Roméo et juliettePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Ah! Roméo et Juliette! Le mythe éternel des enfants maudits! A-t-il toujours autant de prise sur nos coeurs? C'est ce qu'a voulu tester Luca Franceschi avec sa compagnie du Teatro dell'improvviso. Choisissant un plateau sans décor si ce n'est quelques tabourets de hauteurs diverses et un rideau de scène de velours pour permettre aux comédiens de se changer, il nous donne à voir sans fioriture une pièce et ses coulisses, c'est à dire que les comédiens ne quittent jamais le plateau, même lorsque la réplique concerne les autres et ils  s'improvisent tour à tour régisseurs de lumière et de son, spectateurs, murs porteurs…et la magie, le croirez-vous,  s'installe pourtant naturellement. Shakespeare n'y est pas pour rien, assurément, et sa langue profondément humaine et poétique est déjà à elle seule une vedette à écouter. Les sept comédiens qui portent à bout de bras cette tragi-comédie ne manquent pas de talent non plus ! Eglantine Jouve et Nicolas Violin incarnent avec justesse des amoureux frais et frissonnant dans l'aube ( les transports coupent parfois cependant le sifflet du moineau Montaigu et même si l'on est sous le charme du jeune homme,il ne faut pas perdre d'oreille que ses mots caressent autant que ses yeux....),  on apprécie les pitreries du tordant Angelo Crotti qui endosse le costume de nourrice mais aussi celui du Comte Paris avec beaucoup de poigne et d'espièglerie, Nathalie Robert et Jean-Serge Dunet s'avèrent un duo de moines fort amusant qui ajoute - par leur bonhommie et leur complicité -  à la dimension protectrice du lieu saint où se réfugient les amants interdits. La troupe dell'improvviso nous fait assister à des joutes d'escrime et notre coeur s'emballe, à une fête colorée qui bat son plein chez les Capulet et dans laquelle, derrière les masques, les ennemis trinquent de bon coeur et les langues se délient…

Si quelques maladresses de diction demeurent encore dans ce spectacle naissant, on n'y perçoit aucune note de mauvais goût et l'on pressent que cette pièce a tous les ingrédients ( du choix de sa musique et de ses chants en passant par les jeux de lumière d'une simplicité émouvante et de la distribution jusqu'aux costumes ) pour s'affirmer en  belle aventure théâtrale. La scène du balcon est ainsi tout simplement ravissante, on vous la laisse découvrir avec plaisir!  L'ensemble, assurément, mérite d'être joué encore et encore pour s'affermir, éliminer les quelques longueurs qui traînent, gommer l'impatience et la fougue un rienJuliette trop zélée de certains élans et offrir un feu d'artifice d'émotions que les costumes superbes de Sûan Czepczynski ceignent d'une touche onirique fort appréciable! Foncez! L'Italie et Vérone percent dans les accents de certains, dans le romantisme des autres et la drôlerie garde un oeil bienveillant sur le tout!


Compagnia dell'improvviso
Interprète(s) : Eglantine Jouve, Nathalie Robert, Nicolas Violin, Angelo Crotti, Jean-Serge Dunet, Serge Ayala, Luca Franceschi
Adaptation et Mise en scène : Luca Franceschi
Costumes : Sûan Czepczynski
Administration : Angelique Zanotti
Musique : Trio Zéphyr 

Crédit-photo: Anne-Lise Ourmières

Dates des représentation:

- Du 7 au 28 juillet 2012 au Festival d'Avignon Off à 22h15 au Théâtre Golovine. Durée: 1h30

- Le 13 octobre 2012 au Grau du Roi - Espace Jean Pierre Cassel ( 30240)

En 2013:

- Le 19 avril 2013 au 7ème Festival de Tréteaux à Cergy-Pontoise (95)

- sam 1er juin 2013  20h30 Festival organisé par La Grange Théâtre à Lachaussée (55)

- Le 15 juin 2013 au Festival Molière dans tous ses éclats - Pézenas.

- Le 8 juillet 2013: Festival côté cour à Salon de Provence
- Festival Avignon OFF 2013 au Théâtre La Luna du 6 au 31 juillet -  à 21h05 salle 1

- le 3 août 2013 à St Jean d'Angely (17)

 - le 4 ou le 6  août 2013 au Festival de Gissac (12)
- les 30 et 31 août 2013 au Festival à Aniane (34)

A lire aussi:

Occident : l'amour est-il encore possible en Enfer?

L'importance d'être Wilde : "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais"

Les Liaisons dangereuses : une mise en scène à laquelle il faut succomber!

Commedia dell'arte : la compagnie dell'improvviso chez vous

Hôtel Palestine: entre mensonges d'Etat et états d'âme

L'Atrabilaire Amoureux à la sauce Cartoun Sardines

La mort et son asticot au Théâtre Jean Vilar

One day à la Bobitch: un clown qui mérite de faire du bruit!


{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/romeo.png}

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Publication : mardi 3 mai 2016 09:31

Par Romain Rolugé - Stupor Mundi ou « Stupeur du Monde » est l’humble sobriquet de Frédéric II, empereur du XIIIème siècle avec lequel le scénariste et dessinateur Néjib nous familiarisent. Le traitement  fictionnel de la BD est assuré par le personnage d’Hannibal Qassim El Battouri, scientifique chassé de Bagdad qui va devenir le protégé de l’empereur en échange d’une de ses inventions…

La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
Publication : mardi 3 mai 2016 09:18

Par Romain Rougé - La Fille du froid est le dixième roman de l’auteur londonien Rupert Thomson. L’histoire est celle de Katherine, née d’une fécondation in vitro. La jeune fille de 19 ans va entreprendre un voyage qui la conduira toujours plus au nord de la planète pour s’émanciper, faire le deuil de sa mère disparue et mettre à l’épreuve les sentiments d’un père absent.

Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Publication : mardi 3 mai 2016 08:55

Journées rouges et boulettes bleues raconte un pan de la vie de François, père de famille en proie aux doutes. Pendant ses vacances dans le sud de la France, il se met à penser à sa vie « toute tracée ». Une BD qui privilégie le réalisme et les sentiments humains signée Olivier Perret, Rémy Benjamin et Cyprien Mathieu.

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile