C'étaient des enfants - l'exposition sur la ShoahPar Soisic Belin - BSCNEWS.FR / 1million et demi d’enfants juifs de moins de 15 ans assassinés en Europe durant la Shoah. Du 26 juin au 27 octobre 2012, Paris rend hommage à la mémoire de ses enfants juifs déportés, sacrifiés, torturés, oubliés et bafoués. Cette exposition se construit autour de témoignages tant visuels que sonores, tout aussi éprouvants, émouvants qu'inédits. La certitude de ne pas en ressortir indemne.
Les salles se suivent, la scénographie chronologique nous donne à voir le parcours périlleux et parfois sans lendemain qui fut imposé à ces enfants. L’atmosphère est inquiétante, étouffante, éreintante, les archives côtoient les photographies, les éléments explicatifs nombreux nous encadrent parfaitement. L’étoile jaune, les lettres d’un père à ses filles, celles d’une fille à sa tante,  ou d’une mère à son enfant qu’elle ne reverra jamais sont autant à concevoir comme des objets personnels que comme des traces d’un passé que l’on préférerait occulter.
Tout commence par cette histoire de statut : celui de Juif, comme un état de fait, la constatation d’un mal héréditaire, transmissible et nuisible. Sans tomber dans un pathos qui serait d’ailleurs justifiable, les éléments qui constituent  cette exposition restent sommes toutes informatifs. Les objets exposés: un porte plume fabriqué par un père interné au camp de Beaune-la-Rolande dans l'espoir de pouvoir un jour l’offrir à son enfant, des poupées en papiers fabriquées par les petites filles du camp d’Auswitch, une montre ayant appartenu à un prisonnier des camps ... nous imposent un réalisme non contestable. On ressent une certaine gène à s'immiscer ainsi dans ce qui fut un massacre sans nom. Qu’aurions nous fait? Car là est la question qui se pose indubitablement. Aurions-nous fait parti de ces «Justes» qui au risque de leur vie ont sauvé celles d'autrui ?  Aurions nous fait triompher la lâcheté, l’inhumanité, la monstruosité ? Au prix de la perte de son âme.

C’étaient des enfants
Salon d'accueil de la Mairie de Paris
29, rue de Rivoli. 75004 Paris
Ouvert tous les jours sauf dimanche et jours fériés de 10h à 19h.


En parallèle à cette exposition, d’autres installations rendent hommage à la mémoire de ces enfants disparus :

"Au coeur du génocide - Les enfants dans la shoah 1933-1945"  Exposition temporaire - Mémorial de la Shoah
Du 19 juin au 30 décembre  
Découvrir le site dédié : http://enfants-shoah.memorialdelashoah.org

  « Je pars demain… » Été 42 : les dernières lettres - CERCIL d'Orléans
Exposition du 16 mai au 30 septembre
En juin-juillet 1942, des milliers de Juifs étrangers sont déportés à partir des camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande où ils ont été internés pendant plus d’un an. Avant le départ, ils vont écrire une lettre à leurs proches « nous partons pour une destination inconnue ». Écrites le dernier jour dans le camp, parfois même dans le train, elles seront les « dernières lettres »…

Exposition "Sauver les enfants, 1938-1945"- Archives nationales
Du 2 octobre au 27 novembre

« Nous qui sommes encore vivants » – Résister dans les camps nazis.
Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne
Jusqu’au 31 août


À lire aussi :

Roms : Yves Leresche combat les préjugés

Les séductions du Palais: "Toute nourriture est bonne à penser"

Jack Kerouac : "Sur la route" exposé dans le rouleau original

Quand la presse se raconte à la BNF

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.