Cinéma : Johnny X est un petit bijou explosifPar Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / Un mélange explosif ! Ce petit bijou sorti de la quatrième dimension nous mène vers un trésor de trouvailles délirantes, mêlant la bande des T-Birds de Grease aux films de science-fiction ou d’horreur des années cinquante. Johnny X (Will Keenan) vient d’une planète très, très lointaine, et pour s’être mal conduit et avoir volé une combinaison de résurrection qui permet de prendre le contrôle des individus, il est condamné à vivre avec quelques-uns de ses amis de débauche sur Terre pour prendre mieux conscience de leurs actes. Malgré sa punition, Johnny est très à l’aise et devient alors le leader d’une bande de blousons noirs, délinquants juvéniles extraterrestres. Sa petite amie Bliss (De Anna Joy Brooks) le quitte en lui volant sa précieuse combinaison et s’amorce dès lors une course poursuite hallucinante dans le désert, lunaire et inquiétant…

La première de Johnny X a eu lieu au Cinequest Film Festival de Sans José en mars, et vient de passer au « Chinese Theatre » pour le Dance with Films Festival début juin. Ce film est un cocktail délicieux. Servi en noir et blanc, avec des costumes et décors originaux, on y chante, on y danse, on s’embrasse et on s’assassine. La concoction est vivifiante, tout y est, du diner à milk-shakes aux décapotables au capot interminable, sans oublier une musique jazzy-disco enivrante. On ne s’ennuie pas une seconde, l’intrigue prend des tours et des détours aussi emberlificotés que l’esprit de Johnny. On passe de la science-fiction à la romance, en passant par la comédie musicale et le mauvais film d’horreur. Le tout filmé en 35 mm sur la dernière Kodak !

Oui, ce film fait partie des « derniers de… ». Dernier film de Kevin McCarthy décédé en 2010, surtout connu pour L'Invasion des profanateurs de sépultures (Siegel, 1956), mais encore…

C’est aussi le dernier film fait sur Eastman Kodak Co.’s Plus-X film, que la compagnie Rochester a discontinué en 2010. Le réalisateur Paul Bunnell confie : « Nous n’avions pas du tout l’intention d’utiliser la dernier Plus-X film noir et blanc. The Artist a commencé à être tourné alors que nous finissions Johnny X, et je sais qu’ils auraient voulu utiliser Plus-X aussi, mais nous avions pris le dernier. Ils ont donc dû tourner en couleur, puis effectuer la conversion de manière numérique – et quand même gagner l’Oscar du meilleur film !

The Ghastly Love of Johnny X (Bunnell, 2012)

 

À lire aussi :

Kathleen Turner : " Aux USA, nous avons une vision très romantique de la France"

Anne Renton : " La famille parfaite est une tranche de vie en désordre"

Dark Shadows : Tim Burton et Johnny Depp dans un show américain sensationnel

Charlize Theron : une Blanche-Neige convaincante dans un conte étonnant

Avengers : La crème des superhéros américains dans un seul film

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile