Roméo et juliettePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Ah! Roméo et Juliette! Le mythe éternel des enfants maudits! A-t-il toujours autant de prise sur nos coeurs? C'est ce qu'a voulu tester Luca Franceschi avec sa compagnie du Teatro dell'improvviso.

Choisissant un plateau sans décor si ce n'est quelques tabourets de hauteurs diverses et un rideau de scène de velours pour permettre aux comédiens de se changer, il nous donne à voir sans fioriture une pièce et ses coulisses, c'est à dire que les comédiens ne quittent jamais le plateau, même lorsque la réplique concerne les autres et ils  s'improvisent tour à tour régisseurs de lumière et de son, spectateurs, murs porteurs…et la magie, le croirez-vous,  s'installe pourtant naturellement. Shakespeare n'y est pas pour rien, assurément, et sa langue profondément humaine et poétique est déjà à elle seule une vedette à écouter. Les sept comédiens qui portent à bout de bras cette tragi-comédie ne manquent pas de talent non plus ! Eglantine Jouve et Nicolas Violin incarnent avec justesse des amoureux frais et frissonnant dans l'aube ( les transports coupent parfois cependant le sifflet du moineau Montaigu et même si l'on est sous le charme du jeune homme,il ne faut pas perdre d'oreille que ses mots caressent autant que ses yeux....),  on apprécie les pitreries du tordant Angelo Crotti qui endosse le costume de nourrice mais aussi celui du Comte Paris avec beaucoup de poigne et d'espièglerie, Nathalie Robert et Jean-Serge Dunet s'avèrent un duo de moines fort amusant qui ajoute - par leur bonhommie et leur complicité -  à la dimension protectrice du lieu saint où se réfugient les amants interdits. La troupe dell'improvviso nous fait assister à des joutes d'escrime et notre coeur s'emballe, à une fête colorée qui bat son plein chez les Capulet et dans laquelle, derrière les masques, les ennemis trinquent de bon coeur et les langues se délient…

Si quelques maladresses de diction demeurent encore dans ce spectacle naissant, on n'y perçoit aucune note de mauvais goût et l'on pressent que cette pièce a tous les ingrédients ( du choix de sa musique et de ses chants en passant par les jeux de lumière d'une simplicité émouvante et de la distribution jusqu'aux costumes ) pour s'affirmer en  belle aventure théâtrale. La scène du balcon est ainsi tout simplement ravissante, on vous la laisse découvrir avec plaisir!  L'ensemble, assurément, mérite d'être joué encore et encore pour s'affermir, éliminer les quelques longueurs qui traînent, gommer l'impatience et la fougue un rien trop zélée de certains élans et offrir un feu d'artifice d'émotions que les costumes superbes de Sûan Czepczynski ceignent d'une touche onirique fort appréciable! Foncez! L'Italie et Vérone percent dans les accents de certains, dans le romantisme des autres et la drôlerie garde un oeil bienveillant sur le tout!


Compagnia dell'improvviso
Interprète(s) : Eglantine Jouve, Nathalie Robert, Nicolas Violin, Angelo Crotti, Jean-Serge Dunet, Serge Ayala, Luca Franceschi
Adaptation et Mise en scène : Luca Franceschi
Costumes : Sûan Czepczynski
Administration : Angelique Zanotti
Musique : Trio Zéphyr 

Crédit-photo: Anne-Lise Ourmières

Dates des représentation:

- Du 7 au 28 juillet 2012 au Festival d'Avignon Off à 22h15 au Théâtre Golovine. Durée: 1h30

- Le 13 octobre 2012 au Grau du Roi - Espace Jean Pierre Cassel ( 30240)

En 2013:

- Le 19 avril 2013 au 7ème Festival de Tréteaux à Cergy-Pontoise (95)

- sam 1er juin 2013  20h30 Festival organisé par La Grange Théâtre à Lachaussée (55)

- Le 15 juin 2013 au Festival Molière dans tous ses éclats - Pézenas.

- Le 8 juillet 2013: Festival côté cour à Salon de Provence
- Festival Avignon OFF 2013 au Théâtre La Luna du 6 au 31 juillet -  à 21h05 salle 1

- le 3 août 2013 à St Jean d'Angely (17)

 - le 4 ou le 6  août 2013 au Festival de Gissac (12)
- les 30 et 31 août 2013 au Festival à Aniane (34)

A lire aussi:

Occident : l'amour est-il encore possible en Enfer?

L'importance d'être Wilde : "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais"

Les Liaisons dangereuses : une mise en scène à laquelle il faut succomber!

Commedia dell'arte : la compagnie dell'improvviso chez vous

Hôtel Palestine: entre mensonges d'Etat et états d'âme

L'Atrabilaire Amoureux à la sauce Cartoun Sardines

La mort et son asticot au Théâtre Jean Vilar

One day à la Bobitch: un clown qui mérite de faire du bruit!


Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Abonnez-vous au BSC NEWS

Abonnement BSC NEWS

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Malia : les racines de Malawi Blues

Malia : les racines de Malawi Blues

Publication : vendredi 23 septembre 2016 13:55

Par Nicolas Vidal - Malia est assurément l’une des plus belles voix et l’une des figures les plus accomplies du Jazz vocal.

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Publication : vendredi 23 septembre 2016 10:42

Par Nicolas Vidal - Le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa revient avec un voyage musical qui trace son périple de la Havane à l’Afrique.

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Publication : vendredi 23 septembre 2016 15:56

Par Deborah Valentin - Une restitution publique de l’étude «  État des lieux de la librairie indépendante : 8 départements, 1 métropole » menée par le Centre National des Lettres Midi Pyrénées (CRLMP) se déroulera ce lundi 26 septembre 2016 à l’Hôtel de Région de Toulouse de 13h30 à 17h30.

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

Publication : vendredi 23 septembre 2016 11:56

Par Jonathan Rodriguez - La nostalgie des plaines texanes. Comancheria signe le retour de David MacKenzie après s’être notamment distingué en 2014 avec Les Poings contre les murs, film carcéral brutal. Le cinéaste britannique abandonne les barreaux pour poser sa caméra dans le désert texan où deux frères, se muent en braqueurs de banques afin d’éviter la saisie de leur propriété familiale.

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Publication : jeudi 22 septembre 2016 11:44

Par Deborah Valentin - Grand succès aux Etats-Unis, Le Poison (The Lost Weekend) est le premier roman de l’auteur américain Charles Jackson qui paraît en France chez Julliard en 1946. Aujourd’hui le roman revient pour cette rentrée littéraire 2016 aux éditions Belfond.

La Toile

Enregistrer

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR