Le premier homme (Gianni Amelio, France) Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola. Par Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Gianni Amelio avait réalisé « Droit au cœur » avec Jean-Louis Trintignant en 1982 pour lequel il avait été récompensé à la Mostra de Venise. Son « Portes ouvertes » (1990) avait été nominé pour l’Oscar du meilleur film étranger alors que « Les Enfants volés » (1992) avaient été très remarqués à Cannes. « Mon frère » avait obtenu le Lion d’or à la Mostra en 1998.

Le Premier Homme

Jean Cormery est né en 1914 en Algérie, il y a grandi et l’a quittée pour aller étudier en France, où il a trouvé le succès et l’argent. Dans les années cinquante, alors que la province coloniale française vit de graves heures de changements et de violence, Jean retourne sur les traces de son passé, retrouve sa mère et la terre de son enfance. Devenu écrivain, il vient en ami dans sa patrie pour plaider en faveur d’une cohabitation harmonieuse entre les hommes originaires de la même terre. La question algérienne est loin de pouvoir se résoudre de manière pacifique.

Le film est un chassé-croisé de flashbacks. Jean adulte (Gamblin) nous conduit sur les premiers pas de Jean enfant (Jouglet). Le garçonnet dont le père est  mort pendant la Première Guerre mondiale, est élevé dans la misère et par la sévérité d’une grand-mère tortionnaire et la douceur d’une mère trop jeune veuve (Sansa). Grâce au Professeur Bernard (Podalydès), Jean aura accès à une éducation et sa vie s’en trouvera transformée, ou plutôt simplement développée, puisque pour le bon professeur, « chaque enfant possède en lui les germes de l'homme qu’il va devenir ».
Gianni Amelio signe ici un film magique qui traite d’un sujet encore douloureux en France, les conséquences humaines de la colonisation de l’Algérie, son meilleur film depuis « Les Enfants volés ». Son style est sec et élégant, comme à son habitude, et vise une esthétique épurée malgré l’architecture compliquée de la narration. Le jeu des acteurs est gracieux et lisse. Jacques Gamblin fait autant montre de charisme que de douceur et interprète un parfait Jean Colméry, complexe et déchiré, comme son pays. On relèvera également le jeu du jeune Nino Jouglet, impeccable et émouvant.

Le premier homme (Gianni Amelio, France)
Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola.
D’après le roman inachevé d’Albert Camus. Sortie en France prochainement.

 

À lire aussi :



Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Publication : mardi 27 septembre 2016 11:22

Par Nicolas Vidal - Loïs Le Van se postionne déjà comme une révélation sur la scène du Jazz.  Lauréat du concours de Jazz Vocal Voicingers,  le jeune chanteur a une vision très précise  de ce que doit être l’émotion du jazz et son rapport intime à la sincérité. Rencontre passionnante avec Loïs Le Van pour son nouvel album.

Val d’Oise : un nouveau cap pour le festival Jazz

Val d’Oise : un nouveau cap pour le festival Jazz

Publication : mardi 27 septembre 2016 10:13

Par Deborah Valentin - Du 19 octobre au 11 décembre 2016, la 21e édition du festival Jazz au fil de l’Oise  laissera la place à des saxophonistes, des chanteurs et des pianistes. Cette nouvelle saison 2016 se déroulera dans les différentes communes du Val d’Oise pour mettre le jazz à l’honneur pendant six semaines.

Saudade : le nouvel album touchant de Fortu

Saudade : le nouvel album touchant de Fortu

Publication : lundi 26 septembre 2016 09:47

Par Romain Rougé - Dans son nouvel album illustré, Fortu propose des clichés d’instants et de saynètes de vie. Saudade est un recueil d’histoires courtes, profondes et touchantes qui ne laissent pas indifférent.

La déconfiture : la Seconde Guerre mondiale vu par Pascal Rabaté

La déconfiture : la Seconde Guerre mondiale vu par Pascal Rabaté

Publication : lundi 26 septembre 2016 09:35

Par Boris Henry - Après Ibicus, Pascal Rabaté lance un nouveau récit au long cours avec cette fois la Seconde Guerre mondiale comme thème. Un premier tome magnifique.

Malia : les racines de Malawi Blues

Malia : les racines de Malawi Blues

Publication : vendredi 23 septembre 2016 13:55

Par Nicolas Vidal - Malia est assurément l’une des plus belles voix et l’une des figures les plus accomplies du Jazz vocal.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR