Cinéma : Johnny X est un petit bijou explosifPar Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Un mélange explosif ! Ce petit bijou sorti de la quatrième dimension nous mène vers un trésor de trouvailles délirantes, mêlant la bande des T-Birds de Grease aux films de science-fiction ou d’horreur des années cinquante. Johnny X (Will Keenan) vient d’une planète très, très lointaine, et pour s’être mal conduit et avoir volé une combinaison de résurrection qui permet de prendre le contrôle des individus, il est condamné à vivre avec quelques-uns de ses amis de débauche sur Terre pour prendre mieux conscience de leurs actes. Malgré sa punition, Johnny est très à l’aise et devient alors le leader d’une bande de blousons noirs, délinquants juvéniles extraterrestres. Sa petite amie Bliss (De Anna Joy Brooks) le quitte en lui volant sa précieuse combinaison et s’amorce dès lors une course poursuite hallucinante dans le désert, lunaire et inquiétant…

La première de Johnny X a eu lieu au Cinequest Film Festival de Sans José en mars, et vient de passer au « Chinese Theatre » pour le Dance with Films Festival début juin. Ce film est un cocktail délicieux. Servi en noir et blanc, avec des costumes et décors originaux, on y chante, on y danse, on s’embrasse et on s’assassine. La concoction est vivifiante, tout y est, du diner à milk-shakes aux décapotables au capot interminable, sans oublier une musique jazzy-disco enivrante. On ne s’ennuie pas une seconde, l’intrigue prend des tours et des détours aussi emberlificotés que l’esprit de Johnny. On passe de la science-fiction à la romance, en passant par la comédie musicale et le mauvais film d’horreur. Le tout filmé en 35 mm sur la dernière Kodak !

Oui, ce film fait partie des « derniers de… ». Dernier film de Kevin McCarthy décédé en 2010, surtout connu pour L'Invasion des profanateurs de sépultures (Siegel, 1956), mais encore…

C’est aussi le dernier film fait sur Eastman Kodak Co.’s Plus-X film, que la compagnie Rochester a discontinué en 2010. Le réalisateur Paul Bunnell confie : « Nous n’avions pas du tout l’intention d’utiliser la dernier Plus-X film noir et blanc. The Artist a commencé à être tourné alors que nous finissions Johnny X, et je sais qu’ils auraient voulu utiliser Plus-X aussi, mais nous avions pris le dernier. Ils ont donc dû tourner en couleur, puis effectuer la conversion de manière numérique – et quand même gagner l’Oscar du meilleur film !

The Ghastly Love of Johnny X (Bunnell, 2012)

 

À lire aussi :

Kathleen Turner : " Aux USA, nous avons une vision très romantique de la France"

Anne Renton : " La famille parfaite est une tranche de vie en désordre"

Dark Shadows : Tim Burton et Johnny Depp dans un show américain sensationnel

Charlize Theron : une Blanche-Neige convaincante dans un conte étonnant

Avengers : La crème des superhéros américains dans un seul film

{fcomment}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...