Muriel Barbery, l'élégance du hérissonPar Mélina Hoffmann - BSCNEWS.FR /  Renée a 54 ans. Elle dissimule son intelligence, ses lectures philosophiques et son goût pour le cinéma japonais derrière une vie modeste et solitaire, son manque d’amabilité, et sa télévision où défilent les programmes les plus ineptes. Elle est la concierge d’un immeuble bourgeois au cœur de Paris, dans lequel elle vit avec son chat.
Paloma a 12 ans et habite l’immeuble en question au 7 rue de Grenelle, dans une famille aisée. C’est une enfant exceptionnellement intelligente, pourvue d’une grande sensibilité, qui nourrit des interrogations existentielles ordinairement réservées aux adultes. Elle vit avec ses parents et sa sœur, des êtres qu’elle décrit comme « virtuellement riches » car superficiels et imperméables à tous types d'émotions.
Paloma se sent incomprise et ne veut pas de ce monde dans lequel elle voit les adultes s’ébattre péniblement, pris au piège de leur incapacité à construire le présent qui les pousse à toujours tout remettre au lendemain ; un lendemain qui finalement n’arrive jamais puisqu’il finit par devenir présent. Paloma a donc pris une décision : « (...) à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, le 16 juin prochain, je me suiciderai. » En attendant, elle trouve un peu de réconfort dans l'écriture.
Les deux récits - celui de Renée et de Paloma - s’entrecroisent au milieu de longues et passionnantes digressions philosophiques et questionnements métaphysiques auxquels se livrent les deux femmes, qui souffrent chacune à leur manière dans l'indifférence la plus complète. C'est un peu tardivement que les solitudes de ces deux êtres finiront par se croiser et s’unir, grâce à l'arrivée d'un nouvel habitant dans l'immeuble - Ozu, un japonais riche et cultivé - qui viendra redonner aux deux femmes le goût du bonheur et de la vie.
Si ce livre a suscité les éloges les plus flatteurs comme les critiques les plus acerbes, je me placerai pour ma part du côté des éloges, même si je comprends bien volontiers ce qui a pu déranger certains lecteurs. "étalage de culture", "prétention", "clichés"... Certes, Muriel Barbery n'y va pas de main morte avec les réflexions et les références culturelles, au point qu'on peut parfois avoir du mal à ne pas perdre de vue Paola et Renée derrière ce "trop-plein" d'intelligence. Et si cela peut donner un ton un peu pédant au récit et décourager le lecteur qui aspirait à un moment de détente. Loin de rendre cet ouvrage inaccessible, cela lui donne une profondeur très intéressante.
Si cet ouvrage est à la portée de tous, c'est qu'on peut y déceler plusieurs niveaux de lecture. Chacun trouvera le sien, et s'il est parfaitement possible d'apprécier l'histoire sans comprendre toutes les références culturelles qui s'y trouvent, une seconde lecture peut néanmoins être bénéfique pour bien saisir les nuances du récit et creuser ce qui a échappé à notre compréhension.
C'est un livre qui nous parle de la vie, de sa grisaille, des réalités les plus pénibles : « Il ne faut pas oublier que le corps dépérit, que les amis meurent, que tous vous oublient, que la fin est solitude. » Mais il nous parle aussi et surtout de toutes ces petites éclaircies, de ces rayons de lumière qu'il faut sans cesse traquer pour ne pas perdre espoir. L'Art, notamment, y est défini comme source ultime de beauté et de bonheur, loin de la convoitise humaine qui nous plonge dans une permanente insatisfaction.
Finalement, il semblerait que l’intelligence - par la conscience éclairée des choses et la tendance à la réflexion qu'elle permet - facilite l'accès à la souffrance morale. L'intelligence qui, Muriel Barbery nous le rappelle avec ce livre, est une maladie qui peut toucher les pauvres petites filles riches comme les gardiennes d'immeubles pas franchement jolies et antipathiques ! Ouf !...
C'est évidemment sur ce second point que les critiques négatives s'accordent. En tentant de tordre le cou à certaines idées reçues, l'auteur saute à pieds-joints dans d'autres clichés socio-culturels un peu irritants. Dommage ! Mais L'élégance du hérisson (un titre à première vue étrange mais qui prend tout son sens au fil de la lecture) n'en reste pas moins un livre émouvant et amusant qui, derrière une apparence un peu sophistiquée et un langage intellectuel, nous ramène finalement aux choses les plus simples et les plus belles.

« Le cœur et l’estomac en marmelade, je me dis que finalement, c’est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté, où le temps n’est plus le même. C’est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèse dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais. Oui, c'est ça, un toujours dans le jamais. (...)
La beauté dans ce monde »

Auteur: Muriel Barbery
Titre: L’élégance du hérison
Editions: FOLIO

 

> Achetez l'ouvrage de Muriel Barbery chez notre partenaire FNAC.COM

 

À lire aussi

Livre : l'intimité complexe des humains et des animaux

Christian Laborde : la sensibilité au beau sexe

Anorexie : des témoignages bouleversants et courageux

Pierre Drieu la Rochelle : L’homme couvert d’infâme

Rencontres : un petit guide pédagogique sur l'art de se rencontrer

Les éditions Bruno Doucey publient des frères de poésie

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Publication : mardi 23 août 2016 15:19

Par Laurence Biava - Arnaud Genon vit et enseigne en Allemagne. Il a publié de nombreux articles et plusieurs essais consacrés à la littérature autobiographique et autofictionnelle. Tu vivras toujours est son premier roman.

Le lob du destin : Thomas Roussot et l'univers impitoyable du sport

Le lob du destin : Thomas Roussot et l'univers impitoyable du sport

Publication : mardi 23 août 2016 14:36

Par Laurence Biava - Thomas Roussot est écrivain, philosophe, essayiste, poète, photographe, journaliste, militant associatif et illustrateur. Il a publié une biographie consacrée à Bertrand Cantat, une autre traitant de Nietszche, ainsi qu’un recueil cinéphilique. Le lob du destin est son dernier opus publié. Le lob du destin est un excellent livre qui aurait largement mérité plus d’écho que celui, modeste, que je m’apprête à lui donner.

Les francophonies en Limousin : quand le français s'internationalise

Les francophonies en Limousin : quand le français s'internationalise

Publication : mardi 23 août 2016 14:46

Par Ludivine Augé - Du 21 septembre au 1er octobre, le Limousin vous offre la possibilité de voyager dans l’espace francophone via des créations artistiques internationales et inédites en France. La danse, le théâtre et la musique s'unissent ainsi pour faire briller la langue française.

Le Théâtre 14 : une saison subtile, polymorphe et créative

Le Théâtre 14 : une saison subtile, polymorphe et créative

Publication : mardi 23 août 2016 14:09

Par Deborah Valentin - À partir du 5 septembre 2016, Le Théâtre 14, situé dans le 14ème arrondissement de Paris, s’apprête à accueillir de nombreuses représentations pour cette saison 2016-2017. L’occasion pour les adeptes de découvrir la programmation de ce lieu atypique de création et de dialogue artistique.

The Town and the City : Jack Kerouac, avant la route

The Town and the City : Jack Kerouac, avant la route

Publication : mardi 23 août 2016 09:21

Par Romain Rougé – Vingt-six ans après sa première parution française, les éditions de La Table Ronde réédite le premier roman de Jack Kerouac datant de 1950. The Town and the City est aussi connu sous le titre Avant la route, prémisse du plus célèbre des romans de l’écrivain « vagabond », symbole de toute une génération. A (re)découvrir.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer