Roméo et juliettePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Ah! Roméo et Juliette! Le mythe éternel des enfants maudits! A-t-il toujours autant de prise sur nos coeurs? C'est ce qu'a voulu tester Luca Franceschi avec sa compagnie du Teatro dell'improvviso. Choisissant un plateau sans décor si ce n'est quelques tabourets de hauteurs diverses et un rideau de scène de velours pour permettre aux comédiens de se changer, il nous donne à voir sans fioriture une pièce et ses coulisses, c'est à dire que les comédiens ne quittent jamais le plateau, même lorsque la réplique concerne les autres et ils  s'improvisent tour à tour régisseurs de lumière et de son, spectateurs, murs porteurs…et la magie, le croirez-vous,  s'installe pourtant naturellement. Shakespeare n'y est pas pour rien, assurément, et sa langue profondément humaine et poétique est déjà à elle seule une vedette à écouter. Les sept comédiens qui portent à bout de bras cette tragi-comédie ne manquent pas de talent non plus ! Eglantine Jouve et Nicolas Violin incarnent avec justesse des amoureux frais et frissonnant dans l'aube ( les transports coupent parfois cependant le sifflet du moineau Montaigu et même si l'on est sous le charme du jeune homme,il ne faut pas perdre d'oreille que ses mots caressent autant que ses yeux....),  on apprécie les pitreries du tordant Angelo Crotti qui endosse le costume de nourrice mais aussi celui du Comte Paris avec beaucoup de poigne et d'espièglerie, Nathalie Robert et Jean-Serge Dunet s'avèrent un duo de moines fort amusant qui ajoute - par leur bonhommie et leur complicité -  à la dimension protectrice du lieu saint où se réfugient les amants interdits. La troupe dell'improvviso nous fait assister à des joutes d'escrime et notre coeur s'emballe, à une fête colorée qui bat son plein chez les Capulet et dans laquelle, derrière les masques, les ennemis trinquent de bon coeur et les langues se délient…

Si quelques maladresses de diction demeurent encore dans ce spectacle naissant, on n'y perçoit aucune note de mauvais goût et l'on pressent que cette pièce a tous les ingrédients ( du choix de sa musique et de ses chants en passant par les jeux de lumière d'une simplicité émouvante et de la distribution jusqu'aux costumes ) pour s'affirmer en  belle aventure théâtrale. La scène du balcon est ainsi tout simplement ravissante, on vous la laisse découvrir avec plaisir!  L'ensemble, assurément, mérite d'être joué encore et encore pour s'affermir, éliminer les quelques longueurs qui traînent, gommer l'impatience et la fougue un rienJuliette trop zélée de certains élans et offrir un feu d'artifice d'émotions que les costumes superbes de Sûan Czepczynski ceignent d'une touche onirique fort appréciable! Foncez! L'Italie et Vérone percent dans les accents de certains, dans le romantisme des autres et la drôlerie garde un oeil bienveillant sur le tout!


Compagnia dell'improvviso
Interprète(s) : Eglantine Jouve, Nathalie Robert, Nicolas Violin, Angelo Crotti, Jean-Serge Dunet, Serge Ayala, Luca Franceschi
Adaptation et Mise en scène : Luca Franceschi
Costumes : Sûan Czepczynski
Administration : Angelique Zanotti
Musique : Trio Zéphyr 

Crédit-photo: Anne-Lise Ourmières

Dates des représentation:

- Du 7 au 28 juillet 2012 au Festival d'Avignon Off à 22h15 au Théâtre Golovine. Durée: 1h30

- Le 13 octobre 2012 au Grau du Roi - Espace Jean Pierre Cassel ( 30240)

En 2013:

- Le 19 avril 2013 au 7ème Festival de Tréteaux à Cergy-Pontoise (95)

- sam 1er juin 2013  20h30 Festival organisé par La Grange Théâtre à Lachaussée (55)

- Le 15 juin 2013 au Festival Molière dans tous ses éclats - Pézenas.

- Le 8 juillet 2013: Festival côté cour à Salon de Provence
- Festival Avignon OFF 2013 au Théâtre La Luna du 6 au 31 juillet -  à 21h05 salle 1

- le 3 août 2013 à St Jean d'Angely (17)

 - le 4 ou le 6  août 2013 au Festival de Gissac (12)
- les 30 et 31 août 2013 au Festival à Aniane (34)

A lire aussi:

Occident : l'amour est-il encore possible en Enfer?

L'importance d'être Wilde : "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais"

Les Liaisons dangereuses : une mise en scène à laquelle il faut succomber!

Commedia dell'arte : la compagnie dell'improvviso chez vous

Hôtel Palestine: entre mensonges d'Etat et états d'âme

L'Atrabilaire Amoureux à la sauce Cartoun Sardines

La mort et son asticot au Théâtre Jean Vilar

One day à la Bobitch: un clown qui mérite de faire du bruit!


{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/romeo.png}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

THÉÂTRE

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:12
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Publication : jeudi 21 janvier 2016 09:06
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Publication : mercredi 20 janvier 2016 09:56
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Publication : lundi 4 janvier 2016 07:48

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Publication : mardi 9 février 2016 08:14

Par Marc Emile Baronheid - Joris-Karl Huysmans  fréquente et raconte le jardin du Luxembourg, le parc Monceau, le boulevard Montparnasse, un gentil bal à Grenelle, de petits coins où les servantes plument des dindons.

Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Publication : lundi 8 février 2016 14:40

Par Marc Emile Baronheid - Tom Clancy est un poids lourd du roman d’espionnage, chantre inconditionnel de la toute puissance et de la détermination des USA à défendre la démocratie universelle, quitte à pratiquer un chauvinisme vitaminé.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Publication : vendredi 5 février 2016 08:55

Par Marc Emile Baronheid - Si Brel avait connu l’univers des romans de Peter Aspe, il y aurait peut-être puisé matière à une autre chanson sur les Flamands. C’est que, chevillées au Plat Pays comme elles le sont, les tribulations du commissaire Van In et de sa pulpeuse amoureuse Hannelore, plongent le lecteur dans une truculence reconnaissable entre toutes.

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44

Par Florence Yérémian - On ne se lasse jamais de regarder Monsieur Jourdain: siècle après siècle, ce drôle de bourgeois a si souvent été mis en scène qu’il semble faire partie de notre entourage. Poudré, enrubanné et burlesque à souhait, le voici aujourd’hui sur la scène du Théâtre Michel entouré, comme de coutume, de ses Maitres d’arme, de musique ou de philosophie.

CINEMA

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Publication : lundi 1 février 2016 08:27

Ce nouveau film consacré à Steve Jobs se focalise sur trois moments clef de sa vie : le lancement du Macintosh en 1984, celui du NeXTcube en 1988 (après son éviction de chez Apple) et la consécration de l’iMac en 98.