OccidentPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Un couple et leurs disputes nocturnes lorsque l'homme rentre de ses soirées avinées. Un rituel - à la vie à la mort -  étouffant auquel aucun des deux ne semble renoncer. Des dialogues tranchants où le sadomasochisme règne avec noirceur, où l'humanité disparaît derrière la haine de l'Autre qui est née peu à peu dans la lie des habitudes. Des paroles qui frappent comme des coups de poing et l'on craint constamment que la réponse physique s'impose tant la fébrilité est pesante sur le plateau. Un homme comme un autre face à une femme comme une autre qui entretiennent l'Amour qui fait mal. Oui, peut-être que le mâle que Philippe Hottier incarne avec une énergie  dévastatrice devient un "sale facho alcoolique et impuissant", qu'il est "raciste" et lâche et que ses injures jalouses et l'absurdité de ses raisonnements conditionnés par son taux d'imbibation d'alcool en font "le mec le plus sale "qu'on a jamais rencontré. Peut-être que sa compagne,aussi soumise qu'elle peut s'avérer provocatrice, remarquablement jouée par Stéphanie Marc , nous plonge dans l'incompréhension car il est difficile d'imaginer comment l'on peut supporter une situation pareille. Pourtant, au delà des mots blessants, des silences forcés et des explosions de colère, derrière les menaces de mort, on attend encore "je t'aime" et cette humanité qui perce, faible lumière dans la réalité sordide, réchauffe autant qu'elle effraie : c'est en effet une nourriture qui est jetée en pâture entre les amants et qui ne tiendra pas la nuit;  une maigre consolation qui ne gomme pas les horreurs qui sont débitées auparavant mais qui soulage le temps d'un soupir.
N'imaginez pas qu'on se morfond sur son siège toutefois! Les mots de Rémi de Vos et la mise en scène de Dag Jeanneret permettent un sursaut salvateur, déclenchent le rire libérateur et le metteur en scène a su faire ressortir l'écriture convulsive du dramaturge , qui se nourrit d'éléments malaxés et de reprises entêtantes. Ce couple "monstrueux et comique" est à rencontrer ! Oui, derrière la trivialité du verbe surgissent des réalités brutales qui nous font froid dans le dos : la décrépitude du couple  et l'adhésion progressive d'un homme à l'extrémisme....mais l'on est invité à cette peinture sociale par deux acteurs, formidables et pétris d'une énergie communicative , qui nous incitent à réfléchir sur nos médiocrités,nos renoncements et ce à quoi nous pouvons échapper  avec une once d'humanité et de tolérance ....

Dates des représentations:

 - Du 7 au 28 juillet 2012 . Occident au Théâtre des Halles  à Avignon à 14h . Durée: 1h

- 6 janvier 2013 à l'Archipel, Parthenay
- Dimanche 19 mai  2013 - Festival V.O en Soissonnais - Soissons

-Les 24 et 25 janvier 2014 au Théâtre de l'Aire Libre à Saint Jacques de La Lande

- Le 6 février 2014 à 20h30 au Théâtre Jacques Coeur à Lattes ( 34)

- Les 19 et 20 février 2014 au Nouveau Relax à Chaumont

- 26,27, 28 et 1er mars 2014 au Théâtre Royal de Namur

- Du 5 mars au 6 avril 2014 à 21h au Théâtre du Rond-Point ( Paris) , Salle Roland Topor
- Les 10 et 11 avril 2014 à la Biennale des Ecritures du Réel à Marseille

- Le 18 avril 2014 à l'Espace Vergèze à Vergèze


Compagnie In situ
Interprète(s) : Philippe Hottier, Stéphanie Marc
Metteur en Scène : Dag Jeanneret
Créateur Lumières : Christian Pinaud
Scénographe / Costumes : Cécile Marc
Chargée de Diffusion : Elodie Couraud
Régisseur Général : Olivier Brugidou
Administratrice : Véronique Do Beloued
Assistante administration : Jocelyne Arbona

 

A lire aussi:

L'importance d'être Wilde : "les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais"

Les Liaisons dangereuses : une mise en scène à laquelle il faut succomber!

Commedia dell'arte : la compagnie dell'improvviso chez vous

Hôtel Palestine: entre mensonges d'Etat et états d'âme

L'Atrabilaire Amoureux à la sauce Cartoun Sardines

La mort et son asticot au Théâtre Jean Vilar

One day à la Bobitch: un clown qui mérite de faire du bruit!

{fcomment}

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

THÉÂTRE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:12
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Publication : jeudi 21 janvier 2016 09:06
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Publication : mercredi 20 janvier 2016 09:56

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...