Olivier Steiner " Bohème"Par Laurence Biava - BSCNEWS.FR / Comment demeurer  insensible à la puissance et à la densité de ce premier texte absolutiste et réaliste ? L’écriture, alternant entre prose et modernité, est éclatante de lyrisme. La variation des styles narratifs et les effractions de l’amour qui y sont dépeints lui confèrent une grâce incontestable.


 « Bohème » est une synthèse de l'amour au temps de la poésie courtoise, du genre
épistolaire, du paradigme romantique passionné du XIXème siècle. Ce tout forme une autofiction incroyablement forte qui raconte avec lucidité une histoire contemporaine bouleversante. Ainsi, pour son premier roman, Olivier Steiner a  fait très fort. Ce livre est une véritable prouesse littéraire. Une performance. Réussir à nous faire palpiter sur cette histoire d’amour avec des textos et des mails sans qu’on décroche. Et que dire de ses si beaux moments d’écriture.. Olivier Steiner a raconté ce duo improbable qui, à travers ses échanges épistolaires, convie le lecteur à marcher sur le fil. Bohème est un feu d’artifice, au bouquet final   éclatant…. Personnellement, ce livre fut une révélation. Un choc. « il n'y a pas d'idées, pas de thème, de sujet, d'objet, d'espace privé, que ça n'existe pas. Qu’il n'y a que des personnes et des choses, des faits, des grands et des petits, il y a vous, il y a moi, de la vie qui passe au travers, nos actes, qui irriguent tout, discrètement, des regards, des gestes, des intentions à travers le tamis des petits riens si petits qu'on ne peut rien en dire». « Je vis au fond de lui comme une épave heureuse", écrit le poète René Char. On se demande jusqu’où peut mener cette déambulation malheureuse, ce désir puissant d’absence, de vide, cette quête passionnée et passive à la fois.  En effet, peut-être bien que tout cela mène à la littérature. Ce roman est incandescent, j’ai eu sans égal le sentiment de voyager au coeur d’une galaxie avec des mots plus miroitants les uns que les autres. Jamais il n’a manqué de souffle, jamais il ne fut en perte de vitesse. Mais toujours alerte. Steiner est parvenu à tomber juste du premier coup, à trouver l’écriture du sentiment amoureux, à le découvrir comme une terre inexplorée. Le livre raconte deux êtres qui ne se ressemblent nullement.  Non seulement parce qu’ils n’ont pas le même âge, le même penchant sexuel, la même situation sociale, mais encore parce qu’ils n’ont pas le même langage, le même usage des mots, le même rapport au vide. Peut-être sont-ils simplement chacun "la part manquante" de l’autre, celle qui souffre en silence. J’ai aimé la dimension que prend leur vie, et ce qui les arrache à eux-mêmes. A fleur de peau. Au fil de leur relation épistolaire, c’est le sentiment d’amour excessif qui naît, qui se déploie de façon évidente. On y croit, on le vit même avec eux. On brûle avec eux. Ce livre m’a subjugué pendant trois jours, il m’a malmené, et rassuré aussi. J’ai eu l’impression de ne plus être seule, de ne plus être décalée, de ne plus être une extra-terrestre. Je me suis dit qu’il y avait d’autres gens qui vivaient dans l’extrême, à ressentir tout à l’extrême, qui absorbaient tout, qui étaient là en éveil, sur le fil, à palpiter tout le temps, qui éprouvaient en alternance de la tristesse comme de la joie, de la déception comme du plaisir à une vitesse incroyable. On a forcément envie de rencontrer Jérôme, de côtoyer cette personne si vivante, de lui dire « votre brûlure, les contusions de votre âme, sont ce que je vis au quotidien ». Ce livre est d’une puissance rare, l’écriture est magnétique et envoûtante, surtout quand Steiner écrit crescendo le désir, embrasé par la musique de Wagner qui porte la douleur de deux êtres connaissant trop les chemins balisés de la cristallisation pour la risquer à l’épreuve du sexe, et préfèrent «se shooter au lyrisme». En tant qu'écrivains, il me semble, que nous aspirons naturellement à l'invisibilité, à la dissolution, à l'oubli de soi, au lâcher prise, je cherche à me noyer dans le tout, dans la "respiration universelle" comme disait Wagner. Et cette voix que l’on entend dans le livre, qui nous chuchote à l’oreille que l’on ne nous cache rien, que l’on se livre complètement à nous, sans barrières, sans limites. La possibilité de ne pas sombrer, il l’a trouvée en inventant ces garde-fous – la littérature, l’amour – Sur les réseaux sociaux, Olivier Steiner a écrit qu’il n’était pas Hervé Guibert. Il n’empêche que j’y ai retrouvé la même chair, le même corps à corps, le même corps à cœur, le même surplus d’âme, à cause du coté transfiguré, habité, de ce qui sort de soi, qui est bien au-delà de l’écriture.  On se souviendra de cette émission que l’auteur avait produite en 2009 pour France Culture, sorte de documentaire littéraire construit dans le prisme du Ravissement de Lol V. Stein, roman magique et déroutant de Marguerite Duras, roman où tous les niveaux d’interprétation se superposent. Olivier Steiner est un durassien invétéré et sa démarche créative, voire identitaire est – comment dire ! – portée par cette influence. Ce roman filme les visages comme les paysages. Steiner a filmé la peau, touché du regard, jusqu'à l'abstraction.. Car certains mots font matière. Tout semble inventif, libre, poétique, actif et méditatif tout à la fois. Lorsqu’on interrogeait Duras à propos du dérangeant Ravissement, elle répondait : «Ce que je reproche aux livres en général, c’est qu’ils ne sont pas libres. Ce sont des livres charmants, sans prolongement, sans nuit, sans silence. Autrement dit, sans véritable auteur. Des livres de jour, de passe-temps, de voyage. Mais pas des livres qui s’inscrivent dans la pensée et qui disent le deuil noir de toute une vie, le lieu commun de toute pensée. »  Duras aurait assurément trouvé que «Bohème» est un livre libre.


Olivier Steiner " Bohème" - Editions Gallimard

 

> Achetez en ligne cet ouvrage chez notre partenaire FNAC.COM


À lire aussi :

Catherine Briat : un dernier rendez-vous sensible

Édouard Moradpour : un premier roman autobiographique

Paraphilia de Saffina Desforges : le roman de la machination

Bernhard Schlink : un romancier qui séduit et émeut

Sobibor : le témoignage de l'horreur

{fcomment}

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Publication : mercredi 4 mai 2016 13:44

Par Boris Henry - Holly Ann rencontre Diane, une Indienne à la recherche de son père qui, la nuit précédente, n'est pas rentré chez lui. L'étrange et belle détective accompagne la jeune femme dans la maison close où elle compte retrouver son géniteur. Là, Diane a la mauvaise surprise d'y rencontrer une prostituée portant le collier dont son père ne se sépare jamais. Dans le même temps, La Nouvelle-Orléans est le théâtre de pluies incessantes qui intriguent ses habitants.

Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Publication : mercredi 4 mai 2016 10:38

Par Boris Henry - Rubeus et Nina vivent dans l'une des favelas de Rio de Janeiro. Leur mère, amoureuse d'un policier, est victime de la violence de celui-ci. Les deux enfants fuient et sont livrés à eux-mêmes. Rapidement, ils rencontrent des gamins des rues qui les accueillent, non sans réticence, au sein de leur groupe. Des habitants, voyant d'un mauvais œil ces enfants qui vivent de larcins, paient des policiers afin de les éliminer.

Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:42

Par Léopoldine Deriot - Le Très court festival est déjà adolescent! La 17ème édition du festival propose 150 films cette année. L’évènement ultra-connecté est organisé simultanément sur 5 continents, dans 30 pays, soit 80 villes, du 3 au 12 juin 2016. Après le court métrage, voici le format « très court »: 3 minutes d’images. Un laps de temps très restreint qui donne paradoxalement aux réalisateurs plus de liberté. Il faut aller droit à l’essentiel. La créativité et les expérimentations les plus spectaculaires sont permises grâce à un budget rendu alors plus accessible.

Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:31

Par Romain Rougé - La douzième édition du Marathon des mots se tiendra du 23 au 26 juin 2016 à Toulouse. Organisée en partenariat avec Toulouse Métropole, le Centre national du Livre et la Fondation La Poste, l’événement aura pour thème l’Afrique, représentée par des écrivains africains francophones, anglophones et lusophones.

Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Publication : mardi 3 mai 2016 15:59

Par Jonathan Rodriguez – Saisissant. Leila Slimani nous plonge dans le quotidien d’une sex-addict enfermé dans une dépendance insoutenable et puissante. Un récit captivant qui émeut autant qu’il accroche.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile