Par Stéphanie Hochet - BSCNEWS.FR / Quelques textes peu connus, inédits, de Virginia Woolf voient le jour dans la collection Rivages Poche. L’attention est portée en ce printemps 2012 sur la romancière anglaise bientôt publiée dans la Pléiade. C’est devant un public, les membres du Memoir club que Woolf répondit à la question : Suis-je snob ?
Durant l’hiver 1936-1937, Virginia Woolf tint une conférence dont l’intitulé devait lui permettre de répondre à la question de son snobisme. L’écrivain se plia au jeu avec un humour pince sans rire dont ses romans portent souvent la trace. On sait que le mot est né à l’université de Cambridge et désignait les étudiants qui n’étaient pas de l’aristocratie : sine nobilitate dont la forme contractée donne le terme snob. Il désigne ceux qui n’en sont pas mais voudraient en faire partie…  Pour l’auteur d’Orlando, le snobisme est une maladie. Virginia Woolf reconnaît en être atteinte, sans se plaindre, au contraire, elle chérit même son mal. Elle affirme qu’entre une figure de l’aristocratie et un génie des lettres, son choix est fait : Demandez-moi qui je préfèrerais rencontrer entre Einstein et le prince de Galles – je me rue sur le Prince sans hésitation. Pour qui connaît l’œuvre de la grande dame de la littérature anglaise, il n’y a pas là un sujet d’étonnement.  N’a-t-elle pas fantasmé sur les ascendants de Vita Sackville-West pour écrire Orlando ? Préférer l’aristocrate et ses manières singulières c’est jeter son dévolu sur une personne plus libre, plus naturelle, plus excentrique que nous.
Fantasme, le mot est lâché. La femme de lettres se berce d’une illusion, ou plutôt joue à l’illusionnée, à la manière d’un Proust faussement captif des apparences car c’est avec une dérision si finement dosée qu’elle nous fait croire que les aristocrates ont le pouvoir quasi magique de créer une atmosphère […] de poudre d’or et de champagne qu’on ne peut douter qu’elle se moque d’elle-même. D’ailleurs, ces nobles qu’elle rencontre ne sont-ils pas un peu ridicules ? Le snobisme est une affaire de projection, chacun a le sien. Pour telle dame de la noblesse, le comble de la classe sera d’être reçue dans la chambre mal rangée de Virginia Woolf dont les mains seraient recouvertes d’encre quant à l’auteur de Mrs Dalloway le snobisme consistera à placer au dessus de sa pile de lettre une enveloppe estampillée d’une couronne.
    Il ne faudrait pas pour autant imaginer que Woolf manque de lucidité. Dans le roman comme dans les autres domaines, rien n’est pire que la négation des classes sociales. Elles existent et Woolf constate dans un autre texte du recueil intitulé La nièce d’un comte combien il est difficile pour un écrivain d’exprimer de façon convaincante les préoccupations d’une classe sociale qui n’est pas la sienne.
    Si on pardonne au traducteur des maladresses assez fâcheuses (« avérer vrai » ou « mais pourtant » qui sont douloureux à lire dans une traduction de Woolf), on appréciera l’alacrité de ces textes moins connus, certainement  moins éblouissants que son essai sur le féminisme Trois Guinées. Ce ne serait pas une raison pour se priver d’une lecture bien agréable.

 

À lire aussi :

Delphine de Vigan : Les variations de la passion amoureuse

Napoléon : un dictionnaire amoureux et sans concession

Théâtre : la vengeance d'Edward Albee

Les pelles : comment elles peuvent vous sauver

Fanny Salmeron : un premier roman prometteur

 

{fcomment}

 

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Publication : mardi 3 mai 2016 15:59

Par Jonathan Rodriguez – Saisissant. Leila Slimani nous plonge dans le quotidien d’une sex-addict enfermé dans une dépendance insoutenable et puissante. Un récit captivant qui émeut autant qu’il accroche.

Outlander : Une saga épique au coeur des Highlands
Outlander : Une saga épique au coeur des Highlands
Publication : mardi 3 mai 2016 14:13

Par Florence Yérémian - L’histoire d’Outlander débute en Écosse au lendemain de la seconde guerre mondiale. Claire et Frank Randall ont passé cinq ans séparés l'un de l'autre : elle, en tant qu'infirmière, lui comme espion à la solde des Britanniques. Afin de ressouder leur couple, ils entament une seconde Lune de Miel dans la mystique cité d’Inverness. Tandis que les habitants s’apprêtent à célébrer la fête de Samhain, Claire disparaît au cœur d'un sanctuaire nommé Craig na Dun. Sans trop comprendre, elle se retrouve transportée sur le même site mégalithique… deux cent ans auparavant ! Perdue dans les  Highlands en plein soulèvement Jacobite, elle va devoir faire face aux croyances ancestrales et à la haine des Écossais pour le peuple anglais. Surnommée « La Sassenach » par le clan Mac Kenzie, elle se voit contrainte d’épouser un certain Jamie Fraser pour échapper aux poursuites du terrible Black Jack, un capitaine britannique qui s’avère être l’ancêtre direct de son premier mari…

Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Publication : mardi 3 mai 2016 09:31

Par Romain Rolugé - Stupor Mundi ou « Stupeur du Monde » est l’humble sobriquet de Frédéric II, empereur du XIIIème siècle avec lequel le scénariste et dessinateur Néjib nous familiarisent. Le traitement  fictionnel de la BD est assuré par le personnage d’Hannibal Qassim El Battouri, scientifique chassé de Bagdad qui va devenir le protégé de l’empereur en échange d’une de ses inventions…

La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
Publication : mardi 3 mai 2016 09:18

Par Romain Rougé - La Fille du froid est le dixième roman de l’auteur londonien Rupert Thomson. L’histoire est celle de Katherine, née d’une fécondation in vitro. La jeune fille de 19 ans va entreprendre un voyage qui la conduira toujours plus au nord de la planète pour s’émanciper, faire le deuil de sa mère disparue et mettre à l’épreuve les sentiments d’un père absent.

Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Publication : mardi 3 mai 2016 08:55

Journées rouges et boulettes bleues raconte un pan de la vie de François, père de famille en proie aux doutes. Pendant ses vacances dans le sud de la France, il se met à penser à sa vie « toute tracée ». Une BD qui privilégie le réalisme et les sentiments humains signée Olivier Perret, Rémy Benjamin et Cyprien Mathieu.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile