Le premier homme (Gianni Amelio, France) Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola. Par Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Gianni Amelio avait réalisé « Droit au cœur » avec Jean-Louis Trintignant en 1982 pour lequel il avait été récompensé à la Mostra de Venise. Son « Portes ouvertes » (1990) avait été nominé pour l’Oscar du meilleur film étranger alors que « Les Enfants volés » (1992) avaient été très remarqués à Cannes. « Mon frère » avait obtenu le Lion d’or à la Mostra en 1998.

Le Premier Homme

Jean Cormery est né en 1914 en Algérie, il y a grandi et l’a quittée pour aller étudier en France, où il a trouvé le succès et l’argent. Dans les années cinquante, alors que la province coloniale française vit de graves heures de changements et de violence, Jean retourne sur les traces de son passé, retrouve sa mère et la terre de son enfance. Devenu écrivain, il vient en ami dans sa patrie pour plaider en faveur d’une cohabitation harmonieuse entre les hommes originaires de la même terre. La question algérienne est loin de pouvoir se résoudre de manière pacifique.

Le film est un chassé-croisé de flashbacks. Jean adulte (Gamblin) nous conduit sur les premiers pas de Jean enfant (Jouglet). Le garçonnet dont le père est  mort pendant la Première Guerre mondiale, est élevé dans la misère et par la sévérité d’une grand-mère tortionnaire et la douceur d’une mère trop jeune veuve (Sansa). Grâce au Professeur Bernard (Podalydès), Jean aura accès à une éducation et sa vie s’en trouvera transformée, ou plutôt simplement développée, puisque pour le bon professeur, « chaque enfant possède en lui les germes de l'homme qu’il va devenir ».
Gianni Amelio signe ici un film magique qui traite d’un sujet encore douloureux en France, les conséquences humaines de la colonisation de l’Algérie, son meilleur film depuis « Les Enfants volés ». Son style est sec et élégant, comme à son habitude, et vise une esthétique épurée malgré l’architecture compliquée de la narration. Le jeu des acteurs est gracieux et lisse. Jacques Gamblin fait autant montre de charisme que de douceur et interprète un parfait Jean Colméry, complexe et déchiré, comme son pays. On relèvera également le jeu du jeune Nino Jouglet, impeccable et émouvant.

Le premier homme (Gianni Amelio, France)
Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola.
D’après le roman inachevé d’Albert Camus. Sortie en France prochainement.

 

À lire aussi :



{fcomment}

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...