Le premier homme (Gianni Amelio, France) Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola. Par Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Gianni Amelio avait réalisé « Droit au cœur » avec Jean-Louis Trintignant en 1982 pour lequel il avait été récompensé à la Mostra de Venise. Son « Portes ouvertes » (1990) avait été nominé pour l’Oscar du meilleur film étranger alors que « Les Enfants volés » (1992) avaient été très remarqués à Cannes. « Mon frère » avait obtenu le Lion d’or à la Mostra en 1998.

Le Premier Homme

Jean Cormery est né en 1914 en Algérie, il y a grandi et l’a quittée pour aller étudier en France, où il a trouvé le succès et l’argent. Dans les années cinquante, alors que la province coloniale française vit de graves heures de changements et de violence, Jean retourne sur les traces de son passé, retrouve sa mère et la terre de son enfance. Devenu écrivain, il vient en ami dans sa patrie pour plaider en faveur d’une cohabitation harmonieuse entre les hommes originaires de la même terre. La question algérienne est loin de pouvoir se résoudre de manière pacifique.

Le film est un chassé-croisé de flashbacks. Jean adulte (Gamblin) nous conduit sur les premiers pas de Jean enfant (Jouglet). Le garçonnet dont le père est  mort pendant la Première Guerre mondiale, est élevé dans la misère et par la sévérité d’une grand-mère tortionnaire et la douceur d’une mère trop jeune veuve (Sansa). Grâce au Professeur Bernard (Podalydès), Jean aura accès à une éducation et sa vie s’en trouvera transformée, ou plutôt simplement développée, puisque pour le bon professeur, « chaque enfant possède en lui les germes de l'homme qu’il va devenir ».
Gianni Amelio signe ici un film magique qui traite d’un sujet encore douloureux en France, les conséquences humaines de la colonisation de l’Algérie, son meilleur film depuis « Les Enfants volés ». Son style est sec et élégant, comme à son habitude, et vise une esthétique épurée malgré l’architecture compliquée de la narration. Le jeu des acteurs est gracieux et lisse. Jacques Gamblin fait autant montre de charisme que de douceur et interprète un parfait Jean Colméry, complexe et déchiré, comme son pays. On relèvera également le jeu du jeune Nino Jouglet, impeccable et émouvant.

Le premier homme (Gianni Amelio, France)
Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola.
D’après le roman inachevé d’Albert Camus. Sortie en France prochainement.

 

À lire aussi :



Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

Abonnement BSC NEWS

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Lou Tavano : la révélation française du jazz vocal
Lou Tavano : la révélation française du jazz vocal
Publication : mardi 31 mai 2016 09:41

Par Nicolas Vidal - Lou Tavano n’arrête plus d’occuper la nouvelle scène jazz avec une candeur certaine et une grâce vocale à part. Elle vient de sortir son premier album For you chez le prestigieux label Act Music. Rencontre avec la révélation française du jazz vocal.

Festival Molière - La ville de Pézénas dans tous ses états
Festival Molière - La ville de Pézénas dans tous ses états
Publication : mardi 31 mai 2016 09:26

Par Jonathan Rodriguez - La ville de Pézénas organise pour la huitième fois le Festival Molière du 8 au 12 juin 2016, avec une programmation haute en couleurs. Comme chaque année, les pièces de théâtre d’auteurs classiques et contemporains, des concerts ainsi que des lectures et autres conférences viendront agrémenter ces quatre jours de festivités dans la ville de Molière. Des succès nationaux comme « J’irai twitter sur vos tombes » à « Sur les pas de Molière », hommage aux comédiens de la ville, feront l’évènement au théâtre de Pézénas.

fatsO : la mixture musicale blues, jazz et folk de On Tape
fatsO : la mixture musicale blues, jazz et folk de On Tape
Publication : lundi 30 mai 2016 11:02

Par Nicolas Vidal - Emmenés par Daniel Restrepo, auteur, compositeur et contrebassiste du groupe originaire de Bogota, les fatsO proposent une mixture musicale entre blues, jazz et folk avec une pointe de folie dans le rythme. On Tape pétarade au son de la voix de Daniel Restrepo qui confère à cette formation sud américaine quelque chose de fondamentalement enthousiasmant. À découvrir !

Térez Montcalm : le grand répertoire français revisité avec Quand on s'aime
Térez Montcalm : le grand répertoire français revisité avec Quand on s'aime
Publication : lundi 30 mai 2016 10:39

Par Nicolas Vidal - Térez Montcalm sort un album en français pour lequel elle a laissé libre cours à son envie de chanter dans la langue de Molière. Quand on s’aime reprend 13 titres du grand répertoire hexagonal interprété avec la voix fêlée si singulière de l’artiste québécoise. On y trouve pêle-mêle Quand on s’aime bien entendu, mais aussi Black Trombone de Serge Gainsbourg, La belle vie de Sacha Distel et d’autres titres de premier plan. À se procurer pour Térez Montcalm et votre familiarité au répertoire français.

Laura David : l'heure de la maturité avec Secret Facet
Laura David : l'heure de la maturité avec Secret Facet
Publication : lundi 30 mai 2016 10:20

Par Nicolas Vidal - Après Hear My voice, Laura David revient avec ce nouveau projet Secret Facet dans lequel elle a gagné en maturité et en profondeur musicale.  Alors que la concurrence devient de plus en plus rude sur la scène française du Jazz vocal, Laura David continue de faire son bout de chemin avec ce nouveau projet. Nous continuerons à la suivre.