Jack Kerouac : Les clochards Célestes adaptés au ThéâtrePar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / La proposition des Clochards Célestes de Jack Kerouac au théâtre part d'un très bon sentiment. Mettre en scène, ne serait-ce qu'une photographie instantanée de l'oeuvre de l'écrivain américain, n'est pas une mince affaire. C'est même une entreprise terriblement ambitieuse et cela participe à une certaine audace. C'est le pari qu' a tenté de relever la compagnie RAOUL RITA avec l'interprétation de Thierry Lefever. La scénographie est épurée et se résume à un banc en bois, une casquette (puis un béret) et un sac. Le choix du texte est porté sur l'inclinaison de Jack Kerouac vers le bouddhisme et la nature, aux côtés de Gary Snyder, autre figure de la Beat Generation.
La rareté de ce choix théâtral déclenche l'excitation et la curiosité de s'asseoir face à l'essence même du Beat. Il faut bien reconnaître que Thierry Lefever se bat avec hargne pour "faire vrai" et ancrer sa pièce dans son époque. Mais au fur et à mesure que le texte s'écoule, la frénésie est totalement étouffée par une énergie désespérée de hisser le texte à ce qu'aurait pu être Kerouac en mouvement. Malheureusement, le comédien se raccroche à celle-ci comme à une bouée.
On définit très distinctement l'ambition de la pièce, mais l'on n'y voit jamais vraiment Jack Kerouac. Au mieux, on l'aperçoit au loin. On y distingue très clairement les prédispositions pour l'alcoolisme et le libertinage des poètes Beat, mais jamais la quintessence d'une génération littéraire, fondatrice en plusieurs points d'une littérature américaine contemporaine.
Gary Snyder et les autres donnent l'impression d'être des malades mentaux en liberté alors qu'ils ont été des voix majeures de la Beat Generation qui ont, pour certains, modelé une vision sociale et poétique de l'Amérique.
En voulant être au plus près de Jack Kerouac, malgré une évidente bonne volonté et une obsession de réalisme, la pièce s'en éloigne. Une nouvelle fois, évoquer Kerouac est une entreprise ambitieuse qui demande bien plus que de l'énergie, mais une frénésie de tous les instants qui ne s'acquiert pas, mais qui s'apprivoise.

Les clochards Célestes
Théâtre les 3 Soleils
du 7 au 28 juillet
tarif : 17 €
tarif carte adhérent public : 12 €
Durée : 1h15
Compagnie R.A.O.U.L et R.I.T.A.
Interprète(s) : Thierry Lefever
Directrice artistique : Diane Meunier
Assistante : Carole Pichené

 

À lire aussi sur le Festival Off d'Avignon :

Roméo et Juliette : Le mythe des amoureux maudits n'a pas pris une ride

Occident : l'amour est-il encore possible en Enfer?

L'importance d'être Wilde : "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais"

Les travaux et les jours : une faillite théâtrale

Les Liaisons dangereuses : une mise en scène à laquelle il faut succomber!

 

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Evènement

Festival Jazz à Junas - 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Brazil Festival :  la musique brésilienne à l'honneur

Brazil Festival : la musique brésilienne à l'honneur

Publication : samedi 30 juillet 2016 10:20

Par la rédaction - Du 4 au 6 août 2016, la cité balnéaire de la Grande-Motte dans l'Hérault va résonner aux rythmes brésiliens à l'occasion des Jeux Olympiques de Rio.

Roman : pas d'été sans Antoine Blondin

Roman : pas d'été sans Antoine Blondin

Publication : samedi 30 juillet 2016 07:01

Par Marc Emile Baronheid - Ce roman paru en 1970 a valu au facétieux Fallet le prix de l’Humour venu étoffer un palmarès riche déjà de l’Interallié 1964 pour Paris au mois d’août. Des  hommages incontestables à une écriture conjuguant  cabrioles goguenardes et  fluidité des arabesques.

Dino Saluzzi :  Imagenes, dix pièces belles de musique

Dino Saluzzi : Imagenes, dix pièces belles de musique

Publication : jeudi 28 juillet 2016 06:59

Par Nicolas Vidal - Le BSC NEWS a une certaine inclinaison à aimer le travail de l’argentin Dino Saluzzi ( lire la chronique de El Valle de la Infancia ici)

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Publication : vendredi 29 juillet 2016 08:34

Par Nicolas Vidal  - « Ce spectacle se déroule comme une suite de tableaux musicaux vivants»  tel que le définissait Esperanza Spalding pour la sortie de ce nouvel album « Emily’s D+ Evolution» et pour les concerts prévus à cette occasion.

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Publication : mercredi 27 juillet 2016 07:43

Par Romain Rougé - Samia Yusuf Omar était Somalienne. En 2008, elle participe aux Jeux olympiques de Pékin. Son retour au pays sonnera le glas de ses ambitions.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer