Par Mélina Hoffmann - BSCNEWS.FR / Emma est une jeune fille de 17 ans en proie à un mal qui la dévore silencieusement de l’intérieur. Un régime qui tourne mal, une perte de poids trop brutale, un corps devenu impossible à aimer, une perte de contrôle, et la maladie qui sournoisement s’installe. Entre crises de boulimie et vomissements, c’est au vide qu’aspire Emma. Un vide, une absence dont il lui devient nécessaire de se remplir. Vomir tout ce qui tente de pénétrer en elle, désirs et émotions ; se délivrer de ses craintes et de ses angoisses. Vomir pour se sentir libre et libérée.
Confrontée à l’indifférence de ses parents et à un petit ami indélicat, Emma n’a que Mamouchka à qui se confier, une grand-mère qu’elle admire, talentueuse musicienne, tellement précieuse à ses yeux. Aussi, quand Mamouchka tombe malade, la jeune fille se réfugie un peu plus profondément dans ses troubles alimentaires, s’effaçant de plus en plus derrière une maigreur terrifiante. « Ce corps, c'est moi qui l'ai façonné, qui l'ai épuré. Je l'ai corrigé, domestiqué, plié à ma volonté. Assujetti. Je tends vers l'absolu, je suis sans âge.»
Et puis, une nuit, alors qu’Emma veille sur sa grand-mère mourante, Mamouchka prononce quelques mots dans son sommeil. « Eva Hirschbaum », « Jacques », « Sobibor ». Trois mots qui n’évoquent rien pour Emma, mais qui semblent troubler son grand-père lorsqu’elle l’interroge sur leur sens possible. C’est dans un journal dissimulé dans les affaires de sa grand-mère qu’Emma trouvera les réponses à ces questions, quelques jours après le décès de celle-ci. Un journal qui la plongera dans un véritable cauchemar, au cœur d’un camp d’extermination nazi pendant la seconde Guerre Mondiale, et qui la confrontera à d'impensables et tragiques secrets de famille.
« Le cahier m'est tombé des mains. J'avais découvert un puzzle dont chaque élément me faisait horreur : un jeune bourgeois collaborateur, pétri de certitudes, un nazi criminel et arrogant. Ce camp, Sobibor. Il restait évidemment un espace vide, une pièce manquante que je redoutais de retrouver et qui avait le visage de Mamouchka. »
Jean Molla nous offre ici une histoire poignante à laquelle vient se mêler une parcelle d’Histoire, terrifiante. Il aborde avec singularité les thèmes difficiles de l'anorexie et des camps de concentration en s'intéressant particulièrement à la mémoire, à l'après, et au poids que peut constituer l'histoire familiale sur les générations suivantes lorsque certains secrets enfouis sous des couches de mensonges sont soudainement révélés.
C'est le silence qui domine tout au long du livre. Celui dans lequel Emma vit sa maladie, et celui qui recouvre l’effroyable témoignage contenu dans le journal trouvé par la jeune fille, celui d’un SS employé au camp d’extermination nazi de Sobibor, en Pologne, au moment de la seconde guerre mondiale. Un témoignage qui mettra Emma face à l'horreur et au mensonge, bouleversant à jamais le regard qu'elle portait sur ses grands-parents et la privant brutalement de ses repères.
Récit de faits historiques et fiction s'entremêlent ainsi pour nous livrer, au final, une véritable leçon de vie.
Une lecture riche et parfois éprouvante, que l'on a du mal à interrompre et qui nous hante longtemps. Une lecture nécessaire, assurément.

«  Peut-être vais-je essayer de vomir en mots ce que j'ai des mois durant vomi en silence. Nourritures à peine digérées me lacérant la gorge, me laissant épuisée, douloureuse. Nourritures avalées comme une forcenée, pour me faire taire, ou pour remplir ce vide immense au-dedans de moi. Vide trop grand pour mon corps de jeune femme. Vide qui me mangeait de l'intérieur, qui menaçait de m'engloutir. Vide qui creusait mes joues et mes côtes. Vide qui se nommait Sobibor, et que j'ignorais. Mais je vais trop vite. Je dois refaire le chemin inverse. Pour moi. Pour les autres. »

Jean Molla - Sobibor - Editions Folio

 

> Achetez le livre de Jean Mollat chez notre partenaire FNAC.com

 

À lire aussi :

Delphine de Vigan : Les variations de la passion amoureuse

Fanny Salmeron : un premier roman prometteur

Comment rendre allergique à la vie à deux

Les dents de ma mère ou la dévoration maternelle

 

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile