Jack Kerouac : Les clochards Célestes adaptés au ThéâtrePar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / La proposition des Clochards Célestes de Jack Kerouac au théâtre part d'un très bon sentiment. Mettre en scène, ne serait-ce qu'une photographie instantanée de l'oeuvre de l'écrivain américain, n'est pas une mince affaire. C'est même une entreprise terriblement ambitieuse et cela participe à une certaine audace. C'est le pari qu' a tenté de relever la compagnie RAOUL RITA avec l'interprétation de Thierry Lefever. La scénographie est épurée et se résume à un banc en bois, une casquette (puis un béret) et un sac. Le choix du texte est porté sur l'inclinaison de Jack Kerouac vers le bouddhisme et la nature, aux côtés de Gary Snyder, autre figure de la Beat Generation.
La rareté de ce choix théâtral déclenche l'excitation et la curiosité de s'asseoir face à l'essence même du Beat. Il faut bien reconnaître que Thierry Lefever se bat avec hargne pour "faire vrai" et ancrer sa pièce dans son époque. Mais au fur et à mesure que le texte s'écoule, la frénésie est totalement étouffée par une énergie désespérée de hisser le texte à ce qu'aurait pu être Kerouac en mouvement. Malheureusement, le comédien se raccroche à celle-ci comme à une bouée.
On définit très distinctement l'ambition de la pièce, mais l'on n'y voit jamais vraiment Jack Kerouac. Au mieux, on l'aperçoit au loin. On y distingue très clairement les prédispositions pour l'alcoolisme et le libertinage des poètes Beat, mais jamais la quintessence d'une génération littéraire, fondatrice en plusieurs points d'une littérature américaine contemporaine.
Gary Snyder et les autres donnent l'impression d'être des malades mentaux en liberté alors qu'ils ont été des voix majeures de la Beat Generation qui ont, pour certains, modelé une vision sociale et poétique de l'Amérique.
En voulant être au plus près de Jack Kerouac, malgré une évidente bonne volonté et une obsession de réalisme, la pièce s'en éloigne. Une nouvelle fois, évoquer Kerouac est une entreprise ambitieuse qui demande bien plus que de l'énergie, mais une frénésie de tous les instants qui ne s'acquiert pas, mais qui s'apprivoise.

Les clochards Célestes
Théâtre les 3 Soleils
du 7 au 28 juillet
tarif : 17 €
tarif carte adhérent public : 12 €
Durée : 1h15
Compagnie R.A.O.U.L et R.I.T.A.
Interprète(s) : Thierry Lefever
Directrice artistique : Diane Meunier
Assistante : Carole Pichené

 

À lire aussi sur le Festival Off d'Avignon :

Roméo et Juliette : Le mythe des amoureux maudits n'a pas pris une ride

Occident : l'amour est-il encore possible en Enfer?

L'importance d'être Wilde : "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais"

Les travaux et les jours : une faillite théâtrale

Les Liaisons dangereuses : une mise en scène à laquelle il faut succomber!

 

{fcomment}

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

Mare Nostrum II : un album délicat et mélancolique
Mare Nostrum II : un album délicat et mélancolique
Publication : mercredi 4 mai 2016 16:58

Par Nicolas Vidal - Un album résultant de l’émulation musicale de musiciens de premier plan que sont le trompettiste sarde Paolo Fresu, l’accordéoniste Richard Galliano et le pianiste Jan Lundgren. Mare Nostrum II, qui paraît chez l’incontournable label Act Music est le prolongement de rencontres musicales qui datent de dix ans en arrière. Ce deuxième volume de Mare Nostrum ne cesse de confondre les instruments et les styles tout en délicatesse, mélancolie et plaisir ! Mare Nostrum IIPaolo Fresu, Richard Galliano, Jan Lundgren

Comédie du livre de Montpellier : les actions LR Livre et Lecture
Comédie du livre de Montpellier : les actions LR Livre et Lecture
Publication : jeudi 5 mai 2016 09:21

Par Romain Rougé - La Comédie du livre se tiendra les 27, 28 et 29 mai 2016 à Montpellier. A cette occasion et en partenariat avec le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, l’association Languedoc-Roussillon Livre et Lecture s’installera sur la célèbre place pour proposer des événements en lien avec l’actualité littéraire locale.

Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Publication : mercredi 4 mai 2016 13:44

Par Boris Henry - Holly Ann rencontre Diane, une Indienne à la recherche de son père qui, la nuit précédente, n'est pas rentré chez lui. L'étrange et belle détective accompagne la jeune femme dans la maison close où elle compte retrouver son géniteur. Là, Diane a la mauvaise surprise d'y rencontrer une prostituée portant le collier dont son père ne se sépare jamais. Dans le même temps, La Nouvelle-Orléans est le théâtre de pluies incessantes qui intriguent ses habitants.

Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Publication : mercredi 4 mai 2016 10:38

Par Boris Henry - Rubeus et Nina vivent dans l'une des favelas de Rio de Janeiro. Leur mère, amoureuse d'un policier, est victime de la violence de celui-ci. Les deux enfants fuient et sont livrés à eux-mêmes. Rapidement, ils rencontrent des gamins des rues qui les accueillent, non sans réticence, au sein de leur groupe. Des habitants, voyant d'un mauvais œil ces enfants qui vivent de larcins, paient des policiers afin de les éliminer.

Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:42

Par Léopoldine Deriot - Le Très court festival est déjà adolescent! La 17ème édition du festival propose 150 films cette année. L’évènement ultra-connecté est organisé simultanément sur 5 continents, dans 30 pays, soit 80 villes, du 3 au 12 juin 2016. Après le court métrage, voici le format « très court »: 3 minutes d’images. Un laps de temps très restreint qui donne paradoxalement aux réalisateurs plus de liberté. Il faut aller droit à l’essentiel. La créativité et les expérimentations les plus spectaculaires sont permises grâce à un budget rendu alors plus accessible.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile