La modernité troublante d’Oscar Wilde et d’Henry Miller - BSC NEWS MAGAZINE JUILLET/AOUT 2012Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / «À quoi servent les livres s’ils ne ramènent pas vers la vie, s’ils ne parviennent pas à nous y faire boire avec plus d’avidité ? » pensait Henry Miller, ce à quoi aurait pu répondre quelques années avant Oscar Wilde «Il est absurde d’avoir une règle rigoureuse sur ce qu’on doit lire ou pas. Plus de la moitié de la culture intellectuelle moderne dépend de ce que l’on ne devrait pas lire.»
Toute la quintessence du livre, élargie à celle de la culture, se matérialise dans ces deux voix littéraires majeures du 19e siècle. Olivier Larizza, que nous avons reçu récemment, évoquait un «enjeu de civilisation» entre le livre numérique et le livre papier. Pour ma part, je suis convaincu que cet enjeu de civilisation se joue plutôt dans l’affrontement entre la culture et l’empire du divertissement qui ne cesse de gagner du terrain, en tous lieux, en tout point et avec toujours plus d’ambition. Cela me rappelle le film «l’histoire sans fin», une oeuvre cinématographique majeure sur l’imagination et le livre de Wolfgang Petersen (1984) adapté du roman de Michael Ende. Un livre déconseillé par un vieux libraire à Bastien, un jeune garçon avide d’histoires, va le plonger au coeur d’une aventure périlleuse et extraordinaire, plongé dans un monde fantastique où il devra sauver Fantasia et ses habitants promis à une mort certaine sous l’effet d’un mal mystérieux, le néant. Ce n’est qu’aujourd’hui que je perçois toute la tragédie de ce film d’un monde qui disparaît. La culture est l’une des dernières passerelles vers l’imagination, le rêve et l’ouverture d’esprit face à la passivité coupable engendrée par le divertissement. Henry Miller et Oscar Wilde ont tous deux anticipé avec une grande modernité les défis majeurs auxquels nous devons faire face pour empêcher cela. Pour notre part, nous vous proposons de plonger dans l’univers de l’illustrateur italien Paolo Guido, de partir à la rencontre de Joseph Vebret à l’occasion de la sortie de son roman, de fouiller dans les coulisses du Festival du Film Indépendant de Los Angeles, de vous laisser magnétiser par Kicca & Intrigo ou de ne pas vous tromper de salle en Avignon à l’occasion du Festival Off et surtout de vous laisser porter par The Book Show où plusieurs artistes dessinent et évoquent leur livre préféré.
Ce double numéro du BSC NEWS MAGAZINE vous sera fidèle jusqu’au mois de septembre et tentera d’aiguiser votre curiosité pour ces deux longs mois d’été.

Lisez le BSC NEWS MAGAZINE de Juillet/août (N°49) en cliquant sur ce lien

À lire aussi :

Le livre deviendra t-il de la science-fiction ?

La Culture, c'est aussi au Printemps!

La culture ne doit pas devenir le parent pauvre de la politique

Refuser la mode molle d'un certain modernisme branché

Préférez aux grandes destinations littéraires des petites escales plus authentiques

 

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile