Par Stéphanie Hochet - BSCNEWS.FR / Quelques textes peu connus, inédits, de Virginia Woolf voient le jour dans la collection Rivages Poche. L’attention est portée en ce printemps 2012 sur la romancière anglaise bientôt publiée dans la Pléiade. C’est devant un public, les membres du Memoir club que Woolf répondit à la question : Suis-je snob ?
Durant l’hiver 1936-1937, Virginia Woolf tint une conférence dont l’intitulé devait lui permettre de répondre à la question de son snobisme. L’écrivain se plia au jeu avec un humour pince sans rire dont ses romans portent souvent la trace. On sait que le mot est né à l’université de Cambridge et désignait les étudiants qui n’étaient pas de l’aristocratie : sine nobilitate dont la forme contractée donne le terme snob. Il désigne ceux qui n’en sont pas mais voudraient en faire partie…  Pour l’auteur d’Orlando, le snobisme est une maladie. Virginia Woolf reconnaît en être atteinte, sans se plaindre, au contraire, elle chérit même son mal. Elle affirme qu’entre une figure de l’aristocratie et un génie des lettres, son choix est fait : Demandez-moi qui je préfèrerais rencontrer entre Einstein et le prince de Galles – je me rue sur le Prince sans hésitation. Pour qui connaît l’œuvre de la grande dame de la littérature anglaise, il n’y a pas là un sujet d’étonnement.  N’a-t-elle pas fantasmé sur les ascendants de Vita Sackville-West pour écrire Orlando ? Préférer l’aristocrate et ses manières singulières c’est jeter son dévolu sur une personne plus libre, plus naturelle, plus excentrique que nous.
Fantasme, le mot est lâché. La femme de lettres se berce d’une illusion, ou plutôt joue à l’illusionnée, à la manière d’un Proust faussement captif des apparences car c’est avec une dérision si finement dosée qu’elle nous fait croire que les aristocrates ont le pouvoir quasi magique de créer une atmosphère […] de poudre d’or et de champagne qu’on ne peut douter qu’elle se moque d’elle-même. D’ailleurs, ces nobles qu’elle rencontre ne sont-ils pas un peu ridicules ? Le snobisme est une affaire de projection, chacun a le sien. Pour telle dame de la noblesse, le comble de la classe sera d’être reçue dans la chambre mal rangée de Virginia Woolf dont les mains seraient recouvertes d’encre quant à l’auteur de Mrs Dalloway le snobisme consistera à placer au dessus de sa pile de lettre une enveloppe estampillée d’une couronne.
    Il ne faudrait pas pour autant imaginer que Woolf manque de lucidité. Dans le roman comme dans les autres domaines, rien n’est pire que la négation des classes sociales. Elles existent et Woolf constate dans un autre texte du recueil intitulé La nièce d’un comte combien il est difficile pour un écrivain d’exprimer de façon convaincante les préoccupations d’une classe sociale qui n’est pas la sienne.
    Si on pardonne au traducteur des maladresses assez fâcheuses (« avérer vrai » ou « mais pourtant » qui sont douloureux à lire dans une traduction de Woolf), on appréciera l’alacrité de ces textes moins connus, certainement  moins éblouissants que son essai sur le féminisme Trois Guinées. Ce ne serait pas une raison pour se priver d’une lecture bien agréable.

 

À lire aussi :

Delphine de Vigan : Les variations de la passion amoureuse

Napoléon : un dictionnaire amoureux et sans concession

Théâtre : la vengeance d'Edward Albee

Les pelles : comment elles peuvent vous sauver

Fanny Salmeron : un premier roman prometteur

 

 

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Publication : mercredi 24 août 2016 10:41

Par Romain Rougé - Journal d’une bipolaire est l’histoire vraie d’Emilie Guillon, atteinte de maniaco-dépression, maladie aujourd’hui connue sous le nom de bipolarité. A la fois touchant et informatif, ce récit autobiographique dessine les espoirs et les doutes du malade ainsi que les conséquences sur son quotidien et ses proches.

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Publication : mercredi 24 août 2016 10:30

Par Ludivine Augé - 2016 est une année forte pour les Alpes Suisses qui fêtent la 60ème édition de son festival dédié à la musique classique, Gstaad Menuhin Festival & Academy, et le centenaire de son fondateur, le célèbre violoniste Yehudi Menuhin.

Le Livre sur la Place : Nancy fait sa rentrée littéraire

Le Livre sur la Place : Nancy fait sa rentrée littéraire

Publication : mercredi 24 août 2016 09:58

Par Romain Rougé - La 38ème édition du premier salon national de la rentrée littéraire aura lieu du 9 au 11 septembre 2016 à Nancy, en présence des académiciens Goncourt. Le Livre sur la Place réunira près de 550 auteurs avec un programme oscillant entre rencontres et partages autour du livre.

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

Publication : mercredi 24 août 2016 09:21

Par Florence Yérémian - Le cinéma de Todd Solondz est particulier : à-mi chemin entre la comédie provocatrice et le film social, il présente un goût récurant pour le cynisme et l'humour noir. Avec sa dernière création, ce réalisateur indépendant nous plonge de nouveau dans l’étrangeté malsaine de son univers en lui conférant encore plus d'âpreté.

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Publication : mardi 23 août 2016 15:19

Par Laurence Biava - Arnaud Genon vit et enseigne en Allemagne. Il a publié de nombreux articles et plusieurs essais consacrés à la littérature autobiographique et autofictionnelle. Tu vivras toujours est son premier roman.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer