Le premier homme (Gianni Amelio, France) Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola. Par Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Gianni Amelio avait réalisé « Droit au cœur » avec Jean-Louis Trintignant en 1982 pour lequel il avait été récompensé à la Mostra de Venise. Son « Portes ouvertes » (1990) avait été nominé pour l’Oscar du meilleur film étranger alors que « Les Enfants volés » (1992) avaient été très remarqués à Cannes. « Mon frère » avait obtenu le Lion d’or à la Mostra en 1998.

Le Premier Homme

Jean Cormery est né en 1914 en Algérie, il y a grandi et l’a quittée pour aller étudier en France, où il a trouvé le succès et l’argent. Dans les années cinquante, alors que la province coloniale française vit de graves heures de changements et de violence, Jean retourne sur les traces de son passé, retrouve sa mère et la terre de son enfance. Devenu écrivain, il vient en ami dans sa patrie pour plaider en faveur d’une cohabitation harmonieuse entre les hommes originaires de la même terre. La question algérienne est loin de pouvoir se résoudre de manière pacifique.

Le film est un chassé-croisé de flashbacks. Jean adulte (Gamblin) nous conduit sur les premiers pas de Jean enfant (Jouglet). Le garçonnet dont le père est  mort pendant la Première Guerre mondiale, est élevé dans la misère et par la sévérité d’une grand-mère tortionnaire et la douceur d’une mère trop jeune veuve (Sansa). Grâce au Professeur Bernard (Podalydès), Jean aura accès à une éducation et sa vie s’en trouvera transformée, ou plutôt simplement développée, puisque pour le bon professeur, « chaque enfant possède en lui les germes de l'homme qu’il va devenir ».
Gianni Amelio signe ici un film magique qui traite d’un sujet encore douloureux en France, les conséquences humaines de la colonisation de l’Algérie, son meilleur film depuis « Les Enfants volés ». Son style est sec et élégant, comme à son habitude, et vise une esthétique épurée malgré l’architecture compliquée de la narration. Le jeu des acteurs est gracieux et lisse. Jacques Gamblin fait autant montre de charisme que de douceur et interprète un parfait Jean Colméry, complexe et déchiré, comme son pays. On relèvera également le jeu du jeune Nino Jouglet, impeccable et émouvant.

Le premier homme (Gianni Amelio, France)
Avec Jacques Gamblin, Nino Jouglet, Denys Podalydès, Maya Sansa et Catherine Sola.
D’après le roman inachevé d’Albert Camus. Sortie en France prochainement.

 

À lire aussi :



{fcomment}

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Publication : mercredi 4 mai 2016 13:44

Par Boris Henry - Holly Ann rencontre Diane, une Indienne à la recherche de son père qui, la nuit précédente, n'est pas rentré chez lui. L'étrange et belle détective accompagne la jeune femme dans la maison close où elle compte retrouver son géniteur. Là, Diane a la mauvaise surprise d'y rencontrer une prostituée portant le collier dont son père ne se sépare jamais. Dans le même temps, La Nouvelle-Orléans est le théâtre de pluies incessantes qui intriguent ses habitants.

Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Publication : mercredi 4 mai 2016 10:38

Par Boris Henry - Rubeus et Nina vivent dans l'une des favelas de Rio de Janeiro. Leur mère, amoureuse d'un policier, est victime de la violence de celui-ci. Les deux enfants fuient et sont livrés à eux-mêmes. Rapidement, ils rencontrent des gamins des rues qui les accueillent, non sans réticence, au sein de leur groupe. Des habitants, voyant d'un mauvais œil ces enfants qui vivent de larcins, paient des policiers afin de les éliminer.

Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:42

Par Léopoldine Deriot - Le Très court festival est déjà adolescent! La 17ème édition du festival propose 150 films cette année. L’évènement ultra-connecté est organisé simultanément sur 5 continents, dans 30 pays, soit 80 villes, du 3 au 12 juin 2016. Après le court métrage, voici le format « très court »: 3 minutes d’images. Un laps de temps très restreint qui donne paradoxalement aux réalisateurs plus de liberté. Il faut aller droit à l’essentiel. La créativité et les expérimentations les plus spectaculaires sont permises grâce à un budget rendu alors plus accessible.

Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:31

Par Romain Rougé - La douzième édition du Marathon des mots se tiendra du 23 au 26 juin 2016 à Toulouse. Organisée en partenariat avec Toulouse Métropole, le Centre national du Livre et la Fondation La Poste, l’événement aura pour thème l’Afrique, représentée par des écrivains africains francophones, anglophones et lusophones.

Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Publication : mardi 3 mai 2016 15:59

Par Jonathan Rodriguez – Saisissant. Leila Slimani nous plonge dans le quotidien d’une sex-addict enfermé dans une dépendance insoutenable et puissante. Un récit captivant qui émeut autant qu’il accroche.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile