuhin.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer