Olivier Steiner " Bohème"Par Laurence Biava - BSCNEWS.FR / Comment demeurer  insensible à la puissance et à la densité de ce premier texte absolutiste et réaliste ? L’écriture, alternant entre prose et modernité, est éclatante de lyrisme. La variation des styles narratifs et les effractions de l’amour qui y sont dépeints lui confèrent une grâce incontestable.


 « Bohème » est une synthèse de l'amour au temps de la poésie courtoise, du genre
épistolaire, du paradigme romantique passionné du XIXème siècle. Ce tout forme une autofiction incroyablement forte qui raconte avec lucidité une histoire contemporaine bouleversante. Ainsi, pour son premier roman, Olivier Steiner a  fait très fort. Ce livre est une véritable prouesse littéraire. Une performance. Réussir à nous faire palpiter sur cette histoire d’amour avec des textos et des mails sans qu’on décroche. Et que dire de ses si beaux moments d’écriture.. Olivier Steiner a raconté ce duo improbable qui, à travers ses échanges épistolaires, convie le lecteur à marcher sur le fil. Bohème est un feu d’artifice, au bouquet final   éclatant…. Personnellement, ce livre fut une révélation. Un choc. « il n'y a pas d'idées, pas de thème, de sujet, d'objet, d'espace privé, que ça n'existe pas. Qu’il n'y a que des personnes et des choses, des faits, des grands et des petits, il y a vous, il y a moi, de la vie qui passe au travers, nos actes, qui irriguent tout, discrètement, des regards, des gestes, des intentions à travers le tamis des petits riens si petits qu'on ne peut rien en dire». « Je vis au fond de lui comme une épave heureuse", écrit le poète René Char. On se demande jusqu’où peut mener cette déambulation malheureuse, ce désir puissant d’absence, de vide, cette quête passionnée et passive à la fois.  En effet, peut-être bien que tout cela mène à la littérature. Ce roman est incandescent, j’ai eu sans égal le sentiment de voyager au coeur d’une galaxie avec des mots plus miroitants les uns que les autres. Jamais il n’a manqué de souffle, jamais il ne fut en perte de vitesse. Mais toujours alerte. Steiner est parvenu à tomber juste du premier coup, à trouver l’écriture du sentiment amoureux, à le découvrir comme une terre inexplorée. Le livre raconte deux êtres qui ne se ressemblent nullement.  Non seulement parce qu’ils n’ont pas le même âge, le même penchant sexuel, la même situation sociale, mais encore parce qu’ils n’ont pas le même langage, le même usage des mots, le même rapport au vide. Peut-être sont-ils simplement chacun "la part manquante" de l’autre, celle qui souffre en silence. J’ai aimé la dimension que prend leur vie, et ce qui les arrache à eux-mêmes. A fleur de peau. Au fil de leur relation épistolaire, c’est le sentiment d’amour excessif qui naît, qui se déploie de façon évidente. On y croit, on le vit même avec eux. On brûle avec eux. Ce livre m’a subjugué pendant trois jours, il m’a malmené, et rassuré aussi. J’ai eu l’impression de ne plus être seule, de ne plus être décalée, de ne plus être une extra-terrestre. Je me suis dit qu’il y avait d’autres gens qui vivaient dans l’extrême, à ressentir tout à l’extrême, qui absorbaient tout, qui étaient là en éveil, sur le fil, à palpiter tout le temps, qui éprouvaient en alternance de la tristesse comme de la joie, de la déception comme du plaisir à une vitesse incroyable. On a forcément envie de rencontrer Jérôme, de côtoyer cette personne si vivante, de lui dire « votre brûlure, les contusions de votre âme, sont ce que je vis au quotidien ». Ce livre est d’une puissance rare, l’écriture est magnétique et envoûtante, surtout quand Steiner écrit crescendo le désir, embrasé par la musique de Wagner qui porte la douleur de deux êtres connaissant trop les chemins balisés de la cristallisation pour la risquer à l’épreuve du sexe, et préfèrent «se shooter au lyrisme». En tant qu'écrivains, il me semble, que nous aspirons naturellement à l'invisibilité, à la dissolution, à l'oubli de soi, au lâcher prise, je cherche à me noyer dans le tout, dans la "respiration universelle" comme disait Wagner. Et cette voix que l’on entend dans le livre, qui nous chuchote à l’oreille que l’on ne nous cache rien, que l’on se livre complètement à nous, sans barrières, sans limites. La possibilité de ne pas sombrer, il l’a trouvée en inventant ces garde-fous – la littérature, l’amour – Sur les réseaux sociaux, Olivier Steiner a écrit qu’il n’était pas Hervé Guibert. Il n’empêche que j’y ai retrouvé la même chair, le même corps à corps, le même corps à cœur, le même surplus d’âme, à cause du coté transfiguré, habité, de ce qui sort de soi, qui est bien au-delà de l’écriture.  On se souviendra de cette émission que l’auteur avait produite en 2009 pour France Culture, sorte de documentaire littéraire construit dans le prisme du Ravissement de Lol V. Stein, roman magique et déroutant de Marguerite Duras, roman où tous les niveaux d’interprétation se superposent. Olivier Steiner est un durassien invétéré et sa démarche créative, voire identitaire est – comment dire ! – portée par cette influence. Ce roman filme les visages comme les paysages. Steiner a filmé la peau, touché du regard, jusqu'à l'abstraction.. Car certains mots font matière. Tout semble inventif, libre, poétique, actif et méditatif tout à la fois. Lorsqu’on interrogeait Duras à propos du dérangeant Ravissement, elle répondait : «Ce que je reproche aux livres en général, c’est qu’ils ne sont pas libres. Ce sont des livres charmants, sans prolongement, sans nuit, sans silence. Autrement dit, sans véritable auteur. Des livres de jour, de passe-temps, de voyage. Mais pas des livres qui s’inscrivent dans la pensée et qui disent le deuil noir de toute une vie, le lieu commun de toute pensée. »  Duras aurait assurément trouvé que «Bohème» est un livre libre.


Olivier Steiner " Bohème" - Editions Gallimard

 

> Achetez en ligne cet ouvrage chez notre partenaire FNAC.COM


À lire aussi :

Catherine Briat : un dernier rendez-vous sensible

Édouard Moradpour : un premier roman autobiographique

Paraphilia de Saffina Desforges : le roman de la machination

Bernhard Schlink : un romancier qui séduit et émeut

Sobibor : le témoignage de l'horreur

{fcomment}

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...