Mads Matthiesen : " Teddy Bear est une rencontre entre l'Orient et l'Occident "Par Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Mads Matthiesen, le réalisateur de Teddy Bear, né en 1976, est de Copenhague. Ces dix dernières années, on a pu voir ses courts-métrages sur les écrans internationaux : festivals de Venise, Berlin, Melbourne, Londres et maintenant Los Angeles.

Quel est le sujet principal de « Teddy Bear » ?
« Teddy Bear » est une histoire d’amour et de recherche du bonheur. L’intimité du protagoniste et de sa mère met l’accent sur les relations, saines et malsaines, que l’on laisse se développer avec les personnes qui nous sont chères. Et il s’agit de Dennis, qui doit apprendre à chercher le bonheur en fonction de ses besoins, et à éviter d’être contrôlé par ceux qui l’entourent.

Comment avez-vous rencontré Kim Kold ?
Kim n’est pas un acteur, c’est un bodybuilder professionnel et je l’ai rencontré dans une salle de musculation lors du casting pour mon court-métrage « Dennis ». Dès qu’il est entré dans la salle et qu’il a commencé à lire ses lignes, j’ai su qu’il avait quelque chose de spécial. Non seulement il pouvait jouer, mais en plus il était tout ce que je recherchais visuellement pour mon projet. Plus tard, j’ai présenté mon court à Frank Corsaro, qui m’a donné l’idée du long. Kim était d’accord pour relever le challenge. Cela m’a pris deux, trois ans pour finir le film.

Faut-il regarder « Dennis » avant de voir le film ?
Même si « Teddy Bear » est très différent de « Dennis », regarder le court-métrage est un bon moyen d’avoir un avant-goût du film, oui !

Quel est l’intérêt du personnage de Dennis ? Il est intéressant de s’interroger sur l’importance et la portée des préjugés. À quoi s’attend-on lorsqu’on rencontre un géant d’1m90, tatoué de partout ? Tout de suite, on se dit être en face d’un criminel, ou d’un personnage enclin à la violence. On ne s’imagine pas voir un homme émotionnellement rachitique, complétement vulnérable été timide, qui vit une relation trop intense avec sa mère, et apprendre en plus qu’il a des soucis à rencontrer des filles !


Et pourquoi la Thaïlande ?
Dans la même veine de préjugés communs, on a les méprises sur les hommes qui voyagent en Thaïlande pour trouver l’amour. Ce sont soit des touristes sexuels qui viennent exploiter l’infortune des jeunes filles Thaï, soit des pommés qui viennent s’acheter une femme. Dans « Teddy Bear », j’espère jouer de ces préjugés et les retourner dans l’esprit des spectateurs. Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Les préjudices et les idées reçues sur les autres, sur ce qu’ils sont, créent bien trop de divisions entre les hommes.

Votre film est donc une histoire d’amour ?
Tout à fait, une histoire d’amours même ! L’amour possessif d’une mère pour son fils, qui est de bien des façons malsain, mais également extrêmement primitif. Et il y a cet autre amour que Dennis recherche, chez une femme. Mon histoire essaye aussi de représenter les différentes passerelles que l’amour peut emprunter entre les hommes et les femmes, entre le Danemark et la Thaïlande. Dans le Danemark d’aujourd’hui, l’amour et la famille ne sont plus une question d’argent ou de survie. Les Occidentaux ont d’autres critères que les considérations financières quand ils recherchent l’amour. En Thaïlande, les choses sont différentes. Ici, Toi incarne un amour de survie, dans une des plus basses strates de la société. Une femme doit trouver un mari pour soutenir toute sa famille, enfants, grands-parents. C’est pour cela que les filles démunies des villages du Nord tentent leur chance dans des endroits comme Pattaya, pour rencontrer des touristes Européens qui ont, eux, des problèmes moins profonds d’amour et de self-estime. Ici, c’est plus facile d’inspirer le respect, alors que chez eux, ce sont des loosers. Ces rencontres sont intéressantes, parce que de bien des manières, elles sont destinées à l’échec. C’est une rencontre entre l’Orient et l’Occident, entre deux approches bien différentes de l’amour.

Teddy Bear
Teddy Bear (Mads Matthiesen, Danemark)
Photos : Film Movement
Avec Kim Kold, Elsebeth Steentoft et Lamaiporn Sangmanee Hougaard.
Sortie en France : prochainement.

Crédit photo DR

 

À lire aussi :

Robot & Frank : Un petit film indépendant de bon divertissement

Omo Omerzu : « Les archétypes de la femme et de l’homme se rencontrent et jouent sur le terrain des enfants »

Le premier homme : le film magique de Gianni Amelio

L’enfant d’en haut : la dérive d’une famille dans notre société contemporaine

P-047 : les bons plans de Kongdej Jaturanrasmee

 

{fcomment}

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Publication : mardi 3 mai 2016 15:59

Par Jonathan Rodriguez – Saisissant. Leila Slimani nous plonge dans le quotidien d’une sex-addict enfermé dans une dépendance insoutenable et puissante. Un récit captivant qui émeut autant qu’il accroche.

Outlander : Une saga épique au coeur des Highlands
Outlander : Une saga épique au coeur des Highlands
Publication : mardi 3 mai 2016 14:13

Par Florence Yérémian - L’histoire d’Outlander débute en Écosse au lendemain de la seconde guerre mondiale. Claire et Frank Randall ont passé cinq ans séparés l'un de l'autre : elle, en tant qu'infirmière, lui comme espion à la solde des Britanniques. Afin de ressouder leur couple, ils entament une seconde Lune de Miel dans la mystique cité d’Inverness. Tandis que les habitants s’apprêtent à célébrer la fête de Samhain, Claire disparaît au cœur d'un sanctuaire nommé Craig na Dun. Sans trop comprendre, elle se retrouve transportée sur le même site mégalithique… deux cent ans auparavant ! Perdue dans les  Highlands en plein soulèvement Jacobite, elle va devoir faire face aux croyances ancestrales et à la haine des Écossais pour le peuple anglais. Surnommée « La Sassenach » par le clan Mac Kenzie, elle se voit contrainte d’épouser un certain Jamie Fraser pour échapper aux poursuites du terrible Black Jack, un capitaine britannique qui s’avère être l’ancêtre direct de son premier mari…

Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Publication : mardi 3 mai 2016 09:31

Par Romain Rolugé - Stupor Mundi ou « Stupeur du Monde » est l’humble sobriquet de Frédéric II, empereur du XIIIème siècle avec lequel le scénariste et dessinateur Néjib nous familiarisent. Le traitement  fictionnel de la BD est assuré par le personnage d’Hannibal Qassim El Battouri, scientifique chassé de Bagdad qui va devenir le protégé de l’empereur en échange d’une de ses inventions…

La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
Publication : mardi 3 mai 2016 09:18

Par Romain Rougé - La Fille du froid est le dixième roman de l’auteur londonien Rupert Thomson. L’histoire est celle de Katherine, née d’une fécondation in vitro. La jeune fille de 19 ans va entreprendre un voyage qui la conduira toujours plus au nord de la planète pour s’émanciper, faire le deuil de sa mère disparue et mettre à l’épreuve les sentiments d’un père absent.

Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Publication : mardi 3 mai 2016 08:55

Journées rouges et boulettes bleues raconte un pan de la vie de François, père de famille en proie aux doutes. Pendant ses vacances dans le sud de la France, il se met à penser à sa vie « toute tracée ». Une BD qui privilégie le réalisme et les sentiments humains signée Olivier Perret, Rémy Benjamin et Cyprien Mathieu.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile